Coût historique

Téléchargez
le Lexique complet

La comptabilité a en elle plusieurs principes généraux. Le principe du coût historique en est l'un d'eux. Le coût historique d'un bien correspond à sa valeur au moment de son enregistrement comptable. Ainsi pour un bien acheté, son coût historique correspond à sa valeur d'achat. Pour un bien obtenu gratuitement, le coût historique correspond à sa valeur vénale ou d'usage au moment de son obtention. Pour un bien produit l'entreprise elle même, le coût historique correspond au coût de production de ce bien.

Le coût historique correspond à la valeur brute dans le bilan. Ce coût n'évolue pas en fonction de l'obsolescence du bien, de l'inflation ou simplement de son usure. Dans certains cas, cette valeur brute peut toutefois être réévaluée.

Ce coût historique ou brut sera ensuite amorti (ou non) au fil des années pour en déterminer une valeur nette comptable. Cette valeur comptable peut être très différente de la valeur réelle du bien, notamment dans le cas d'immeubles dont la durée peut s'étaler sur plusieurs décennies voire siècles.

Prenons le cas d'une machine outil acquise 1 million d'euros en 2003. Le coût historique est d'un million d'euros. Il n'évoluera pas. Toutefois, la valeur comptable nette de cette machine diminuera chaque année du montant de son amortissement. A terme, au bout de dix ans d'amortissements, la valeur nette comptable sera alors de 0 euro. La valeur brute ou coût historique restera à 1 million, alors que sa valeur vénale pourra être estimer à 100.000 euros.