Augmentation de capital

Commander nos ouvrages
Lexique et Glossaire

Chaque entreprise se finance grâce à son passif. L'actif désigne lui l'utilisation de ce passif. Ce passif désigne tous les moyens de financement de l'entreprise. Il peut s'agir d'un capital versé par les actionnaires, des bénéfices obtenus, de dettes contractées auprès des banques, mais aussi de découverts bancaires ou des délais de paiement des fournisseurs. Tous ces éléments permettent de financer les besoins en financement de l'entreprise. Mais pour diverses raisons (crise de liquidités, forts déficits ou encore volonté de se développer), l'entreprise peut être à la recherche de nouveaux financements. Le plus souvent, l'entreprise a le choix entre une augmentation de capital ou un accroissement de ses dettes. Il n'est pas toujours souhaitable d'augmenter sensiblement ses dettes. L'augmentation de capital est donc une solution fréquente. Il s'agit là de proposer à un nombre restreint de personnes (actionnaires actuels, famille, amis, etc.) ou à un nombre quasi illimité (appel public à l'épargne) de nouvelles actions. Il s'agit là en effet d'une augmentation de capital et non d'une simple cession. L'augmentation de capital consiste à accroître le montant du capital social de l'entreprise. Le montant des nouvelles actions créées sera directement affecté à l'entreprise. Il s'agit donc là d'une source de financement importante pour les entreprises.
L'augmentation de capital peut se faire sous la forme d'un appel public à l'épargne. Ainsi, l'entreprise offre à tout le monde la possibilité d'acquérir de nouvelles actions. Mais afin d'attirer de nouveaux actionnaires, l'entreprise se doit de proposer une stratégie claire. L'argent collecté peut ainsi servir à financer une croissance externe. Mais l'entreprise doit aussi proposer des prix attractifs. Ainsi le prix des nouvelles actions est souvent inférieur au dernier cours coté de l'entreprise. Pour éviter que les anciens actionnaires ne soient défavorisés lors de ces augmentations de capital, ils bénéficient d'un droit dit de souscription calculé en fonction du nombre d'actions qu'ils détiennent. S'ils souhaitent participer à cette augmentation de capital, ils utiliseront leurs droits de souscription. Dans le cas contraire, ils pourront les céder aux futurs nouveaux actionnaires.
Chaque augmentation de capital se devra d'être étudiée attentivement avant d'y participer ou non. Certaines augmentations ne sont là que pour éviter la faillite de l'entreprise, d'autres au contraire sont destinées à compenser une perte sèche exceptionnelle, comme ce fut le cas de l'augmentation de capital de la Société Générale suite à la perte exceptionnelle due au trader Jérôme Kerviel.