Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Marchés dérivés ou comment spéculer et se couvrir

Quand un investisseur acquiert une action, il achète une part du capital d'une société. Quand il achète une obligation, il détient alors une part de dettes d'un Etat, d'une collectivité locale ou encore d'une entreprise. Et bien évidemment s'il achète du pétrole, il devient l'heureux possesseur de barils de pétrole. Mais qu'achète t-il s'il prend une position sur un contrat à terme ou encore sur une option ? Il achète un droit, une option, la possibilité de... bref, l'investisseur se positionne sur un marché dérivé.

Au fil des décennies, les marchés financiers ont développé un nombre d'outils incalculables destinés à répondre aux besoins toujours plus croissants des investisseurs. Acheter des actions, c'est bien, mais cela demande beaucoup d'argent. Pourquoi ne pas acheter simplement un droit permettant d'acheter une action ? Ce droit aura un cours forcément plus faible, et offrira des gains potentiels plus élevés. De plus, avec une mise minimale, l'investisseur pourra couvrir son portefeuille d'actions. En effet, il est possible d'acquérir tout autant un droit d'acheter qu'un droit de vendre. De fait, l'investisseur pourra utiliser les marchés dérivés pour spéculer mais aussi pour se couvrir des aléas du marché boursier.

Un produit dérivé est donc un instrument financier -contrat à terme ou option- permettant d'acheter ou de vendre à un prix déterminé à l'avance -le strike- un actif dit sous-jacent ou support -une action, une devise, un taux, une matière première, etc.- et selon des conditions précisées dans le contrat. Cette possibilité est offerte durant une période limitée. Après cette période, l'option ou le contrat n'existe plus. Contrairement à une action, le titre a donc une durée de vie. Ces outils ont des effets de levier très élevés. Les variations sont telles qu'il est possible de perdre rapidement son investissement sur les marchés dérivés, ou encore de doubler la mise en quelques heures. Qui dit effet de levier fort, dit risques élevés. Les marchés dérivés sont donc à réserver aux investisseurs avertis.

Il existe deux sortes de marchés dérivés. Le marché dérivé organisé ou réglementé. Les produits s'y échangeant sont standardisés et les investisseurs ne se connaissent pas. Ils achètent et vendent les titres à disposition, sans même connaître l'investisseur en face. Mais il existe aussi des marchés dits libres, de gré à gré ou encore OTC pour Over The Counter.Sur ces marchés, les contrats ne sont pas standardisés, et chaque contrat est unique. Les investisseurs décident eux mêmes des conditions précisées dans les contrats en fonction leurs besoins très spécifiques. Il va de soi que ces marchés sont ouverts aux investisseurs les plus pointus comme les fonds de placement ou encore les investisseurs institutionnels.

Il est bien plus complexe d'évaluer un contrat à terme ou une option qu'une simple action. Ainsi, les théoriciens ont développé plusieurs modèles afin de calculer au plus juste la valeur des produits dérivés. On peut notamment citer le modèle de Black & Scholes, ou encore Cox et Rubinstein ou le modèle de Monte Carlo. Chaque modèle a ses avantages et ses inconvénients. N'hésitez pas à les tester afin de savoir lequel correspond le mieux à votre façon de trader. Sachez toutefois que ces modèles ne vous donneront qu'une valeur théorique de vos options. Cette valeur peut être fortement influencée par la psychologie des intervenants.


Les marchés dérivés n'ont pas échappé à la concentration des places boursières. Ainsi le MATIF, notre premier marché dérivé français, n'existe plus et a été fusionné au sein du désormais géant Euronext Liffe, qui comprend entre autres le marché dérivé de la City. Le Monep est toujours composé de quelques lignes d'options négociables. Mais l'Eurex reste l'un des géants du secteur. La fusion du suisse et de l'allemand a donné naissance à l'un des tous premiers marchés dérivés dans le monde, l'Eurex pour European Exchange. Mais ces marchés ne sont pas les seuls, et bons nombres de places boursières comptent en leur sein un marché dérivé.

Investir sur les marchés dérivés peut donc être une manière intéressante de doper un peu la performance de son portefeuille ou encore de se couvrir contre les aléas boursiers. Mais sachez qu'il vous faudra prendre toutes les précautions pour éviter de voir votre capital fondre.

Commencez la visite