Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Instruments financiers, tout un panel à la disposition de l'investisseur

Parlez de finance à un ami et il vous répondra le plus souvent Action. S'il a participé à l'emprunt d'Etat Balladur des années 90, il pensera peut être aussi dette ou obligation. Mais cela reste bien loin de tous les instruments financiers mis à la disposition de l'investisseur. Ils sont nombreux, variés et pour les plus connus d'entre eux, peuvent être utilisés par tout investisseur. Chaque instrument financier a son lot d'avantages mais aussi d'inconvénients. Connaître le fonctionnement de chaque instrument est alors vital pour éviter les erreurs coûteuses.

L'action est bien sur la valeur mobilière la plus connue. Représentative d'une part du capital d'une société, elle s'échange sur les marchés boursiers pour les entreprises cotées. Toutefois de nombreuses sociétés en actions ne sont pas cotées. Les sociétés listées en bourse font même figure d'exception. L'action ordinaire est celle que connaît tout à chacun. Mais il existe plusieurs variantes comme l'action à dividende prioritaire, l'action de préférence, ou encore l'action reflet. Toutes ont des caractéristiques différentes, même si toute représente une part de capital d'une société.

Certains instruments peuvent être émis lors d'opérations financières. Ils peuvent permettre aux anciens actionnaires de ne pas être floués dans le cadre d'une augmentation de capital par exemple et facilitent l'arrivée de nouveaux actionnaires. Ils facilitent aussi la cession de titres en garantissant à l'actionnaire qui a vendu ses actions lors d'une OPA, une soulte supplémentaire si l'entreprise réalise de bons résultats. Que ce soit les bons de souscriptions, les droits de souscription ou encore les certificats de valeur garantie, tous ont une durée de vie limitée, de quelques mois à quelques années.

Autrefois cantonné au simple rôle d'investisseur à long terme, le particulier peut désormais spéculer, se couvrir ou spieler sur les indices. Les trackers répliquent ainsi un indice, et les certificats peuvent amplifier la hausse d'un titre. Les CFD font partis de cette nouvelle catégorie d'instruments financiers qui offrent une palette plus large à l'investisseur.

Toutefois, les instruments financiers plus classiques restent en circulation. Comme le bon anonyme qui a permis à des milliers de familles de transmettre un patrimoine à un héritier, ou encore le certificat d'investissement qui a ouvert aux investisseurs le capital des sociétés nationalisées. Ces dernières trouvaient ainsi de nouvelles sources de capitaux et l'Etat conservait le contrôle.


Mais l'on ne peut évoquer les instruments financiers, sans parler des titres liés à la dette. Le marché de la dette est ainsi sans commune mesure avec le marché des actions. Alors que les actions ne sont émises que par les entreprises, la dette est émise principalement par les états. Obligations, emprunts d'Etat, OAT.. de multiples façons d'investir dans la dette de pays ou d'entreprises.

Le développement des réseaux, et la mondialisation des marchés poussent les établissements de crédit et les entreprises à émettre toujours plus de titres aux caractéristiques spécifiques. Certains instruments sont même clairement définis en fonction de la demande expresse du client. Une plus grande palette d'outils implique également une plus grande complexité d'apprentissage.

Commencez la visite