Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Trackers ou parts de fonds indiciels

Instruments

Euronext Paris a lancé, en janvier 2001, un nouveau type de produits financiers : les «trackers», des parts de fonds indiciels négociables en bourse. Les trackers prennent la forme juridique d’un OPCVM indiciel, mais sont cotés en continu sur le marché. Ils sont ainsi aisément plus négociables qu'une OPCVM classique. De plus, pour qui souhaiterait mettre en place une réplication des indices, le coût serait bien supérieur à l'achat de trackers.

Qu’est-ce qu’un tracker ?


Un tracker réplique parfaitement la performance d’un indice sans effet de levier, c’est-à-dire qu’il offre la même performance qu’un indice boursier ou bien d’un panier d’actions, sans l’effet de levier, attaché à certains produits financiers. Le levier permet d’amplifier les variations de l’actif sous-jacent et entraîne bien souvent des risques importants si le cours de cet actif n’évolue pas dans le sens désiré. Les trackers présentent donc un risque bien moindre puisqu’ils se contentent de répliquer la performance de l’indice.

Ce type de produits existe depuis 1993 au Etats-Unis sous le nom générique d’Exchange Traded Funds (ETF) et remporte, outre-Atlantique, un succès considérable. Ainsi, les ETF représentent souvent plus de 50% du volume de transactions quotidien de l’American Stock Exchange (AMEX). Plus de 75 ETF sont aujourd’hui cotés sur ce marché et représentant une capitalisation boursière de plus de 50 milliards de dollars. Les plus connus sont les QQQ (prononcez «cube») qui répliquent l’indice Nasdaq 100 et les SPDR (prononcez «spider») qui répliquent le S&P500.

Le tracker présente en effet de nombreux avantages puisqu’il suit exactement la variation de l’indice mais offre également une grande liquidité sur le marché et bénéficie, en outre, du régime fiscal des OPCVM.

Fiscalité associée aux trackers


Les trackers ont le statut juridique d’OPCVM et sont de ce fait soumis à la fiscalité des OPCVM. Pour être éligible au PEA, un tracker doit être de droit européen. De plus, si le tracker est constitué sous forme de SICAV, au moins 60% des actions sous-jacentes, c’est-à-dire au moins 60% des actions constituant l’indice de référence, doivent être éligibles au PEA. Si le tracker est sous forme de FCP, cette proportion doit être de 75%.

Valeur liquidative


La valeur liquidative d’un tracker est égale à l’actif du fonds moins son passif divisé par le nombre de parts émises par le fonds. L’actif du fonds est calculé su la base des cours de clôture (ou d’ouverture) des actions constitutives du tracker.

Cette valeur liquidative ainsi que la composition du fonds sont diffusées quotidiennement. Une valeur liquidative indicative est quant à elle calculée toutes les 15 secondes et diffusée en continu.

Le Next Track


Euronext Paris a lancé, le 9 janvier 2001, un compartiment dédié aux trackers, le Next Track. Ce compartiment accueille des produits indexés sur les principaux indices nationaux et européens. Les trackers peuvent être admis sur le Next Track via deux points d’entrée : Euronext Paris et Euronext Amsterdam.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Les premiers trackers ont été lancé en janvier 2001 et sont indexés sur l’Euro Stoxx 50, le Stoxx 50 et le CAC 40. Ils s’appellent LDRS Dow Jones Euro Stoxx 50, LDRS Dow Jones Stoxx 50 et Master Share CAC 40. Le tracker Master Share CAC 40 est éligible au SRD et au PEA.

Ainsi, le 15 janvier 2001, les actions de la société European Exchange - Traded Fund Company Plc., une société d'investissement à capital variable à compartiments, ont été admises à la cote. Cette société est donc formée, pour le moment, de trois compartiments, référencés respectivement sur les trois indices cités plus haut.