Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

10 premières capitalisations boursières en France

Chiffres Clés

Le CAC 40 est loin d'être un indice de pacotille. Il est à ce jour l'indice phare de la Bourse de Paris, et se compose des 40 premières capitalisations boursières. De nombreux secteurs y sont représentés comme l'énergie, la pharmacie ou encore l'aéronautique. Un coup d'oeil rapide sur les 10 premières capitalisations boursières du CAC 40 nous donne une vision assez juste des secteurs dans lesquels la France excelle. Rappelons que la capitalisation boursière se calcule en multipliant le dernier cours de l'action avec le nombre d'actions composant le capital social. Ces informations ont été recueillies le 25 avril 2014.

1. Total avec 118,016 milliards d'euros
Le géant toute catégorie de l'industrie française reste le pétrolier Total. Certes la France n'a pas de pétrole, ou bien peu, mais elle a su conserver une industrie pétrolière forte. Total trouve son origine dans la fusion de plusieurs grands groupes européens, comme Elf Aquitaine ou Petrofina. Aussi première entreprise de France par son chiffre d'affaires, Total prend ses origines en 1924 où elle gère alors les participations de l'Etat français dans une compagnie pétrolière irakienne.

2. Sanofi avec 100,860 milliards d'euros
Outre un système de santé parmi les plus développés du monde, la France peut aussi se targuer d'avoir un secteur pharmaceutique puissant. Sanofi arrive ainsi en deuxième position avec une capitalisation boursière de plus de 100 milliards d'euros. Sanofi est une entreprise récente. Elle est issue du groupe... Total. Filialisée en 1975, elle s'est fortement développée par des opérations de croissance externe (Synthélabo, Aventis, Genzyme, etc.). A ce jour, Sanofi commercialise plusieurs blockbusters comme Plavix ou Taxotere.

3. L’Oréal avec 73,447 milliards d'euros
Que penserait aujourd'hui Eugène Schueller du groupe qu'est devenu L'Oréal ? Lui qui a créé en 1909 une formule chimique destinée à teindre les cheveux et qu'il nommera l'Auréale. Qui ne connaît pas L'Oréal de nos jours ? Le groupe a su profiter à plein de la mondialisation en s'implantant dans le monde entier tout en conservant sa spécificité pour les cosmétiques. La Famille Bettencourt souvent médiatisée en détient plus de 30%.

4. LVMH avec 72,143 milliards d'euros
Il est de ces entreprises qui se transforment sous la direction d'un homme. C'est le cas de LVMH avec Bernard Arnault. Ce dernier a compris très tôt l'intérêt des marques dans le domaine du luxe. Il n'a eu depuis de cesse d'acquérir de nouvelles marques, et de constituer un géant du luxe. Le nom LVMH signifie Louis Vuitton Moët Hennessy, autant de symboles du luxe.

5. BNP Paribas avec 68,583 milliards d'euros
Malgré la crise de 2008, notre secteur bancaire n'est pas mort. Loin de là. Si plusieurs banques ont du subir les crises grecques ou la crise des subprimes, BNP Paribas est l'une de celles qui s'en est le mieux sortie. Elle est née du rapprochement de la BNP avec Paribas en 2000. La BNP avait profité de la vague de privatisations de 1993 pour se placer dans les portefeuilles des actionnaires particuliers. Moins stratégique, Paribas avait elle été privatisée dès 1987.

6. EDF avec 53,010 milliards d'euros
Bien que cotée en bourse, EDF reste une entreprise à capitaux publics. L'essentiel de son capital est en effet détenu par l'Etat. Ce groupe a géré durant des décennies le monopole de l'électricité en France. Aujourd'hui concurrencée au sein même de son pays avec la fin du monopole, elle s'est largement développée à l'étranger en acquérant des sociétés privées.

7. GDF Suez avec 46,012 milliards d'euros
Encore une énième société dont une grande part des origines s'explique pas une volonté gouvernementale. GDF Suez est née de la fusion en 2008 de deux géants. GDF, qui était auparavant rattaché à EDF, et avait le monopole de la gestion du gaz en France. Suez qui prend ses origines dans la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, créée en 1858. GDF et Suez ont fusionné pour donner naissance à un poids lourd du secteur de l'énergie.

8. Axa avec 45,121 milliards d'euros
BNP Paribas n'est pas le seul groupe financier de ce Top 10. Axa affiche ainsi une capitalisation boursière de plus de 45 milliards d'euros. Ce groupe d'assurances prend naissance dans le rapprochement de plusieurs compagnies d'assurances et mutuelles, mais ce n'est qu'en 1985, que le nom Axa apparaît. Depuis lors, le groupe s'est implanté sur plusieurs continents, et a racheté l'un de ses concurrents français, UAP en 1996.

9. Airbus Group avec 39,454 milliards d'euros
Souvent critiquée, l'Europe sait aussi construire des fleurons. Dans les années 60, les gouvernements de plusieurs pays européens décident de mettre en commun leur compétence dans le domaine aéronautique pour créer Airbus. L'objectif est alors simple : ne plus dépendre exclusivement du géant américain Boeing. La mission qui s'avérait quasi impossible est devenue aujourd'hui réussite. Airbus est l'un des tous premiers constructeurs aéronautiques du monde, faisant jeu égal avec Boeing.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

10. Schneider Electric avec 38,920 milliards d'euros
Rare sont les sociétés dont le nom rappelle encore leur histoire familiale. C'est le cas de Schneider Electric. Qui pense aujourd'hui qu'un groupe de 38 milliards d'euros porte simplement le nom de famille de ses deux fondateurs, Eugène Schneider et Adolphe Schneider ? Le groupe est spécialisé dans les automatismes et les matériels électriques. A l'origine, en 1836, Schneider et Cie travaillait dans la sidérurgie et la métallurgie.

Bons nombres de nos géants d'aujourd'hui sont donc nos sociétés publiques d'hier. Toutefois, plusieurs groupes ont su se créer au fil des décennies, dirigés en cela par des hommes d'exceptions qui ont transformé de petites PME en multinationales. Quelles seront les multinationales de demain ?