Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Tontine, une épargne originale

Epargne

La tontine est un principe de placement si ancien, que bons nombres de particuliers croient qu'elle n'existe plus depuis longtemps, ou même en ignorent totalement l'existence. La tontine qui a vu le jour au 17ème siècle a en effet un système de fonctionnement des plus originaux, et ne s'est jamais réellement imposée en France. A l'heure où de nouveaux produits financiers naissent chaque année, il peut être intéressant de se repencher vers d'anciens produits plus que fiables.

A la fin du 17ème siècle, Le Cardinal Mazarin souhaite financer la reconstruction de l'actuel Pont Neuf à Paris, et demande à Lorenzo Tonti, un banquier napolitain, de travailler sur un nouveau système visant à faciliter un emprunt d'Etat. Lorenzo Tonti propose un emprunt où les souscripteurs n'ont aucun droit sur les sommes apportées mais bénéficieront des intérêts. Aux décès de tous les souscripteurs, l'Etat pourra conserver l'emprunt sans le rembourser à quiconque. Le principe est très simple : le dernier survivant empoche la totalité du capital. C'est d'ailleurs pour cela qu'on parle souvent de loterie tontine.

En France, les tontines successives n'ont toutefois pas un grand succès. Louis Phélypeaux Pontchartrain lance sa tontine en 1689, à peine nommé contrôleur général des Finances. Cette dernière servira à financer la guerre contre la ligue d'Augsbourg ou Guerre de Neuf ans. Mais seulement 18% de l'emprunt est souscrit. Finalement l'Abbé Joseph Marie Terray, alors contrôleur général des Finances, décide en 1770 de transformer l'ensemble des tontines en simples rentes viagères. Pourquoi ce revirement ? En réalité, les calculs d'espérance de vie des tontines se sont avérés erronés et les souscripteurs vivaient bien plus longtemps qu'attendu. Ils percevaient donc bien plus d'intérêts qu'ils n'en auraient perçu avec un emprunt d'Etat classique.

La tontine a toutefois connu ses heures de gloire dans les pays anglo-saxons, tels que les Etats-Unis ou le Royaume Uni. Mais rapidement la tontine a eu aussi mauvaise réputation. Certaines affaires célèbres nous ont montré que certains souscripteurs n'hésitaient pas à en tuer d'autres pour être rapidement le dernier survivant.

Même si elle reste un placement rare, la tontine existe toujours en France. Elle se présente le plus souvent sous la forme d'une assurance vie ou encore d'une SCI. Plusieurs individus décident de mettre en commun une part de leur capital et de profiter des dividendes versés. Au décès d'un des adhérents, sa part est reversée à l'ensemble des autres adhérents. Dans le cadre de l'assurance-vie, cela permet aux gestionnaires d'afficher de belles performances grâce à la durée d'indisponibilité des fonds, de 20 à 25 ans. Ils peuvent ainsi privilégier des placements de long terme et ne pas craindre un retrait rapide des fonds.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Dans le cadre d'une SCI ou d'une tontine plus classique entre individus, le bien n'appartient pas à une quelconque co-propriété. En effet, le bien est reconnu comme n'ayant qu'un seul propriétaire, celui qui survivra aux autres. La tontine est donc particulièrement intéressante dans le cadre des successions. Mais attention toutefois. Si les caractéristiques des souscripteurs sont par trop déséquilibrés, la tontine peut se faire requalifier de donation indirecte. Ainsi la tontine ne permet pas de supprimer les frais de successions si un bien est acquis par un adulte de 20 ans et une personne de 90 ans. Toutefois, les impositions sont plus que limitées grâce à la durée des tontines.

La tontine peut donc être de nos jours une pratique intéressante dans le cadre de placements à très long terme. Ouvrir une tontine de 20 ans par exemple pour son enfant qui vient de naître peut être une excellente opportunité de placements. Il faut toutefois admettre qu'une part de la rentabilité du placement provient du décès d'autres souscripteurs du même âge.