Macroéconomie


Taux d'intérêt et Bourse

Les taux d'intérêts sont loin de faire partis de notre quotidien. Un particulier les côtoie quand il emprunte pour acquérir un bien immobilier ou encore pour changer de véhicules, mais ils sont aussi utilisés pour son épargne, que ce soit des livrets d'épargne ou des obligations. Et pourtant, les taux d'intérêts sont l'un des éléments essentiels de nos économies. Ils sont l'une des rares armes des banques centrales pour booster un PIB ou au contraire pour juguler les risques d'inflation.

Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas


L'ensemble des taux d'intérêts proposés est basé directement ou indirectement sur les taux directeurs des banques centrales. Pour l'Europe, c'est la Banque Centrale Européenne qui fixe ses taux directeurs en toute indépendance. Le principe général est assez simple. La BCE baisse ses taux si elle souhaite relancer la croissance, et les augmente si elle souhaite éviter une surchauffe de l'économie et éviter les risques d'inflation. Prenons le cas d'une baisse des taux directeurs. Ces taux bas vont faciliter le développement du crédit. Les entreprises, mais aussi les particuliers, vont avoir tout intérêt à emprunter. Les entreprises choisiront d'emprunter pour investir sur un nouveau projet devenu rentable grâce à ces taux bas, tandis qu'un particulier pourra acquérir un bien immobilier à une valorisation plus élevée car les taux seront bas. Ainsi, vous rembourserez 632 euros par mois pendant 20 ans pour 100.000 euros empruntés, à un taux de 4,5%. Mais si les taux s'effondrent à 0,5%, vous pourrez alors emprunter près de 45.000 euros de plus ! et ce pour des mensualités similaires.

Des taux faibles vont donc naturellement se traduire par une augmentation de la consommation et de l'investissement qui sont de puissants moteurs de croissance. Les investisseurs n'auront aussi aucun intérêt à placer leur épargne. Les investisseurs préféreront donc investir directement sur les marchés actions. Ce transfert de liquidités des placements à court terme vers les actions se traduit automatiquement par une augmentation des cours. Une offre stable mais une envolée de la demande. Mais ce n'est pas la seule raison qui pousse le cours des actions à s’accroître. En effet, une hausse de la consommation et des investissements des entreprises vont mécaniquement améliorer les perspectives de croissance des sociétés. Les cours d'une action étant liés à la croissance à venir, les cours augmenteront donc.

Mais des taux bas ne sont pas obligatoirement synonymes de croissances fortes et de crédit illimité. En effet, plusieurs pays tels que le Japon affichent des taux directeurs quasi nuls depuis plusieurs années, et la croissance reste malgré cela ralentie. Les taux d'intérêts ne sont pas les seuls outils qui influencent le cours des titres. Et des taux bas peuvent s'accompagner d'une croissance molle.

Les Banques Centrales peuvent aussi décider d'accroître leurs taux directeurs. Lorsque la croissance est trop forte, il est indispensable de la contrôler afin d'éviter une surchauffe de l'économie. En effet, une croissance trop forte pourrait entraîner une envolée des salaires, un risque de pénurie de main d'oeuvre, un déficit de la balance commerciale... autant d'éléments qui peuvent inciter les banques centrales à revoir à la hausse leurs taux directeurs. Si les taux augmentent, l'accès aux crédits sera alors limité. Un crédit trop cher et un projet autrefois rentable ne l'est plus. De plus, les particuliers vont réduire le montant de leurs acquisitions immobilières. Tout cela aura un impact direct sur les perspectives de croissance des entreprises qui s'en trouveront limitées. De plus, les investisseurs chercheront à placer leurs économies sur des produits peu risqués offrant une bonne rémunération. Pourquoi investir sur les marchés boursiers alors que plusieurs titres proposent un taux d'intérêt sans risque satisfaisant ? Les investisseurs sont prêts à prendre davantage de risques, mais ils exigent en contrepartie une prime de risque élevée. Ce n'est plus le cas avec une augmentation des taux. De fait, les marchés boursiers sont directement impactés par un relèvement des taux. Mais la Bourse n'est pas synonyme seulement d'actions. Ainsi les obligations sont aussi impactées par une hausse des taux. Si les obligations nouvellement émises le sont à des taux de 7%, pourquoi acquérir une obligation à taux fixe émise il y a un an, au taux de 5% ? Le cours des obligations à taux fixe chutera avec la hausse des taux longs. Les obligations à taux variables évoluent elles au même rythme que les taux.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Ainsi les taux d'intérêts influencent directement l'économie et par extension les marchés boursiers et les actions. Mais en tant qu'investisseur, tout abaissement ou tout relèvement n'influencera pas automatiquement la tenue des marchés boursiers. Un simple relèvement peut au contraire être le signe d'une bonne santé économique. Après 3, 4 ou 5 relèvements des taux directeurs de la Banque Centrale, les investisseurs estimeront alors que le risque d'inflation est non nul et les marchés boursiers en ressentiront rapidement les effets.

Les taux directeurs des banques centrales sont très faciles à obtenir, notamment sur les sites internet. Connaître et suivre la courbe des taux directeurs peut être une bonne façon de procéder pour sélectionner les meilleurs investissements. Ainsi pourquoi investir sur les actions si le marché obligataire semble plus profitable ?