Macroéconomie



Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Statistiques US qui comptent

Première puissance économique, et financière mondiale, les Etats-Unis influencent la totalité des places boursières. Chaque mois, trimestre ou semestre, les statistiques sur l'économie américaine sont scrutées, analysées et suivies par plusieurs centaines de millions d'investisseurs. Comme tout pays, les Etats-Unis publient une batterie de statistiques économiques qui influencent toutes à leur manière les marchés. Découvrons ci-dessous les huit statistiques essentielles à une bonne analyse des marchés américains.

CPI ou Consumer Price Index (équivalent américain de l'indice des prix à la consommation)
Le calcul du CPI fonctionne globalement sur le même principe que notre indice des prix à la consommation. Un panier d'achat moyen de produits et de services est constitué. Chaque mois, on calcule le coût global de ce panier et on en déduit l'évolution des prix. Le CPI est donc une mesure de l'inflation des Etats-Unis.
Une hausse de l'inflation est toujours mal perçue par les analystes – mis à part dans les économies déflationnistes-. En effet, la hantise de voir resurgir le spectre de l'inflation, pousse les banques centrales à accroître leur taux d'intérêt pour stopper toute velléité de hausse. Une hausse des taux d'intérêts conduit à des conséquences plus que néfastes sur les marchés boursiers.

PPI ou Producer Price Index (équivalent américain de l'indice des prix à la production)
Contrairement au CPI qui mesure l'inflation par le consommateur final, le PPI calcul la variation des prix de biens de production. Il s'agit notamment des secteur miniers, manufacturiers, du gaz, de l'électricité, du secteur agricole et autres matières premières.

Unemployment Rate (équivalent américain du taux de chômage)
Ce taux, aussi connu sous le nom de Jobless rate, est primordial pour l'économie américaine et pour mieux comprendre son fonctionnement. Les Etats-Unis ont su abaisser considérablement leur taux de chômage au cours de ces dix dernières années. De fait, le taux actuel du chômage américain est proche du taux de chômage dit frictionnel. Les Etats-Unis seraient donc en période de plein emploi. Ce dernier est facteur de tension pour les salaires. Les salariés peuvent changer plus rapidement de travail en espérant trouver de meilleures conditions de travail. Ils deviennent donc plus exigeants en matière salariale. De fait, l'annonce de toute hausse du chômage peut paradoxalement favoriser la Bourse américaine. En France, au contraire, la baisse du chômage signifie davantage de croissance.

Durable Goods Orders (équivalent américain des commandes de biens durables)
Les biens durables concernent tous les biens achetés dans le but d'être utilisés pendant plusieurs années. Il s'agit notamment des machines outils ou encore de l'automobile. Cet indicateur est certes un bon indicateur pour connaître l'évolution à venir de la production –la commande peut précéder de plusieurs mois la production effective du bien- mais il est également un bon indicateur de la confiance que les acteurs économiques témoignent dans l'avenir économique et la croissance du pays. En effet, les dépenses en biens durables ayant des influences sur plusieurs années sont prises le plus souvent dans un climat de confiance et de croissance attendue. Dans le cas contraire, les acteurs économiques n'hésiteraient pas à reporter voire à annuler leur décision d'achat.
Pour être significatif, deux secteurs utilisés dans le "Durable Goods Orders" doivent être supprimés à savoir : l'armement et les transports. En effet, ces 2 secteurs sont extrêmement volatiles et la forte hausse d'un des secteurs peut obérer une baisse ou un ralentissement global des commandes de biens durables.

Housing Starts (équivalent américain des constructions de maisons neuves)
Le nombre de constructions neuves est un bon indicateur de confiance des ménages américains. Cet indicateur, mensuel, nécessite toutefois un lissage sur plusieurs mois. En effet, les mois d'hiver sont naturellement moins favorables à la construction de maisons neuves, ce qui se comprend aisément à cause des conditions climatiques américaines.
La plupart des constructions étant financée par voie de crédit, le "housing starts" reflète également le niveau global des crédits accordés. Une hausse des crédits est favorable à l'économie dans son ensemble –dans le cas d'une économie non surendettée-.

Retail sales (équivalent américain des ventes de détail)
Ce chiffre désigne le niveau de dépenses des consommateurs américains en biens durables et non durables.
Pour être étudiable, cet indicateur doit subir un lissage sur plusieurs mois. En effet, les ventes d'automobiles ont un caractère saisonnier qui fausserait les résultats de l'analyse. La sortie de nouveaux modèles peut masquer un ralentissement des dépenses des consommateurs dans leur ensemble.

GDP ou Gross Domestic Product (équivalent américain du Produit Intérieur Brut)
Sans doute, la statistique la plus connue au niveau mondial. Le GDP (ou PIB en France) désigne la production en services et en biens des Etats-Unis. Cet indicateur permet notamment de comparer la "richesse" des pays. Comme avec le P.I.B., le GDB peut être scindé en plusieurs grands agrégats tels que les dépenses de consommation, les investissements des institutionnels ou bien encore les constructions résidentielles. L'analyse détaillée de chacun de ces agrégats apportera davantage de renseignements que l'étude de la statistique globale.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

ISM ou Institut of Supply Management (ex NAPM ou National Association Purchasing Management Index)
Indice spécifique aux Etats-Unis, l'ISM donne un niveau de prix à l'achat de différents secteurs. Ainsi cet indice regroupe les prix à l'achat du secteur agricole ou encore des secteurs liés à l'énergie. Toutefois, les achats de pétrole brut sont écartés de cet indice, vraisemblablement pour éviter de le fausser par la trop forte volatilité du marché pétrolier.
Contrairement au CPI ou au PPI, l'ISM est le résultat d'une étude réalisée auprès des directeurs d'achats de grandes entreprises. Il ne s'agit pas d'une statistique industrielle ou économique.
Cet indice permet aux analystes d'anticiper la santé économique à venir de l'économie américaine. Un indice supérieur à 50 s'observe dans un pays en croissance. Inférieur à 50, le pays se dirige vers un état de récession.

Cette batterie d'indicateurs est largement étudiée par les investisseurs. Une statistique divergente des prévisions pourra entraîner la bourse à la hausse ou à la baisse. Il convient de se tenir informé des prévisions ainsi que des dates de publication pour ne pas être surpris des éventuelles fluctuations de marché.