Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Reverse convertibles, action ou obligation ?

Instruments

Les Reverse Convertibles sont des instruments financiers relativement récents dans le panorama boursier français. Emis par les établissements financiers, ils cumulent les avantages des actions et des obligations. Pour les connaisseurs, leur fonctionnement se rapproche des obligations remboursables ou convertibles en actions. Les Reverse Convertibles sont basés en fait sur le principe de versements périodiques de coupons (équivalent des dividendes pour les actions) et d’un remboursement à l’échéance.

Comprendre le fonctionnement des Reverse Convertibles


Un Reverse Convertible permet à son détenteur de percevoir périodiquement des coupons. Ces coupons sont sensiblement plus élevés que ceux d’une obligation classique. A titre de comparaison, la Société Générale a émis un Reverse Convertible sur Alcatel à 21% par an, et le Crédit Lyonnais à hauteur de 24% par an pour TF1. On est bien loin des 4-5-6 % par an des obligations à taux fixes. Ainsi en achetant dès aujourd’hui un Reverse Convertible à 100€ avec un coupon de 20%, vous percevrez tous les ans un coupon de 20€, bien au-dessus du niveau du marché des obligations.

Mais pourquoi cette différence ?


Cette différence entre une obligation classique et un Reverse Convertible provient essentiellement du risque de non-remboursement du capital initial. Dans le cadre d’une obligation classique, le capital initialement investi est remboursé en intégralité à l’échéance de l’obligation. Cette échéance peut être de 5,8 ou 10 ans. Il n’y a donc quasiment aucun risque de non-remboursement, mis à part en cas de faillite de l’émetteur. Si vous achetez une obligation d’une entreprise qui fait faillite, vos chances d’obtenir le remboursement de votre placement sont quasi nulles.
Avec l’investissement en Reverses Convertibles, le capital initial n’est pas obligatoirement remboursé. Le montant de remboursement dépendra en grande partie du sous-jacent du Reverse Convertible. A chaque Reverse Convertible est associé un support dit sous-jacent. Il peut s’agit d’une action, un indice ou un panier sectoriel de valeurs. Ainsi si le cours du sous-jacent est inférieur au prix de référence (le plus souvent le prix d’émission) du Reverse Convertible, vous ne serez remboursé qu’à hauteur du niveau de cours du sous-jacent. Le remboursement pourra alors être réalisé en actions (si le sous-jacent est en actions) ou en espèces (dans le cas où le sous-jacent est un indice).
Ce risque de non-remboursement explique en grande partie les forts coupons versés au cours de la vie du Reverse Convertible. Ceci explique également la durée de vie, le plus souvent très courte, des Reverses Convertibles. D’environ deux années, elle peut être de 8 ans dans certains cas, notamment si le sous jacent est un indice. Avec un coupon de 20%, il ne faudrait en effet que 5 ans pour garantir la récupération intégrale de l’investissement initial. Le risque de remboursement s’en verrait donc fortement diminué.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

A l’échéance, deux cas de figures peuvent se présenter :
le cours du sous-jacent est supérieur ou égal au prix de référence : dans ce cas, le capital est intégralement remboursé au prix de référence, quelque soit la hausse du sous-jacent. La performance de votre investissement est alors plus qu’acceptable puisque vous avez obtenu d’importants coupons pendant toute la durée de vie du Reverse Convertible, coupon bien supérieur aux coupons que vous auriez perçu si vous aviez détenu des obligations de type classique;
le cours du sous jacent est inférieur au prix de référence : c’est le scénario le moins favorable à votre placement. Dans ce cas, vous ne serez remboursé qu’au niveau de cours du sous-jacent. Si la perte en capital est compensée par le niveau élevé des coupons, votre performance s’approchera de celle d’une obligation classique. Si la perte en capital est supérieure au montant des coupons versés, vous vous retrouverez alors dans le cadre d’une action classique. Toutefois, si vous aviez investi la même somme en actions, vous n’auriez pas perçu de tels coupons.

Reverse Convertible, Action ou Obligation ?


Le Reverse Convertible est un instrument financier qui doit être étudié par comparaison avec les deux principaux instruments auquel il se réfère : l’action et l’obligation. Votre profil d’investisseur déterminera l’instrument qui vous conviendra le mieux.

Prix final < Prix de référencePrix final >= Prix de référence
Reverse ConvertibleLa perte en capital peut être plus ou moins importante mais vous avez perçu des coupons réguliers pendant toute durée de vie du Reverse Convertible.Votre capital initial est totalement remboursé et vous avez bénéficié de coupons à un taux largement supérieur aux taux du marché obligataire.
ObligationLe capital est remboursé intégralement. Vous avez perçu des coupons relativement faibles.
ActionLes dividendes (équivalents des coupons) ont été extrêmement faibles voire inexistants. Votre perte en capital correspond à la moins-value que vous allez réaliser sur la détention de vos titres.Les dividendes (équivalents des coupons) ont été extrêmement faibles voire inexistants. Votre gain en capital correspond à la plus-value que vous allez réaliser sur la détention de vos titres.


D’un point de vue pratique, le coût d’achat d’un Reverse Convertible est identique à celui des certificats ou d’autres valeurs mobilières. La cotation des Reverses Convertibles est situé dans les journaux financiers au même niveau que les certificats, les warrants et autres instruments financiers émis par les établissements financiers.