Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Reporter une introduction, une opération neutre ?

Introductions

L'introduction est l'acte de naissance de l'entreprise cotée. Ce n'est qu'à ce moment là qu'elle débute sa vie boursière. Il y a une vie avant, et une vie après. Une société cotée voit sa stratégie pouvoir être mise à mal par des actionnaires récalcitrants, ou bénéficier de ces nouveaux financements pour se développer à l'international. S'introduire en bourse n'a rien d'un geste anodin, et seules quelques entreprises s'y risquent chaque année. L'introduction en bourse est loin d'être une opération facile. C'est une opération complexe, qui peut se transformer en cauchemar pour les moins précautionneux.

Pour les entreprises qui ambitionnent de s'introduire en bourse, elles communiquent très fortement en amont de l'opération afin d'attirer suffisamment d'investisseurs, de se faire connaître et bénéficier d'une introduction réussie. Une introduction ratée peut suivre la nouvelle entreprise cotée pendant des années. Afin d'éviter de l'échec de l'introduction, certains dirigeants n'hésitent pas à reporter l'opération. Ce retard peut n'être que de quelques semaines, quelques mois voire quelques années. D'autres au contraire, annoncent clairement que l'introduction est reportée sine die, la date étant inconnue. L'annulation pure et simple reste rarement communiquée. Autant il est toujours possible de reporter une introduction pour quelque prétexte que ce soit, autant l'annulation est un coup rude porté à l'entreprise.

Reporter une introduction est une procédure rare tant les conséquences sont nombreuses. On ne lance pas, puis reporte, une opération d'une telle ampleur pour le plaisir. Les raisons sont variées, mais toutes n'éviteront pas les conséquences parfois néfastes de ce report.

une demande insuffisante
C'est le pire cas d'un report de l'introduction. L'entreprise n'attire pas les investisseurs. Même au prix le plus bas de la fourchette d'introduction, le nombre d'investisseurs est insuffisant pour combler l'offre de titres proposés. Autrement dit, la société souhaite s'introduire sur le marché via une augmentation de capital d'1 million de titres, et les ordres de souscription cumulés ne dépassent pas les 500.000. L'introduction est un échec avant même d'être effective. Afin d'éviter un échec retentissant, de voir le cours de bourse s'effondrer lors des premiers échanges, et puisque la somme récoltée sera insuffisante pour mener à bien les projets prévus, la direction préfère reporter l'introduction. Ce report est salutaire pour les futurs actionnaires, mais dangereux pour l'entreprise selon les motivations de l'introduction. Elle devra peut être se tourner vers un financement bancaire quitte à se surendetter.

des conditions de marché défavorables
C'est l'une des raisons les plus couramment avancées par les dirigeants afin de justifier un report d'une introduction. Il est vrai qu'on n'apprend pas à un enfant à nager quand les vagues sont au plus haut. De même, qu'on évite de s'introduire en bourse quand la volatilité est trop élevée. Ce report est souvent compris par les investisseurs. Il vaut mieux reporter l'introduction de quelques mois afin de profiter d'une accalmie sur les marchés. C'est la raison avancée par Spie en octobre 2014, même si la demande de titres semble aussi avoir été insuffisante pour répondre à l'offre.

Même si le marché n'est pas volatil, un marché qui a du absorber de multiples introductions dans les mois précédents peut être plus enclin à refuser une nouvelle introduction. Les sommes à investir sur les marchés n'étant pas extensibles, les investisseurs peuvent ne plus disposer des ressources suffisantes pour se positionner sur de nouvelles valeurs. De plus, une forme de lassitude peut se ressentir, les investisseurs devenant de plus en plus exigeants au fil des mois sur les introductions. Une introduction qui aurait pu être un succès au mois de janvier, peut se transformer en échec au mois de novembre.

Dans le même esprit, et quelque soit le secteur, le dirigeant d'entreprise étudiera avec soin les introductions récentes. Si les introductions les plus récentes n'ont pas trouvé leur public, au point que plusieurs ont été des échecs cuisants, n'est-il pas temps de reporter l'opération ? Certes le secteur est différent et l'entreprise dispose de meilleurs atouts, mais la presse faite autour des introductions récentes est plus que défavorable aux introductions à venir. Le report est une fois de plus plus dicté par une décision sage.

une introduction qui n'a plus lieu d'être
Ce cas est rare. Très rare. L'opération peut être reportée, voire directement annulée, si les raisons de l'introduction ne sont plus valables. Ainsi dans le cas d'une bataille boursière pour le rachat d'un concurrent, une entreprise peut décider de s'introduire afin de disposer des moyens financiers suffisants. Mais si entre temps, elle se fait elle même racheter par une société tiers, l'introduction perd alors tout son sens et est logiquement reportée avant d'être annulée. Il en est de même si l'entreprise a pu bénéficier des conditions de financement qu'elle désirait auprès de ses partenaires financiers habituels. L'introduction peut aussi servir de moyens de pressions auprès du monde bancaire.

Si les raisons de l'introduction disparaissent, très logiquement, l'introduction se doit d'être reportée avant d'être annulée.

des pressions sur les dirigeants
Les dirigeants ne sont pas les seuls décideurs lors de ce type d'opérations. Les montants en jeu, parfois plusieurs milliards d'euros, sont tels que les actionnaires cherchent souvent à influencer la direction dans un sens ou dans l'autre. Certains actionnaires, que l'on nomme les actionnaires activistes, n'hésitent pas à faire entendre leur voix. S'ils considèrent que l'opération n'a rien de profitable pour eux et l'entreprise, ils feront pression pour annuler cette dernière même s'ils sont minoritaires. En ralliant un maximum d'actionnaires à leur cause, et en se faisant entendre dans les médias financiers, une introduction pourtant attendue par de nombreux investisseurs peut se voit annuler. C'est notamment le cas de Carrefour en 2011 qui souhaitait introduire sa foncière. Des fonds activistes ont fait pression pour annuler l'opération qu'ils jugeaient contraire à leurs intérêts et à ceux de l'entreprise.

un environnement sectoriel défavorable
Le cours de bourse d'un titre s'explique par les performances financières de la société, par l'environnement économique global mais aussi par les autres sociétés du même secteur. Il en est de même pour les introductions. Il est plus facile d'introduire un constructeur automobile en bourse lorsque le marché est en plein boom. Qui souhaiterait ainsi investir sur une société dont l'ensemble des concurrents déjà cotés voit leur cours s'effondrer depuis deux ans ? L'environnement sectoriel est indispensable à la bonne réussite d'une introduction. La publication d'un chiffre d'affaires décevant sur l'un de vos principaux concurrents, expliqué par la baisse globale du secteur, rejaillira sans nul doute sur votre propre introduction. Ce phénomène explique en grande partie les introductions par vague. Quand une société d'un secteur défini réagit bien sur le marché, il n'est pas rare de voir dans les mois qui suivent plusieurs sociétés du même secteur s'introduire. Lors du boom de l'internet des années 1999-2000, l'engouement était tel que quelque soit le métier exact de l'entreprise, pour peu qu'elle travaillait sur le net, la réussite de l'opération était assurée.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Une fois le report de l'introduction confirmé, l'ensemble des ordres envoyés par les investisseurs se retrouvent annulés. Toute la procédure sera donc à reprendre lors de l'introduction effective de l'entreprise. Pour l'entreprise, les conséquences peuvent être lourdes. Si les motivations de l'introduction n'ont pas disparu, les mêmes raisons devront se résoudre d'une autre manière. Ainsi, la société devra trouver des financements d'une autre façon, ou le besoin de se faire connaître se traduira par une augmentation des budgets publicitaires. Dans tous les cas, le report d'une introduction est un risque pour l'introduction future de l'entreprise. Les investisseurs pourraient se retrouver échauder par l'opération précédente avortée.

Le report d'une introduction n'est pas donc un événement à prendre à la légère. Vous devrez connaître les raisons exactes de ce report, et non les raisons officielles présentées par l'entreprise. N'hésitez pas à réétudier avec soin l'opportunité de vous positionner sur une éventuelle nouvelle introduction de la même société.