Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Ratio de Sharpe ou l'outil pour choisir une Sicav

Les années 60 ont été riches en outils destinés à calculer la performance réelle d'un fonds. Que ce soit l'Alpha de Jensen ou encore le Ratio de Treynor, les économistes ont développé de nombreux calculs afin d'estimer la performance d'un fonds en tenant compte du marché, et des risques engagés. Le Ratio de Sharpe est l'un de ces ratios, encore indispensable aujourd'hui pour sélectionner la Sicav idéale.

Développé en 1966 par William Forsyth, un économiste américain, le ratio de Sharpe permet de calculer la rentabilité marginale d'un actif financier en fonction d'une unité de risque. En effet, pour un risque élevé, la rentabilité se doit d'être élevée. Mais deux portefeuilles peuvent afficher un ratio de Sharpe différent. Cela signifie que pour un même niveau de risque, la rentabilité sera différente. A catégorie, et à style de gestion équivalentes, l'investisseur aura tout intérêt à choisir la sicav apportant la meilleure rentabilité. Il n'est en effet pas raisonnable de se positionner sur un fonds plus risqué sans obtenir une meilleure rentabilité.

Le Ratio de Sharpe est relativement simple à calculer. La formule est :

( Rp - Rf ) / E-Tp

Avec
- Rp : Rentabilité du portefeuille. Il est facile d'obtenir cette information car il s'agit de la rentabilité effective, ex post, du fonds;

- Rf : Rentabilité d'un actif sans risque. L'objectif ici est de connaître quelle est la rentabilité d'un actif pour lequel nous avons toutes les chances de récupérer notre investissement. C'est le cas des obligations d'Etat. En effet, si vous placez votre argent en emprunts d'Etat français, votre risque de perdre votre épargne est nul;

- E-Tp : Ecart-type du portefeuille. L'écart-type représente la volatilité du portefeuille.

Le ratio de Sharpe obtenu après ce calcul peut être de trois formes.

Inférieur à 0
Dans ce cas, la rentabilité du portefeuille est inférieure à l'actif sans risque. La question qui vient naturellement est alors : pourquoi investir sur un actif qui rapporte moins qu'un autre, qui de plus est sans risque ? Raisonnablement, l'investisseur n'a aucun intérêt à se positionner sur ce type d'actifs. Toutefois, en pratique, plusieurs autres raisons peuvent expliquer ce phénomène. Dans le cas d'une sicav par exemple, des frais d'entrée et de sortie peuvent limiter sensiblement la rentabilité d'un fonds en cas de changements fréquents. De plus, une performance faible en année N ne signifie en rien une performance faible en année N+1;

Compris entre 0 et 1
La rentabilité du portefeuille est certes bien supérieure à la rentabilité d'un actif sans risque, mais compte tenu du risque engagé, cette rentabilité est jugée insuffisante. De fait, le trader ne devra pas se tourner vers ce fonds où le risque pris est trop élevé par rapport à la rentabilité obtenue;

Supérieur à 1
Il s'agit là de la situation idéale pour l'investisseur. Le fonds dégage une rentabilité supérieure à l'actif sans risque, mais dégage aussi une rentabilité marginale supérieure au risque engagé. Autrement dit, le risque pris par le gestionnaire du portefeuille est compensé par la rentabilité obtenue. Plus ce ratio est élevé, et plus le fonds devient intéressant. Le gestionnaire prend des risques mais ces risques sont plus que rentables.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Le ratio de Sharpe est diffusé largement par les comparateurs d'OPCVM afin de sélectionner au mieux votre Sicav. D'autres ratios le sont aussi, comme le ratio de Sortino qui lui ne prend en compte que la volatilité négative, liée aux seules baisses. Le ratio de Sharpe n'est aussi pas exempt de critiques, comme le fait qu'il se base sur une loi normale, qui ne peut jamais s'appliquer parfaitement aux marchés financiers.

Le Ratio de Sharpe est donc un outil intéressant mais ne doit pas être votre seul critère pour choisir votre Sicav ou FCP. Il est seulement l'une des composantes de vos critères de sélection. N'hésitez pas à les multiplier tout en gardant à l'esprit que le style de gestions, le type d'actifs ou encore la zone géographique seront davantage déterminants pour sélectionner une Sicav. Le Ratio de Sharpe n'est là que pour le dernier choix parmi une sélection de quelques Sicav d'une même catégorie.