Premiers Pas



Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

A quel âge s'investir en bourse ?

Y'a t-il un âge idéal pour investir en Bourse ? Voilà bien une question que la plupart des gens ne se pose pas, mais dont la réponse risque d'influer grandement votre façon d'investir. En effet, il n'existe pas d'âge idéal pour débuter. Vous vous tournerez vers les marchés financiers quand vous en ressentirez l'envie ou le besoin. Il n'y a pas d'âge fixe. Ainsi tout âge a ses avantages pour investir mais aussi ses inconvénients. Quatre périodes de notre vie semblent toutefois se dessiner et leurs caractéristiques ci-dessous vous permettront de connaître les éventuelles erreurs à éviter pour chaque période.

De 16 à 20 ans

La passion de la bourse peut parfois naître très tôt. Ainsi il n'est pas rare de voir des investisseurs faire leurs premières armes sur les marchés boursiers à leur majorité, ou quelques années auparavant. Il est nécessaire d'être majeur pour investir en Bourse. Toutefois, deux possibilités sont offertes aux mineurs. Soit demander à être émancipé par ses parents dès l'âge de 16 ans, et ainsi obtenir la capacité juridique nécessaire à la passation d'ordres en bourse. Soit gérer un compte boursier ouvert aux noms de ses parents, et avec leur accord. Dans les deux situations, il sera nécessaire d'en discuter longuement avec les parents.
Ces jeunes investisseurs peuvent être très documentés pour certains -une passion datant de plusieurs années- mais aussi très inexpérimentés pour d'autres qui n'y voient qu'une façon de gagner de l'argent de poche rapidement. La Bourse n'a JAMAIS permis de gagner son argent de poche. Au mieux, elle ne coûtera rien dans les premières années d'investissement mais il ne faut pas espérer y faire fortune après quelques semaines. Les passionnés y trouveront ce que le virtuel ne leur a pas apporté, c'est à dire une dose d'adrénaline et une excellente façon de mettre en pratique leurs connaissances.

C'est aussi à cette période que vous pourrez créer votre propre club d'investissements avec d'autres étudiants ou un groupe d'amis. Un bon moyen d'apprendre ensemble à investir en limitant les risques et en ouvrant vos horizons d'investissement.

Dans tous les cas, la fougue de la jeunesse risque de vous entraîner vers des prises de risque bien supérieures à la moyenne des investisseurs. Se fixer des règles claires est d'ores et déjà un bon moyen de limiter les pertes. Ainsi, il ne faut pas hésiter à couper vos pertes rapidement plutôt que de les laisser filer. Mieux vaut une petite perte qu'une très grosse.

Vers 25 ans

Avec l'obtention du premier travail rémunéré, l'investisseur dispose de fonds plus importants et envisage la bourse comme un moyen de placement et d'épargne. Il ne pense pas encore à sa retraite mais plutôt au meilleur moyen de dynamiser son épargne autrement que par le Livret A classique. Il pourra gérer lui même son portefeuille mais poura aussi s'orienter vers des placements collectifs comme les OPCVM. Sa recherche du risque restera toutefois élevée. Il recherchera davantage la performance à la sécurité. N'hésitez donc pas à diversifier votre portefeuille de façon cohérente, à défaut de diversifier votre patrimoine dans son ensemble. Si vous n'avez pas les fonds pour investir autant dans l'immobilier, que la bourse ou les oeuvres d'art, diversifiez tout de même votre portefeuille boursier pour éviter que la chute d'une seule valeur ne remette en cause toute votre épargne.

En effet, s'investir à 25 ans en bourse prouve une réelle envie de découvrir les marchés financiers en lieu et place des placements classiques. N'hésitez pas à multiplier les sources de connaissances pour perfectionner vos connaissances boursières.

De 40 à 45 ans


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

La retraite s'approche à grand pas. Un patrimoine s'est déjà constitué, ou non, et la bourse est le lieu idéal pour le diversifier. Quelques livrets, un peu d'immobilier, et une dose de bourse. La prise de risque est sensiblement moins recherchée que pour les investisseurs de 18 ans. A 40 ans, on a souvent une famille à faire vivre et tout argent investi se doit de ne pas être perdu. Doper la performance globale de son patrimoine, oui. Risquer sa situation patrimoniale pour un peu d'adrénaline, non. L'avantage de cet investisseur est sa grande culture financière pour celui qui s'est intéressé à la finance toute sa vie. Il sera plus à même de comprendre le métier des entreprises cotées et privilégiera l'analyse fondamentale à l'analyse technique.

Dans le cas d'une absence totale de connaissances boursières, privilégiez l'investissement en OPCVM, moins coûteux en temps et plus simple à appréhender. Il n'est jamais trop tard pour apprendre les rouages de la bourse et le suivi de vos OPCVM pourra vous y aider. La sélection même d'un OPCVM n'est pas chosée aisée, et pourra vous demander autant de temps que pour une action.

Après la retraite

La retraite peut être une excellente période pour découvrir les marchés financiers. Certes, vous n'y investirez pas tout votre patrimoine, mais 5 ou 10% peut être une bonne part pour profiter de la rentabilité de la bourse, sans renier la sécurité de revenus réguliers. De plus, votre temps libre s'est très fortement allongé et il vous est désormais possible de suivre l'actualité financière quotidiennement. La Bourse peut alors s'envisager comme un passe-temps profitable. Toutefois, il faut prendre soin de ne pas investir plus que ce que vous êtes prêt à perdre. Plusieurs retraités ont ainsi tout perdu aux Etats-Unis après avoir conservé la totalité de leur épargne en Bourse après leur retraite. N'entamez pas votre pécule retraite pour spéculer sur les marchés financiers. N'oubliez pas que la bourse, bien que plus rentable sur le long terme, est aussi un placement risqué.

Il n'existe donc pas d'âge idéal pour débuter et chaque investisseur verra midi à sa porte. Sachez toutefois que si vos premiers pas ont été un échec vers 18 ans, rien ne vous interdit d'y revenir des années plus tard, quitte à vous faire aider via un club d'investissements.