Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Politique monétaire, une première approche

Macroéconomie

Tout à chacun sait qu'un Etat peut influer directement sur l'économie à travers le bras armé qu'est le déficit budgétaire. Mais bien peu savent que la monnaie peut aussi être influencée afin de répondre à une politique monétaire plus vaste. Cette politique monétaire n'est toutefois pas confiée aux Etats, mais aux banques centrales nationales. La plupart du temps indépendantes, les banques centrales de chaque pays disposent d'outils macro-économiques leur permettant de gérer au mieux les besoins de financement de l'économique. La monnaie n'est pas neutre et peut être influencer afin de doper l'économie ou de stabiliser les prix.

Les banques centrales sont essentiellement indépendantes des gouvernements. Ainsi, elles ne gèrent pas la monnaie comme le gouvernement gère un budget mais ont une vision plus macro-économique de l'économie. Ils ne cherchent pas à satisfaire une corporation en particulier, mais à affiner le niveau de la monnaie en fonction de l'environnement économique. Depuis la mise en place de l'Euro, c'est à la Banque Centrale Européenne que s'est vu confiée la politique monétaire de la Zone Euro. Toutefois, les banques centrales nationales ont été conservées et travaillent en étroite collaboration avec la BCE. Totalement indépendante, la politique de la BCE est parfois critiquée par les gouvernants.

Les banques centrales disposent d'outils puissants pour transformer dans les faits la politique monétaire qu'elles ont défini. Les taux d'intérêts sont de cela. Ainsi, l'impact de la Banque Centrale sur les taux d'intérêts est très élevé. Les taux d'intérêts interagissent avec l'investissement, la consommation via la production de monnaie. Un taux d'intérêt influe directement sur les crédits que pourront accorder les banques à leurs clients, et ainsi aura un impact clair sur l'économie du pays. Une augmentation des taux d'intérêts se traduira mécaniquement par un coût des dettes en hausse. La hausse aidant, certains projets d'investissements ne deviennent plus rentables, et certains particuliers ne pourront plus emprunter. De fait, la hausse des taux d'intérêt se traduira par par une baisse des crédits, et ainsi par un ralentissement de l'activité économique.

Pour influencer dans le sens désiré les taux d'intérêts d'une économie, la Banque Centrale peut soit directement baisser ou augmenter les taux directeurs. Les taux d'intérêts se fixant sur les taux directeurs de la Banque Centrale, la moindre variation de ces derniers aura une influence sur les taux d'intérêts du pays. Mais la Banque Centrale peut également directement sur le marché des changes. En achetant ou vendant des devises détenues en réserve, la devise évoluera, et les taux d'intérêts évolueront également. Toutefois, cette technique demande des masses de capitaux très importantes qui ne sont parfois pas à la disposition d'une banque centrale, notamment en cas de spéculation. Dans ce dernier cas, les masses d'argent sont si conséquentes que même une action coordonnée des banques centrales peut ne pas inverser la tendance de fonds.

Les objectifs d’une politique monétaire sont principalement au nombr ede deux et dépendent de chaque banque centrale. Ces objectifs sont précisés dans leurs statuts et elles doivent s'y conformer :

la régulation macro-économique
Il s’agit ici d’obtenir un effet sur l’emploi et la production du pays concerné. La banque centrale peut en effet avoir dans ses statuts l'obligation de d'aider à la bonne santé financière du pays. Pour doper l'emploi d'un pays, rien de mieux que de baisser les taux d'intérêts. La demande augmentera naturellement avec le développement des crédits et donc de la consommation et des investissements. Cette reprise de la consommation devrait alors favoriser la croissance économique en relançant la production, et donc l’emploi. Cette politique peut s'étaler sur plusieurs années, ou être plus conjoncturelle en fonction des données statistiques annoncées. La Banque Centrale peut aussi être amenée à augmenter les taux afin de ralentir une économie jugée en risque de surchauffe.

La stabilisation des prix : En influant sur le volume de production de monnaies, la politique monétaire peut contribuer à stabiliser les prix en évitant une forte inflation due à un trop gros volume de devises en circulation. L'inflation fut forte en Europe au début des années 80, et le spectre d'un retour de celle-ci a pesé sur bons nombres de politiques monétaires en France depuis vingt ans. La Banque Centrale Européenne se concentre d'ailleurs presque exclusivement à stabiliser les prix, alors que la FED aux Etats-Unis recherche avant tout à développer la croissance.

Ce second objectif n’est apparu que dans les années 80 avec l'indépendance toujours plus croissante des banques centrales. Avant cette période, les politiques monétaires avaient pour principale fonction de relancer l’économie quand cela s’avérait nécessaire et de réguler cette même économie en temps de quiétude.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Pour suivre de manière efficace la politique monétaire appliquée par un pays ou par un groupe de pays, il est nécessaire d’analyser les différentes actions des grandes banques centrales sur les taux de change. Pour cela, il suffit de suivre l’actualité financière et économique régulièrement. De nombreuses données statistiques sont également disponibles sur le site des banques centrales. C’est le cas notamment de la BCE ou Banque Centrale Européenne. Ces renseignements sont toutefois rédigés en anglais.

En conclusion, la politique monétaire a une réelle influence sur l’économie et la santé financière d’un pays. Il est donc normal qu'elle ait des répercussions, directes ou indirectes, sur les différents marchés boursiers ou sur le marché des changes. Mieux vaut donc être informé des principales actions mises en œuvre.