Devises



Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Peso argentin, une monnaie avec encore un avenir ?

La devise d'un pays est bien souvent symptomatique de sa bonne santé financière, mais elle influence aussi directement son économie. Une devise dévaluée et certes les importations seront plus coûteuses, mais les prix des produits dédiés à l'exportation se verront diminués. Une devise surévaluée et développer des marchés à l'étranger pourra se révéler mission impossible. La monnaie est à la fois une cause et une conséquence de la situation financière d'un pays, et la situation en Argentine n'échappe pas à cette règle. En effet, depuis plus d'une décennie maintenant, le peso argentin reflète la profonde crise dans laquelle le pays est plongé et ne fait qu'accentuer cette crise.

L'indépendance de l'Argentine est encore toute récente. Ainsi, l'Argentine ne se détache de son pays colonisateur, l'Espagne, que le 9 juillet 1816. Mais cela fait déjà quelques années que circulent des pièces de monnaies, le peso argentin. Ce peso (dont la signification est poids en espagnol) est frappé sur des pièces d'or (relativement rares) et d'argent. Tout naturellement le peso argentin prend sa place dans l'économie argentine jusqu'à atteindre son paroxysme dans les années 50. Le pays est alors en plein âge d'or et s'affiche comme un poids lourd de l'économie mondiale. Le pays atteint même le 12ème rang dans le monde pour le PIB par habitant. Un niveau qu'il est loin d'afficher aujourd'hui, suite à de multiples crises financières et économiques ponctuées par des erreurs de gouvernance évidentes. Aujourd'hui le pays compte plus de 40 millions d'habitants, et une grande part de cette population est pauvre. L'hyper inflation ayant frappé durement les portefeuilles des ménages.

Le peso argentin subit aujourd'hui de plein fouet des décennies d'erreurs économiques. Les années 90 se sont vues ponctuées par une libéralisation accrue de tous les secteurs économiques. Le peso argentin se retrouve alors ancré au dollar américain, et petit à petit, la situation économique aidant, le peso argentin se retrouve de plus en plus surévalué. Emis par la Banco Central de Argentina, cet ancrage au dollar américain oblige la banque centrale a détenir de larges réserves en dollars. L'inflation persiste et la situation dans la région n'améliore pas la situation. En effet, en 1998, le Brésil dévalue son Real et les produits argentins se retrouvent en concurrence directe avec les exportations brésiliennes. La récession s'installe en Argentine dès 1999, et la crise s’accentue en 2001 où d'importants retraits de capitaux étrangers sont constatés. A tel point que le gouvernement décide de contrôler ses retraits (Corralito). En 2002, le peso argentin n'est plus lié au dollar américain et cela entraîne tout naturellement un effondrement du cours de peso. L'épargne des argentins se réduit comme peau de chagrin.

Elue le 28 octobre 2007, la nouvelle présidente de l'Argentine Cristina Fernandez de Kirchner (qui succède à son mari) décide de nationaliser des fonds de pensions privées en 2008. La crise de confiance avec les institutions financières s'installe. En 2012, la même présidente décide de nationaliser YPF, un géant pétrolier qui a fusionné avec un autre géant en 1999, Repsol. YPF est symptomatique de la volonté de Mme Kirchner de reprendre la main sur l'économie. Elle renationalise en effet une société qui avait été privatisée en 1999. Repsol perd dans l'opération entre 400 et 600 millions d'euros.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Aujourd'hui, le peso argentin continue de chuter face au dollar. La devise cote en septembre 2013 un niveau de 5,72 pesos pour un dollar. De code ISO 4217 ARS, le peso argentin est désormais dans l'attente d'une énième baisse de notations des agences de même nom. Ces dernières multiplient les signaux d'alertes sur le pays qui a déjà eu à subir par le passé une situation de cessation de paiement. Autrefois star en Amérique du Sud, l'Argentine est devenue depuis un pays en état de quasi mort économique cérébrale.

Le peso argentin reste la devise officielle du pays, mais des monnaies parallèles se développe. Le peso n'est plus considéré comme une valeur où l'on peut investir avec confiance. Elle devient même une devise trop risquée pour les spéculateurs.