Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Pays les Moins Avancés, des aides indispensables

Macroéconomie

La France n'est pas le pays le plus riche du monde, mais il se classe honorablement parmi les pays développés. D'autres ont eu moins de chance dans le développement et sont encore en voie de développement. Mais parmi ces derniers, il existe toute une frange de la population mondiale qui vit dans une grande pauvreté. Ils vivent dans les pays les moins avancés. Cette distinction qui est peu valorisante est en réalité faite par l'Organisation des Nations Unies.

L'expression de Pays les Moins Avancés ou PMA est apparue en 1971 sous l'égide des Nations-Unis. La dernière définition précise date de 2003 et a été faite par le Conseil économique et social des Nations Unies. Ainsi les Pays les Moins Avancés regroupent plusieurs caractéristiques :

Un revenu pas habitant très bas
Ainsi si la moyenne du revenu national par habitant du pays est inférieur à 900$, le pays peut être classé parmi les PMA. Pour donner un ordre d'idée, le PIB par habitant en France était en 2008 de 34.145 dollars, soit près de 38 fois plus.

Un développement humain limité
Il est normal de pouvoir scolariser facilement son enfant dès 3 ans en France, ou encore de ne pas mourir de faim, mais ce n'est pas le cas des pays les moins avancés. Ainsi, des facteurs humains et chiffrables sont pris en compte tels que le taux de scolarisation, le niveau de malnutrition ou encore le nombre de personnels soignants au km². Toute une batterie d'indicateurs représentatifs de l'état social du pays.

Une économie vulnérable
L'économie d'un pays est l'un des outils nécessaires pour développer le niveau de vie de ces habitants. Ainsi l'ONU prend en compte des critères aussi divers que les exportations du pays, ou encore la diversification de la production. Le pays est-il dépendant du cours d'une matière première par exemple ? Une trop forte dépendance peut entraîner de très lourds déficits en cas de chutes des prix. Les catastrophes naturelles mais aussi le changement climatique sont aussi pris en compte. Les PMA sont en effet bien plus exposés au moindre variation de température ou de montée des eaux, à cause de la faiblesse de leurs infrastructures.

Ces seuls critères ne suffisent pas à prétendre à être un PMA. En effet, le pays ne peut avoir une population supérieure à 75 millions d'habitants. De plus, la décision définitive est prise par le Conseil économique et social des Nations Unies ou ECOSOC.

Au 21 décembre 2007, les Pays les Moins Avancés se comptaient au nombre de 49, principalement concentrés en Afrique avec 33 pays; 10 en Asie, 5 en Océanie et 1 en Amériques. Plus de trente de ces pays sont aussi membres de l'Organisation Mondiale du Commerce ou OMC.

Liste des PMA par continent :

Afrique
Angola - Bénin - Burkina Faso - Burundi - Comores - Djibouti - Érythrée - Éthiopie - Gambie - Guinée - Guinée-Bissau - Guinée équatoriale - Lesotho - Liberia - Madagascar - Malawi - Mali - Mauritanie - Mozambique - Niger - Ouganda - République centrafricaine - République Démocratique du Congo - Rwanda - Sao Tomé-et-Principe - Sénégal - Sierra Leone - Somalie - Soudan - Tanzanie - Tchad - Togo - Zambie

Asie
Afghanistan - Bangladesh - Bhoutan - Cambodge - Laos - Maldives - Myanmar - Népal - Timor oriental - Yémen

Océanie
Kiribati - Salomon - Samoa - Tuvalu - Vanuatu

Amériques
Haïti

Depuis 1971 où la première définition des Pays les Moins Avancés a été rédigée, seuls deux pays sont sortis de cette liste, à savoir le Botswana en 1994 et le Cap-Vert en 2007.

Mais cette qualification en PMA n'est pas qu'une volonté de l'ONU de classer tous les pays. Un pays appartenant au PMA bénéficie de nombreuses aides internationales pour inverser cette tendance. Ces aides peuvent être le fruit d'autres états ou d'institutions internationales. L'Aide Publique au Développement ou APD est ainsi favorisée pour les PMA. A ce jour, un tiers de l'APD des pays développés est faite à destination des PMA, mais l'objectif de 0,20% du revenu national distribué en APD est encore loin d'être atteint. Les subventions ont été souvent critiquées à cause des détournements et de la corruption de certains pays mais des mesures en faveur de la transparence financière sont prises constamment.

Une assistance technique peut aussi être prodiguée avec des organismes tels que le Fonds d'Equipement des Nations Unis ou FENU. La faiblesse des infrastructures dans les PMA est en effet un élément récurrent. L'assistance technique permet aussi de réduire la fracture numérique entre les PMA et les pays développés.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Outre des infrastructures défaillantes, les PMA souffrent d'une dette excessive. Celle-ci représente bien plus que dans les pays développés, et les Nations Unis incitent les autres pays à abandonner leurs dettes vis à vis des PMA mais aussi les incitent à financer de nouveaux projets nécessaires au développement. Un pays peut ainsi favoriser un PMA dans ses échanges internationaux en lui achetant prioritairement certaines denrées.

De nombreuses mesures sont donc prises pour permettre aux PMA de sortir de cette catégorie. Toutefois, et malgré tous les efforts des Nations Unis, en 40 ans, seuls deux pays sont sortis des PMA. Un bilan des plus maigres.