Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

OPCVM ou comment répartir les risques

OPCVM

Les OPCVM. Sous ce sigle mystérieux se cache un Organisme de Placement Collectif en Valeurs mobilières. Régis par la loi 88-1201 du 23 décembre 1988, les OPCVM sont surtout connus du grand public par les Sicav ou encore les FCP. Ils permettent de placer son épargne en n'ayant à l'esprit que l'orientation du placement. Plus besoin de suivre l'actualité des entreprises en permanence ou de connaître le chiffre d'affaires exact de telle ou telle société. Vous devrez toutefois choisir la nature de votre OPCVM. Privilégierez-vous une Sicav d'actions asiatiques ? le risque d'un FCPR ? Ou encore une sicav monétaire sans risque ? Une fois l'OPCVM choisi, laissez votre investissement évoluer.

Selon la loi 88-1201 du 23 décembre 1988, les OPCVM sont en fait un terme générique qui regroupe différents supports de gestion collective. La gestion collective désigne le regroupement de plusieurs individus dans le but de gérer en commun un même portefeuille de titres. Individuellement les individus sont donc déchargés de la gestion quotidienne de leur placement. Les OPCVM se décomposent ainsi :

les SICAV ou Sociétés d'Investissement à Capital Variable : la Sicav dispose d'une personnalité morale et voit son capital évoluer au rythme des collectes et des décaissements;

les FCP ou Fonds Communs de Placement. Plus spécialisés sur les Sicav;

les FCPE ou Fonds Communs de Placement d'Entreprise. Votre employeur peut mettre en place ce type de solutions afin de développer une épargne salariale au sein de sa société. Les FCPE sont en partie constitués, le plus souvent, d'actions de l'entreprise;

les FCPR : ou Fonds Communs de Placement à Risques. Les placements sont clairement à risque, et ils ne sont pas conseillés à tous les investisseurs;

les FCPI ou Fonds Communs de Placement dans l'Innovation. Ces fonds peuvent vous permettent de défiscaliser une partie des montants investis;

les FCIMT ou Fonds Communs d'Intervention sur les Marchés à Terme. Très spécifiques, ils sont réservés à quelques investisseurs.

Les OPCVM sont des structures qui permettent la gestion collective de sommes d'argent. Ils ont pour objet d'investir les fonds mis à leur disposition par les souscripteurs, en Valeurs Mobilières. Ces valeurs mobilières sont des titres émis par des personnes morales publiques ou privées qui confèrent des droits identiques par catégorie et donnent accès, directement ou indirectement, à une quotité du capital de la personne morale émettrice ou à un droit de créance général sur son patrimoine. Pour simplifier, les OPCVM peuvent donc investir sur tous les supports (actions, actions à dividende prioritaire, titres participatifs, ordinaires, obligations ordinaires, obligations convertibles, warrants, swap, options, marchés à terme...). Cette multitude de titres financiers permet aux investisseurs de trouver toujours un OPCVM correspondant à leurs besoins exacts.

Toutefois, selon les catégories d'OPCVM, qui déterminent les politiques de gestion, il existe des ratios spécifiques qui limitent leurs investissements sur certains marchés. Ainsi, un OPCVM d'actions asiatiques pourra certes acheter des obligations mais dans des limites prédéfinies par la loi.

On distingue les types d'OPCVM :
- en fonction des supports d'investissements sur lesquels ils sont positionnés, à savoir les actions, les obligations, etc.;

- en fonction des attentes des investisseurs. Un investisseur peut vouloir une sécurité maximale (sicav monétaire) ou bien un fort couple rentabilité/risque (FCPR) ou même de la défiscalisation (FCPI);

- enfin en tenant compte de la niche sur laquelle ils sont investis. Un OPCVM peut par exemple se consacrer uniquement aux valeurs technologiques ou encore aux valeurs sud américaines.

Il existe aussi d'autres critères de différenciation des OPCVM comme l'allocation géographique, le type de gestion, l'importance des capitalisations la composant (small caps, medium caps etc.) ou même le caractère éthique de l'investissement. Il n'est pas rare désormais que la finance islamique ou la finance chrétienne s'insinuent dans les OPCVM pour proposer aux investisseurs des fonds jugés plus respectueux de leurs croyances.

Tout l'intérêt pour le particulier est de savoir arbitrer entre les supports en fonction de ses besoins, de ses attentes en terme de sécurité et de rendement, du dynamisme d'une zone géographique ou d'un secteur d'activité, de la durée potentielle de son placement. La rentabilité d'un placement dépendra davantage du choix de son orientation que du choix des valeurs le composant. Pour résumer, il est plus rentable de choisir entre les actions, les obligations, l'or, etc... que de choisir parmi les actions, celles qui superformeront l'indice.

Voici un arbre représentant une classification possible des OPCVM :

La classification par support d'investissement :
Les OPCVM investis sur les actions
- Classification géographique (Europe, Asie, Etats-Unis...)
- Type de gestion (Value, growth...) : croissance ou dividende
Les OPCVM investis sur des obligations
Les OPCVM monétaires
- Dynamiques : investis sur des titres à échéance assez courte
- Court terme : investis sur des titres à échéance très courte.

La classification selon les attentes des investisseurs :
Les OPCVM dynamiques (investis essentiellement en actions)
Les OPCVM équilibrés (obligations + actions)
Les OPCVM prudents (obligations)

La classification par niche
Les OPCVM sectoriels (technologie, automobile..)
Les OPCVM diversifiés (50% actions, 50% obligations)
Les OPCVM indiciels (suivent un indice de référence et essayent ou non de le battre)


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

La sélection d'un OPCVM se borne donc à sélectionner un secteur géographique ou économique que vous estimez à même d'avoir un potentiel de croissance en fonction de votre profil boursier. Au sein de ce secteur ou de cet espace, la sélection des titres ne vous incombe pas, ce qui est un gain de temps non négligeable.