Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Le mythe des Penny Stocks

Le terme Penny Stocks est peu connu mais beaucoup d'investisseurs recherchent ces valeurs qui ne cotent que quelques centimes et qui peuvent évoluer de plusieurs dizaines de pourcents à chaque échange. Eurotunnel et Eurodisney furent à une époque les symboles des penny stocks mais avec les regroupements d'actions, ces deux titres valent désormais plus que 3 euros. En effet, une penny stock est une valeur dont la cotation est inférieure à 3 euros, parfois plus, parfois moins.

Le "pourquoi" des fortes variations


Une penny stock est une valeur cotant quelques centimes ou quelques euros. Ainsi toute variation, aussi légère soit-elle, sera au minimum celle du tick. Le pas de cotation ou tick est fixé pour chaque valeur en fonction de son cours. Pour Oxis International ou pour Montaigne Fashion Group, le tick est fixé à 1 centime. Une variation ne peut ainsi être inférieure à 1 centime. Certaines autres valeurs peuvent avoir des pas de cotations plus élevés. Au 31 janvier 2012, Oxis International cote... 3 centimes. Ainsi la moindre variation sur le titre peut le faire bondir de 1 centime soit 33%, ou s'effondrer de 33%. A observer le carnet d'ordres, les ordres d'achat se situent à 2 centimes alors que les ordres de vente se figent à 3 centimes. Les acheteurs à 2 centimes ont alors comme objectif de trouver un vendeur au marché, et de revendre ensuite à 3 centimes. Une très faible hausse, seulement 1 centime, mais 33% de plus-value. Il en est de même pour un titre comme Montaigne Fashion Group dont le cours est de 20 centimes au 31 janvier 2012. Une hausse d'un centime se traduira par une hausse de 5%.

Mais ces variations restent avant tout artificielles. Certes il y a une hausse conséquente, mais cette forte hausse peut se transformer en forte baisse dès la séance suivante, voire quelques minutes plus tard. Le levier à la hausse est tout aussi fort à la baisse.

Le principe du mythe


Le mythe de cet argent facile n'est apparu que récemment dans l'histoire boursière. La forte baisse des frais de courtage et la possibilité de passer ses ordres de bourse de son domicile ont développé ce phénomène.

Jouer la fourchette de cotations (sur Oxis International, 1 centime) est un principe vieux comme Hérode. C'est d'ailleurs le métier des arbitragistes qui, par leurs interventions, diminuent les écarts de cours entre les places boursières sur une même valeur. Plus un titre est échangé, plus son prix est jugé conforme à la réalité du marché, et plus l'écart entre le prix à l'achat et à la vente sont faibles. Sur un marché sans volume, la fourchette entre l'achat et la vente peut être très élevée.

Les penny stocks voient plusieurs fois par jour leur cours passer d'un extrême à l'autre. Ainsi Oxis International passe de 0,02 à 0,03, puis revient à 0,02, puis revient à 0,03. A chaque fois, la variation est de 33%... autant à la baisse qu'à la hausse. Plusieurs pourcents de gains en quelques minutes.

Le principe du mythe repose sur une question simple : Pourquoi ne pas acheter à 0,02 puis revendre à 0,03 plusieurs fois par jour ?. En quelques minutes, il n'y a pas de risque de mauvaises nouvelles. En extrapolant cette question, le spéculateur en herbe se voit déjà à la tête de plusieurs centaines d'euros de plus values par jour. Veau, vache, cochon... Il s'imagine facilement acheter 100.000 titres à 2 centimes pour les revendre à 3 centimes, et ainsi engranger les 1.000 euros de plus-values.

Les freins de cette pratique


Malheureusement, ce principe reste un principe. Et les beaux portefeuilles fictifs constitués resteront fictifs. La théorie n'est pas applicable.

Prenons l'exemple d'une personne souhaitant mettre en pratique ce principe avec une somme de 1.000 euros. De par ce principe, elle doit se cantonner à des ordres à cours limité. Elle passe donc un ordre d'achat pour 1.000 euros de titres Oxis International à 0,02 dans l'espoir de les revendre très vite à 0,03.

Le 31 janvier 2012, à 16h37, le carnet d'ordres d'Oxis International affiche 680 ordres d'achat à 0,02 euro pour un total de 81.248.828 d'actions. En contrepartie, il y a 161 ordres à 0,03 euro pour 7.989.636 actions.

Votre ordre portant sur 50.000 actions apparait. Vous êtes classé à la 681ème position dans le carnet d'ordres à l'achat. 680 ordres sont classés avant vous en suivant le principe chronologique. Tout ordre à cours limité est classé par prix, puis en fonction de la date.

Là est tout le problème. Votre ordre d'achat pourra mettre plusieurs heures, jours, voire semaines à être exécuté ! Dans notre cas, 80 millions d'actions devront être achetées avant que votre ordre ne soit exécuté. Le principe qui repose sur une exécution rapide vole en éclat. En plusieurs jours, le titre peut s'envoler ou fortement chuter. Rien n'est plus "garanti". De plus, rien ne garanti que votre ordre ne soit un jour exécuté.

Si toutefois vous arrivez à acheter vos 50.000 titres à 0,02 euros. Combien de temps faudra t-il pour que vous puissez les revendre ? une minute ? une heure ? une semaine ? Vous n'êtes pas le seul à souhaiter revendre vos titres à 3 centimes. Et votre ordre passera derrière les 161 ordres, et 7 millions d'actions. Autant dire qu'il ne sera pas exécuté rapidement.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Les frais de courtages font aussi voler en éclats ce mythe. Ils sont certes très réduits pour chaque ordre exécuté mais rien n'interdit que votre ordre soit exécuté en plusieurs fois. Pour acheter 50.000 titres, il doit y avoir un ou plusieurs vendeurs pour 50.000 titres. Rien ne vous garantit d'exécuter votre ordre sur une seule journée. Si l'exécution se poursuit sur plusieurs jours, vos frais de courtage vont s'envoler. Plusieurs semaines d'attente pour réaliser une performance qui se transforme en une forte perte par la multiplication des frais de courtage.

Ce principe reste donc théorique et cantonné à la gestion de portefeuille fictif. N'espérez pas devenir riche avec cette méthode qui au mieux ne vous fera perdre que du temps. Les penny stocks peuvent toutefois être intéressants sur le moyen-long terme en espérant un rebond du titre, après une profonde restructuration par exemple.