Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Lithium, palladium, oignon, bois... des matières premières où investir

Matières premières

En bourse, un investisseur peut placer son épargne sur des actions, des obligations, des OPCVM, des Sicav, des produits dérivés mais il peut aussi investir sur des éléments plus tangibles. Ainsi tout à chacun peut acquérir du cuivre, de l'or, du pétrole, du maïs ou encore du coton sur les marchés boursiers. Alors certes vous n'aurez pas à stocker dans votre jardin l'équivalent de 50 tonnes de charbon, mais vous serez en mesure d'acquérir des titres représentatifs de ces matières premières.

Le marché des matières premières recèle de belles potentialités et il permet de diversifier facilement vos investissements. Sans corrélation avec le marché des actions, il regroupe l’ensemble des matières premières naturelles et agricoles (énergie, métaux, denrées alimentaires, etc.). Sur le long terme, son rendement s’avère souvent supérieur à celui des actions et, au contraire des marchés financiers, le cours d’une matière première ne tombe jamais à zéro. Une société peut faire faillite, mais une matière première vaudra toujours quelque chose. Autant dire qu'en période de turbulences boursières, ce marché peut attirer de nombreux investisseurs. Certaines matières premières sont ainsi réputées pour leur caractère refuge. Elles augmentent quand le prix du marché actions chute.

La méthode la plus connue de tous pour investir sur des matières premières est encore de détenir un stock chez soi ou auprès d'un courtier -dans le cas du vin par exemple-. Cette méthode est toutefois peu aisée car elle nécessite une surface de stockage et les risques inhérents à un tel stockage. Spéculer sur le vin alors que votre cave peut être sujet à inondations, est loin d'être une chose très raisonnable. Les marchés financiers ont donc développé des outils indispensables pour supprimer ces inconvénients. Ainsi pour spéculer ou investir sur les marchés de matières premières, vous aurez le plus souvent le choix entre :
- les contrats à terme, où acheteur et vendeur conviennent des caractéristiques de la transaction plusieurs mois avant la réalisation de celle-ci. Le vendeur se couvre en cas de baisse du marché, et l'acheteur joue la hausse du marché;
- les OPCVM –organisme de placement collectif en valeurs mobilières– indexées sur le cours de matières premières. Les gérants d'OPCVM gèrent alors pour votre compte, vos investissements en sélectionnant les matières premières les plus adaptées à votre profil de risque. Ces gérants sont plus aguerris aux règles particulières de la finance et sont plus à même de prévenir tel ou tel retournement de marché.

Certes les matières premières les plus connues sont aussi les plus actives sur le marché. Qui ne connaît pas le pétrole, l'or, le coton ou encore le charbon ? Mais savez-vous que vous pouvez aussi investir sur le lithium, le palladium ou même les oignons ? Ces matières premières exotiques peuvent être synonymes de plus-values importantes.

Le lithium, particulièrement. Ce métal mou, alcalin, qui s’oxyde rapidement au contact de l’air, équipe désormais la plupart des appareils électroniques. Ses composants sont utilisés aussi en médecine, dans l’industrie optique, dans les alliages très performants, ou même, pour extraire le gaz carbonique de l’air dans une capsule spatiale ou un sous-marin. Les besoins en lithium se multiplieront avec la demande croissante de véhicules hybrides, dans la mesure où les constructeurs ont privilégié le lithium plutôt que le nickel, dans leurs batteries. Les principaux producteurs mondiaux de ce métal blanc argenté sont le Chili, l’Argentine, la Bolivie, la Chine et l’un des plus importants gisements, non exploité, se situe en Afghanistan. De récentes études affirment que les réserves exploitables de ce minerai s’élèveraient tout au plus à 4 millions de tonnes et qu'en 2015, la production annuelle ne dépassera pas 215 000 tonnes ; ce qui correspond aux besoins en carbonate de lithium pour les équipements électroniques. Ceci expliquerait que certains constructeurs japonais comme Toyota, envisagent d’acheter des mines de lithium en Amérique du Sud et en Chine. Autrement dit, le seul risque sur les prix du lithium sur le court terme se situe dans la découverte d'importants nouveaux gisements ou encore dans le remplacement de ce métal par un autre. Ces risques sont non négligeables, et doivent être pris en compte avant d'investir.

Un autre métal mou, appartenant au groupe du platine, le palladium, s’extrait mélangé au platine ou à l’or en Russie, en Afrique du Sud, au Canada et aux Etats-Unis. Ce métal rare partage avec l’or, le platine et l’argent, un privilège essentiel. Ainsi il bénéficie de la norme ISO 4217. Cette norme internationale permet d'associer à une devise, ou une matière première un code spécifique. Ainsi pour le palladium, ce code est le XPD, libellé en onces. Ce métal s’utilise dans l’électronique, en technologie comme électrode dans les piles à combustible ou même pour la fabrication d'équipements chirurgicaux. Par contre, dans la mesure où son prix est intimement lié à l’activité industrielle, ses cours sont très fluctuants. Une forte croissance économique entraîne une demande forte et donc une envolée des cours, et inversement ; ils s’élevaient à 1000 USD l'once en 2001, pour redescendre à 150 USD en 2003 et remonter à 450 USD en 2008. Cette volatilité très forte pourra être mise à profit par les investisseurs pour jouer autant à la hausse qu'à la baisse.

Les métaux ne sont pas les seules matières premières recherchées par les investisseurs. Originellement les contrats à terme sont même nés des matières agricoles tels que le blé, le coton ou le riz. Aujourd'hui, l’agrobusiness attire les investisseurs. Les explications de cet attrait sont loin d'être profitables à tous. En effet, les investisseurs se ruent sur les matières agricoles en cas de mauvaises productions, et indirectement de famines. L'envolée des prix se traduit alors par une plus grande difficulté à l'accès aux matières de base pour les populations pauvres. La hausse des prix des produits agricoles s'est ainsi traduite dans plusieurs Etats par des révoltes de la faim. Il ne faut pas oublier cet aspect quand vous investirez sur une matière première agricole. D'autres biens de l'agriculture sont moins sensibles comme l'oignon par exemple.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Mais plutôt que d'investir dans des matières premières extraites en Afrique du Sud ou produites en Chine, avez-vous songé que près du tiers du territoire français contient une matière fort recherchée... le bois ? La France avec ses 15 millions d'hectares de forêts détenus majoritairement par des intérêts privés peut être un moteur de cette nouvelle économie durable. Le nombre de maisons individuelles construite en bois ne cesse ainsi de progresser au fil des ans. La demande de bois, à long terme, apparaît très encourageante et la rentabilité forestière se cumule à hausse de la valeur foncière des terrains. Si les prix du bois sont très volatils sur un cycle court, cet investissement peut s’avérer rentable à long terme. Mais attention l'exploitation d'une petite forêt ou d'un bois peuvent prendre du temps. Il peut alors être intéressant de prendre des parts dans une Société Civile Forestière Agricole.

Investir sur des matières premières originales peut donc être un pari rentable et surtout stimulant. Quoi de plus valorisant que de dire dans un dîner mondain que l'on a doublé son investissement dans une matière première que 90% de vos interlocuteurs ne connaîtront pas ? Mais attention. Certains investissement pourront aller contre votre éthique. Ne vous y risquez pas, faute de quoi les erreurs à la sortie seront nombreuses.