Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Les marchés boursiers canadiens

Places boursières

Très longtemps dans l’ombre de son grand frère, les Etats-Unis, les bourses canadiennes ont profondément changé ces dernières années et sont devenues parmi les plus importantes dans le monde. Après un remaniement organisé à la fin des années 90, le Canada compte aujourd’hui 3 places boursières principales qui se répartissent les rôles.

Un accord signé le 15 avril 1999 a permis aux trois bourses régionales canadiennes de se spécialiser dans un domaine particulier : grandes capitalisations, capital risque, et produits dérivés.

La Bourse de Toronto
Détenu par TSX, première bourse d’Amérique du Nord à s’être introduite en bourse, la Bourse de Toronto est la 3ème place boursière derrière le Nyse et le Nasdaq, et 8ème place mondiale. Elle regroupe essentiellement des blue chips.
En 2003, la Bourse de Toronto avait une capitalisation boursière totale de 1.498,2 milliards de dollars pour 29.280,4 millions de titres échangés et 529 milliards de dollars de transactions. 1.456 émetteurs y étaient inscrits à fin 2003.

La bourse de croissance TSX
La bourse de croissance TSX provient de la fusion le 29 novembre 1999 des bourses d’Alberta et de Vancouver. A l’époque le nom retenu était CDNX.
Spécialisée sur les valeurs du capital risque, la bourse de croissance TSX avait une capitalisation boursière de 16,6 milliards de dollars à fin 2003 pour 1.171,6 millions de titres échangés et 1.152,6 millions de dollars. 2.358 émetteurs y étaient inscrits en 2003.

La Bourse de Montréal
La Bourse de Montréal a été la première place boursière du Canada a intégré les options sur ses marchés. C’est donc tout naturellement qu’elle a été choisie pour jouer le rôle de « super marché » des produits dérivés. La Bourse de Montréal concentre donc les opérations sur les options, contrats à terme ou encore options commandités.

Un peu d’histoire


Comme tout organisme vivant, les bourses canadiennes ont une histoire qui ont fait ce qu’elles sont devenus aujourd’hui.

La Bourse de Montréal
Les origines de la Bourse de Montréal remontent à 1832, date à laquelle les premières transactions se tiennent à l’Exchange Coffee House. Quelques années plus tard (1849), les brokers se regroupent pour former une association appelée le Board of Produce Brokers. En 1874, cette association change de nom et devient le Montréal Stock Exchange.

Dès sa constitution, la Bourse de Montréal compte 63 titres cotés et le nombre de négociations s’élève à 800 par jour. Lors de la Première Guerre Mondiale, les autorités boursières ont compris la nécessité d’établir certaines mesures afin de réguler l’activité du marché. Le nombre de titres cotés augmente à la veille de la première guerre mondiale et atteint 109 sociétés et 10.000 actions s’échangent chaque jour.

L’après guerre sera une période très faste pour la Bourse de Montréal qui voit une envolée de ses volumes d’activités avec 3 millions de titres échangés annuellement.

Dès 1926, un marché parallèle pour les titres trop jeunes ou trop spéculatifs a été créé. Ces titres étaient à l’époque négociés à l’extérieur de l’enceinte de la Bourse, sur le trottoir, d’où l’expression Curb Market. Les actions cotées avaient pour vocation d’intégrer à terme la Bourse de Montréal.

La crise de 1929 n’échappe pas à la Bourse de Montréal qui voit 382.520 titres s’échangés sur une seule journée.

En 1965, la Bourse de Montréal déménage et est dotée des installations informatiques les plus performantes de l’époque. En 1973, une autorité de marché naît afin de réglementer le marché québécois. En 1974, la Bourse de Montréal fusionne avec la Bourse canadienne.

Les transactions y sont effectuées de manière électronique depuis 1990, via le registre électronique des ordres. En juin 1991, la Bourse de Montréal innove encore en créant des séances prolongées de négociation avant et après la fermeture des marchés.

En 1996, le site Internet de la Bourse de Montréal voit le jour.

Le 1er octobre 2001, elle termine un processus entamé deux années plus tôt en se spécialisant dans les produits dérivés. La cotation des titres des sociétés à faible capitalisation est définitivement arrêtée.

Le Toronto Stock Exchange


En 1952, 12 hommes se réunissaient dans le centre de Toronto afin de s’échanger des titres. Ceci a constitué les débuts du Toronto Stock Exchange, aujourd’hui devenu le plus important marché du Canada. Le TSE est né officiellement en 1878 avec 12 valeurs cotées. Entre 1871 et 1901, l’accès à la bourse de Toronto est passé de 250$ à 12.000$.

1936 est une étape importante pour la bourse de Toronto car elle devient le troisième marché boursier d’Amérique du Nord, place qu’elle occupe toujours.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

En 1977, un système de cotation électronique, le CATS (Computer Assisted Trading System) a été introduit sur le marché de Toronto pour certaines valeurs. Cela a constitué une innovation majeure de ce marché. La même année, l’indice TSE 300 Composite Index a été établi et est aujourd’hui l’indice phare de la Bourse de Toronto. Il a été depuis rebaptisé le S&P/TSX 300.

Depuis 1997, la cotation et les transactions sont réalisées de manière électronique pour leur intégralité.

Le 8 avril 2002, la Bourse de Toronto devient le TSX et le CDNX (ex Bourse d’Alberta et de Vancouver) devient la bourse de croissance TSX.