Téléchargez gratuitement le guide des Métiers de la Finance

Inspecteur des impôts, un métier craint mais passionnant

Métiers de la Finance

L'inspecteur des impôts rivalise avec l'huissier dans les métiers les plus détestés par les français. Et pourtant. Ces métiers sont très loin de l'image dégradante que certains peuvent véhiculer. L'huissier procède certes à des expulsions mais ses capacités de conciliations sont sans pareil pour s'extirper de problèmes complexes. L'inspecteur des impôts conserve quant à lui le rôle du méchant dans l'imaginaire populaire. Celui qui, sans coeur, vient reprendre le dur labeur du travailleur, et ce au profit de l'Etat. La réalité du métier est bien loin de cette image d'Epinal.

L'inspecteur des Impôts est un fonctionnaire d'Etat, plus précisément du Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie. Il est rattaché à la Direction Générale des Impôts. Devenir inspecteur des impôts n'est pas donné à tous. Ainsi, un concours d'entrée est nécessaire. Ce dernier est un concours de catégorie A, ouvert aux Bac + 3 et aux personnes de moins de 35 ans. A l'issue de ce concours, le futur inspecteur devra suivre une formation de 18 mois, 12 mois de formation théorique et 6 mois de stage pratique. Toutefois, il est préférable d'avoir un Bac + 4 ou Bac + 5 pour espérer obtenir le concours tant le niveau est élevé et le nombre de postes limité. La formation théorique se situe à Noisy Le Grand en Seine Saint Denis, à Clermont Ferrand dans le Massif Central ou à Toulouse en Haute Garonne. En contrepartie de cette formation, l'inspecteur des impôts devra travailler 8 années dans la fonction publique.

Les compétences que l'inspecteur des impôts développera au fil des années sont en grande partie liées au service qu'il intégrera. En effet, un inspecteur des impôts au pôle immobilier aura des connaissances pointues en immobilier et en ISF, alors qu'un inspecteur situé dans les services centraux deviendra spécialiste en recouvrement. A chaque service, sa spécialité. Et tout au long de sa carrière, l'inspecteur des impôts pourra changer de services afin de développer ses compétences. Toutefois, quelque soit le service choisi, l'inspecteur des impôts a pour mission d'étudier toutes les pièces comptables nécessaires à la vérification des données fiscales des entreprises et particuliers. Ses compétences en matière comptable et fiscale sont donc très élevées. Il est notamment capable de déceler des inexactitudes qui se traduiront, peut être, par des redressements fiscaux.

Un inspecteur des impôts peut ainsi se rapprocher des services aux entreprises et devenir un partenaire privilégié des entreprises. L'inspecteur des impôts pourra alors accorder des délais de paiements et aider le dirigeant à préparer ses déclarations auprès des services fiscaux. L'inspecteur pourra aussi dépendre du service Immobilier et contrôlera notamment les opérations immobilières. Il sera alors chargé de vérifier si les valorisations retenues lors des transmissions ou des donations sont correctes. L'immobilier prenant une part importante dans le patrimoine des français, l'inspecteur travaillera aussi sur l'impôt de solidarité sur la fortune ou ISF. Au sein d'une brigade de vérification, et sous l'autorité d'un chef de brigade, il sera chargé d'investiguer pour vérifier les pièces comptables des assujettis. L'inspecteur des impôts pourra aussi rejoindre les services centraux ou le réseau comptable et sera alors spécialisé dans le recouvrement des impôts.


Téléchargez gratuitement le guide des Métiers de la Finance

Doté d'un sens de la rigueur et d'une grande connaissance de la comptabilité et de la fiscalité, l'inspecteur des impôts a un salaire d'environ 1.500 euros en début de carrière pour plus de 3.000 euros, une fois expérimenté. Il pourra poursuivre sa carrière en tant qu'inspecteur divisionnaire, inspecteur principal ou encore se tourner vers le secteur privé en devenant fiscaliste pour le compte d'une entreprise ou à son propre compte.