Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Le Forum de Davos, temple du libéralisme

Institutions

Comme chaque année, le Forum de Davos ouvre ses portes 4 jours fin janvier dans la petite station grisonne de Davos en Suisse. Cette réunion des principaux acteurs économiques et politiques du monde stigmatise autant les passions qu’il attise les convoitises. Créé en 1971 par Klaus Schwab, un spécialiste en stratégie industrielle, le Forum de Davos est une organisation sans légitimité qui n’a aucun pouvoir officiel comme l’OMC peut avoir. Toutefois ce forum a un pouvoir non officiel fort tant il regroupe de sommités du monde économique et financier.

D’abord limité aux leaders économiques, le Forum de Davos s’est rapidement ouvert au monde politique et professorales. Ainsi des personnages illustres comme Margaret Thatcher, Bill Clinton ou encore Angela Merkel. Cette dernière, chancelière de l’Allemagne, a inauguré le forum en 2006. En 2010, Nicolas Sarkozy fut le premier président français à y faire une allocution. Le Forum de Davos a accueilli en 2005 le monde du cinéma avec notamment Sharon Stone. 2006 voit l’entrée des sportifs et de ce qu’ils peuvent apporter au monde. Les leaders syndicaux sont eux accueillis depuis les années 90.

Participer au forum quand on n’est pas invité n’est pas chose aisé. Plus de 2.000 leaders seront ainsi présents, dont les 1.000 présidents des sociétés membres du forum. Ils auront déboursé plusieurs dizaines de milliers d’euros pour partager leurs points de vue pendant 4 jours avec les leaders mondiaux. Cette somme reste toutefois mineure compte tenu de la richesse des contacts que certains peuvent obtenir. Toutefois, il ne suffit pas de débourser son prix d’entrée pour pénétrer dans ce lieu saint. Un chiffre d’affaires de plus d’un milliard d’euros est une étape quasi obligatoire.

Le but du forum


Le forum de Davos, dirigé par le WEF (World Economic Forum ou forum économique mondial qui gère d’autres forums plus régionaux), souhaite aider le monde à devenir meilleur pour tous ses individus. Ainsi les principaux leaders globaux se retrouvent quelques jours pour lutter contre divers problèmes de la planète. Autrefois orienté uniquement économie, le forum de Davos se donne les moyens aujourd’hui d’aider à des causes plus nobles. Depuis sa création, le Forum de Davos a ainsi permis quelques avancées majeures dans le monde diplomatique :

- en 1973, le ministre allemand des Affaires Etrangères demande aux pays de l’Ouest de se rapprocher de Mikhail Gorbatchev (Union Soviétique) ;
- en 1988, les deux ennemis jurés Corée du Nord, et Corée du Sud, se retrouvent pour la première fois ;
- en 1992, Nelson Mandela rencontre officiellement pour la première fois Frederik de Klerk, président Sud Africain ;
- en 1994, le processus de paix israélo-palestinien avance avec la rencontre de Shimon Peres et Yasser Arafat;
- en 2006, lancement du programme Halte à la Tuberculose sous l'égide de Bill Gates.

Malgré tout, ces grandes étapes n’ont pas aidé à la bonne image du forum du Davos. Au contraire, elles ont accentué l’image de puissance de ces leaders, et des fortunes qu’ils représentent. La crise financière de 2008-2009 n'a pas amélioré les relations entre le Forum de Davos et le grand public.

Les dossiers abordés par le Forum de Davos sont variés et s’élargissent d’année en année. Ainsi on n’hésite plus à parler prolifération nucléaire, faim dans le monde ou crise pétrolière. Les aspects économiques seuls ne sont pas simplement étudiés, mais aussi leurs impacts sur la société et les Etats en général.

De nombreuses réunions plus ou moins informelles sont également organisées en marge du forum. Certains réunions préparatoires de l’OMC sont ainsi facilitées par la présence des chefs d’Etat au sein du Forum de Davos.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Les critiques


Depuis son développement dans le monde politique, le Forum de Davos stigmatise les passions des mouvements alter-mondialistes. Ainsi chaque année, le forum fait l’objet de manifestations plus ou moins pacifiques destinées à critiquer la puissance de ces dirigeants sur l’ordre mondial. Au fil des années, la sécurité s'y fait plus présente pour éviter tout risque.

Le Forum de Davos n’est pas exempt de critiques. Symbole du libéralisme que certains qualifient de sauvage, il stigmatise les haines mais permet aussi de nombreuses avancées mondiales. Bill Gates, fondateur de Microsoft, est sans doute son personnage le plus emblématique.