Devises



Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Euro, un concurrent de poids face au dollar

La monnaie est devenue au fil des siècles un élément essentiel de la constitution d'une nation. Certains pays sont plus qu'attachés à leur monnaie. C'est le cas des Etats-Unis notamment qui ont transformé une simple monnaie, le dollar, en instrument de développement économique mondialisé. La puissance des Etats-Unis serait en effet tout autre aujourd'hui sans la puissance du dollar. Plusieurs états ont espéré et espèrent encore combattre cette hégémonie du dollar sur le commerce international. Ce fut notamment le cas du Yen dans les années 80-90 qui a profité du boom économique du Japon. Le Yuan chinois est lui encore bien trop restreint dans son développement par les nombreuses lois s'y rattachant pour espérer concurrencer en l'état, le dollar US.

L'Euro est l'une de ces monnaies qui peut concurrencer directement le dollar. Elle est aujourd'hui la deuxième devise la plus échangée dans le monde, mais elle est surtout devenue depuis quelques années, la première monnaie échangée physiquement de part le monde. Ainsi le nombre de pièces et de billets en euros en circulation est supérieur au nombre de pièces et de billets en dollars en circulation. Une victoire certes symbolique mais qui montre l'importance d'une monnaie encore toute récente.

En effet, l'Euro n'a remplacé nos monnaies nationales dans nos porte-monnaies que le 1er janvier 2002. Cet euro est la monnaie commune à l'ensemble des pays de la Zone Euro ou Union Economique et Monétaire -UEM-. Elle est à distinguer de l'Union Européenne. Seuls 19 états membres ont adopté l'Euro, sur un total de 28 pays. Ceci s'explique en grande partie par des obligations économiques strictes pour intégrer la monnaie unique, mais aussi par des refus systématiques et catégoriques de certains Etats à intégrer la Zone Euro.

L'Euro est une monnaie récente, mais son histoire prend ses racines bien plus profondément. Ainsi, la mise en place d'une monnaie unique en Europe se fait dès 1856, et l'Union Latine. Sous l'impulsion de Napoléon III, plusieurs pays décident d'adopter une monnaie commune. Il s'agit alors de la France, de la Belgique, de la Suisse, de l'Italie, et de la Grèce, bientôt rejoint par l'Espagne, le Portugal, la Russie mais aussi plusieurs pays d'Amérique Latine. Autant dire que cette monnaie avait tout pour réussir, mais la première guerre mondiale a taillé en pièces tous les espoirs européens d'une monnaie commune. Le retour à une monnaie commune pour l'Europe se fait à nouveau sentir dans les années 1970, et cette réflexion aboutira à la création de l'ECU ou European Currency Unit en 1979. Il s'agit alors d'un panier de monnaies de pays européens, visant à améliorer la stabilité monétaire des pays. La livre sterling est même une composante essentielle de l'ECU. Ce dernier n'arrivera jamais dans la poche des citoyens, mais il marque un tournant monétaire en Europe. La voie pour l'Euro est alors tout tracée, même si elle ne fut pas pas sans encombre.

La date de l'acte de naissance officielle de l'Euro est à fixer en 1992. L'Euro est encore loin d'être une réalité quotidienne pour les citoyens européens, mais les Etats membres décident de signer le Traité de Maastricht. Il s'agit d'un Traité contraignant, obligeant tous les Etats membres de l'Union Européenne à adopter l'Euro, sous conditions de respecter un certain nombre de critères de convergences. Il est en effet logique que les économies de deux pays se rapprochent afin d'y faire circuler une monnaie commune, basée sur ces économies. Une économie trop faible pourrait se voir affaiblie par une monnaie trop forte. Le Traité de Maastricht, signé en décembre 1992, est trop contraignant pour certains pays. Ils ne souhaitent pas intégrer l'Euro de façon automatique, voire ne souhaitent pas l'intégrer du tout. Ils obtiennent donc une clause d'opt-out qu'ils leur permettent d'afficher les critères de convergence mais de ne pas être obligés d'adopter l'Euro. Il s'agit du Royaume Uni, qui souhaite conserver la Livre Sterling, et du Danemark. En théorie donc, tous les autres pays de l'Union Européenne, sont sensés adopter l'euro. Ces critères de convergence sont aujourd'hui connus de tous. Il s'agit notamment d'avoir un déficit budgétaire inférieur à 3% du PIB, d'un endettement inférieur à 60% du PIB, d'une inflation faible et de taux d'intérêts proches de la moyenne de la Zone Euro. Rien de bien compliqué à l'époque, même si certains pays ont consenti de gros efforts pour atteindre ces objectifs, et que la Grèce n'a pas hésité à mentir sur ses chiffres afin d'adopter l'Euro. Elle n'intégrera l'Euro qu'en 2001 d'ailleurs, et non en 1999. Aujourd'hui, ces critères de convergence sont plus amusants qu'autre chose tant le nombre de pays ayant l'Euro comme monnaie, ne les respecte pas. C'est notamment le cas de la France.

Le Traité de Maastricht a fixé un calendrier précis pour parvenir à l'adoption d'une monnaie commune. Ainsi, dès le 31 décembre 1993, les capitaux pouvaient circuler librement dans toute l'Union Européenne. C'était loin d'être le cas par le passé, où les barrières législatives étaient nombreuses. A partir du 1er janvier 1994, les gouvernants devaient multiplier les réunions afin de coordonner leurs différentes politiques économiques. L'objectif était alors de respecter les critères de convergences et d'avoir des économies nationales proches. L'Institut Monétaire Européen est alors créé. Il sera chargé de faciliter le passage à l'Euro. Euro qui ne s'appelle pas encore ainsi. En effet, le nom d'Euro n'apparaît que le 16 décembre 1995. A la demande de l'Union, le belge Germain Pilot propose le nom d'Euro -pour remplacer le terme Ecu, trop proche du nom d'anciennes monnaies françaises-.

L'Euro est né, mais ce n'est qu'en 1999, qu'il fait ses premiers pas sur la scène financière internationale. Les transactions financières, les virements ou encore les chèques de voyage sont désormais libellés en euros, et non plus dans les monnaies nationales. L'arrivée de l'euro comme monnaie fiduciaire ne s'est faite que le 1er janvier 2002. Pour la première fois, les européens pouvaient échanger des billets et des pièces en euros. Plus besoin de faire du change à la frontière. Mais les monnaies nationales ne disparaissent pas immédiatement. Elles ont encore cours légal pendant quelques semaines ou mois, selon chaque pays, sauf pour l'Allemagne où le Deutsche Mark disparaît officiellement dès le 31 décembre 2001. Toutefois, les banques centrales de chaque pays ont accepté de procéder à l'échange pendant plusieurs mois voire années. A ce jour, un européen de la Zone Euro peut avoir dans son portefeuille des pièces de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 centimes, d'1 ou 2 euros, et des billets de 5, 10, 20, 50, 100, 200 voire 500 euros.

L'Euro est une monnaie émise par une banque centrale, mais une banque centrale qui n'a plus rien de nationale. Ainsi les prérogatives autrefois attribuées à la Banque de France pour le Franc, ont été transférées à la Banque Centrale Européenne. C'est elle qui a en charge la politique monétaire de l'Union Economique et Monétaire, et ce en toute indépendance. Elle prend toutes les décisions qu'elle pense nécessaire. Elle est aidée en cela par l'Eurosystème, qui regroupe la BCE et les banques nationales des pays ayant adopté l'Euro. Elle a vocation à disparaître quand tous les pays de l'Union Européenne feront partis de l'Union Economique et Monétaire.

L'Euro n'est pas la monnaie d'un seul pays, et il a du s'adopter aux monnaies déjà installées. Ainsi, tout comme un Deutsche Mark n'était pas l'équivalent d'un Franc français, la valeur en Euro d'un Deutsche Mark ne pouvait être égal à celle d'un franc. Le taux de conversion devise par devise a été fixé à la dernière minute, à savoir le 31 décembre 1998 par le Conseil de l'Union Européenne. Et chaque nouvel élargissement de l'Union Economique et Monétaire, se fait aussi via un taux de conversion. Aujourd'hui 19 états membres ont adopté l'Euro, 5 Micro Etats (Akrotiri et Dhekelia, Andorre, Monaco, Saint Martin et le Vatican) et deux pays l'ont adopté unilatéralement (le Monténégro et le Kosovo). L'Euro reste aussi une monnaie très utilisée dans plusieurs pays d'Afrique.

Pays de la Zone Euro, date d'entrée, et taux de conversion


DevisePaysDate d'entréeValeur pour un euro
Deutsche MarkAllemagne1er janvier 19991,95583
Schilling autrichienAutriche1er janvier 199913,7603
Franc belgeBelgique1er janvier 199940,3399
Peseta espagnoleEspagne1er janvier 1999166,386
Mark finlandaisFinlande1er janvier 19995,94573
Franc françaisFrance1er janvier 19996,55957
Livre irlandaiseIrlande1er janvier 19990,787564
Lire italienneItalie1er janvier 19991.936,27
Franc luxembourgeoisLuxembourg1er janvier 199940,3399
Florin néerlandaisPays Bas1er janvier 19992,20371
Escudo portugaisPortugal1er janvier 1999200,482
Drachme grecqueGrèce1er janvier 2001340,750
Tolar slovèneSlovénie1er janvier 2007239,640
Livre chyprioteChypre1er janvier 20080,585274
Livre maltaiseMalte1er janvier 20080,429300
Couronne slovaqueSlovaquie1er janvier 200930,1260
Couronne estonienneEstonie1er janvier 201115,6466
Lats lettonLettonie1er janvier 20140,702804
LitasLituanie28 juin 20143,45280



Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Malgré une mise en place sans problème majeur, l'Euro a depuis été fortement critiqué par une grande partie de citoyens, mais aussi de la classe politique. Même si la majorité de la population de la Zone Euro ne souhaite pas revenir aux monnaies nationales, l'euro a été souvent décrié pour l'inflation qu'il aurait provoqué, la stabilisation voire la baisse du pouvoir d'achat ou encore des problèmes inhérents à sa nature même. La crise grecque a ainsi montré que des pays par trop différents économiquement ne pouvaient se rapprocher monétairement sans risque financier majeur. L'économie grecque aurait clairement eu besoin d'une dévaluation du drachme mais avec l'Euro, elle devait supporter une devise forte que son économie ne pouvait absorber. L'Euro a ainsi montré ses limites mais il fait désormais parti du paysage financier mondial. De plus, une sortie de l'Euro mettrait à mal tous les avantages apportées par l'Euro dont notamment une très grande facilité au niveau des échanges européens, et une relative stabilité monétaire.

Aujourd'hui, l'euro a partiellement réussi son pari. Il est une monnaie internationale et s'affiche directement concurrent du dollar américain. Mais l'euro reste encore très affecté par les économies qui le composent, et la défaillance d'un seul acteur peut impacter l'ensemble de la Zone Euro.