Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

L'Epargne, l'exception française ?

Epargne

En France, l'épargne est un élément essentiel de l'économie. Ainsi alors qu'au Royaume Uni, le taux d'épargne a du mal à franchir les 5%, les ménages français épargnent plus de 15% de leurs revenus. Un pourcentage et des sommes qui aident aux investissements mais aussi expliquent une consommation parfois atone. Cette forte épargne est parfois mis en avant par les gouvernants afin de démontrer aux créanciers que la France reste un pays riche et solvable.


Sponsorisez cet article !

L'épargne désigne la part des revenus qui n'est pas consommée. Ainsi si vous gagnez 1.500 euros, et que vous dépensez un total de 1.350 euros (loyer, courses, EDF, etc.), votre taux d'épargne sera de 10%, à savoir 150 euros de revenus non consommés, divisés par 1.500. Le taux d'épargne en France reste très stable depuis le début des années 90 aux alentours des 15%. Ce taux s'explique en grande partie par la peur du chômage, et par le faible recours au crédit sur le sol français. Les fourmis françaises privilégient ainsi l'épargne pour financer leurs biens que les crédits. De plus, contrairement à certains pays, les études sont en très grande partie gratuite, et à 25 ans, le jeune salarié ne se retrouve pas dans l'obligation de rembourser un crédit. Il peut donc à loisir épargner très jeune.

De nombreuses possibilités coexistent pour un français pour épargner son argent. La plus courante est tout simplement de conserver l'argent liquide que l'on n'a pas dépensé. Le lit rempli de billets reste toutefois une pratique bien peu généralisée de nos jours. Les français privilégient une épargne investie, une épargne qui rapporte. Il peut s'agir de placements classiques comme le Livret A, le CEL, les livrets d'épargne ou le livret de Développement Durable. L'épargne est garantie et l'épargnant est protégé. Il peut aussi choisir des investissements en actions ou en immobilier. Le risque y est plus élevé mais le rendement bien plus fort. Depuis quelques années, l'épargne salariale se développe aussi pour permettre aux salariés d'investir au sein même des entreprises qui les emploient, à travers les FCPE notamment.

Mais tous ces placements ont un même but, préparer l'avenir en réduisant aujourd'hui son niveau de vie. La volonté de laisser un héritage et d'aider ses enfants est une des raisons du fort taux d'épargne en France. Un pays qui n'a pas peur des lendemains verra son taux d'épargne naturellement baisser. Pourquoi épargner aujourd'hui si l'on sait que les revenus resteront fixes ?

Le niveau d'épargne d'un pays a un impact direct sur la structure économique du dit pays. Ainsi un taux d'épargne trop élevé se traduira inévitablement par une consommation atone. L'argent non dépensé ne s'orientera pas vers la consommation mais vers des investissements à long terme, pas forcément très productifs. De fait, une consommation atone peut impacter directement le taux de chômage. Les entreprise ne trouvant pas les débouchés nécessaires à leur production. Au contraire, un taux d'épargne trop faible posera des problèmes en terme d'investissements productifs pour les entreprises. Les entreprises mais aussi le secteur immobilier ne trouvant les fonds nécessaires pour se développer, pourraient être contraints à limiter leur développement, au détriment d'entreprises d'autres pays. Depuis les années 90, les politiques cherchent à transférer une part de cette épargne dans la consommation (sortie anticipée des plans épargne entreprise, déduction fiscale, etc.) mais rien n'y fait et la France conserve son taux de 15%. C'est une mesure qui permettrait d'injecter rapidement beaucoup d'argent dans l'économie de consommation sans réduire le budget de l'Etat.