Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

EnterNext, la vraie fausse bourse

La bourse de Paris

Les PME sont sans nul doute les entreprises les plus touchées par la crise financière de ces dernières années. La simple perte d'un client peut provoquer la faillite de l'entreprise, et le refus d'une ligne de crédit peut se traduire par des investissements en berne. Le financement des PME est donc une étape essentielle dans la course à la croissance menée par nos dirigeants. C'est dans cet environnement que voit le jour EnterNext.

Développé par Nyse Euronext, mais sous l'impulsion de François Hollande -président de la République française- et de Pierre Moscovici -Ministre des Finances, EnterNext est annoncé à la fin avril 2013 pour être lancé officiellement le 23 mai 2013. A destination des PME mais aussi des ETI -Entreprises de Taille Intermédiaire-, EnterNext a pour objet de faciliter la recherche de financements. Ainsi, en lieu et place du seul crédit bancaire ou encore du financement local, EnterNext permettra aux chefs d'entreprise de faire appel publiquement aux marchés financiers de façon simplifiée. Les PME-ETI disposeront d'une équipe dédiée qui les aidera à franchir les étapes de cet appel public au marché.

Les PME - ETI devront toutefois respecter certaines règles. Ainsi, leur capitalisation ne devra excéder 1 milliard d'euros. L'entreprise devra avoir une ancienneté d'au moins deux années, avec des comptes certifiés. Il devra s'agir d'une société par actions, ce qui exclu tout naturellement les SARL ou les SNC. De plus, le montant minimal de titres proposés à l'introduction devra être de 2,5 millions d'euros. Des critères relativement classiques pour les PME-ETI françaises. En contrepartie, les PME-ETI bénéficieront d'une réduction de 10% sur les frais d'introductions ou encore de 50% sur les frais de transferts vers Alternext. EnterNext sera dirigé par un président, et il sera aidé en cela par un conseil d'administration où siégera des personnalités telles que Charles Beigbder, président d'Agrogénération.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Tous ces avantages laissent à penser au président de Nyse Euronext que les introductions de small caps seront multipliées par 3. EnterNext serait-il exempt de toute critique ? Cet objectif peut-il être atteint rapidement ? Et c'est bien là où le bât blesse. EnterNext n'est pas à proprement parler une place boursière. Il s'agit davantage d'une filiale destinée à promouvoir les marchés financiers auprès des PME. En effet, EnterNext se contente de regrouper en son sein le compartiment B d'Euronext -les sociétés capitalisant moins d'un milliard d'euros-, le compartiment C -les sociétés capitalisant moins de 150 millions d'euros-, et Alternext. Au moment de sa création, EnterNext comprend donc déjà 750 sociétés, et reprend les critères d'introductions d'Alternext. Dans le même temps, le budget alloué à EnterNext, de près de 20 millions d'euros, semble pour certains bien loin des besoins réels.

EnterNext reste malgré tout une excellente idée, mais il devra être jugé sur le long terme. Il reprend les principaux objectifs d'Alternext au moment de son lancement, et ne fait que confirmer l'échec partiel dans l'obtention des objectifs initiaux d'Alternext. Nous devrons donc attendre quelques années pour en savoir plus.