Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Economie de marché, un modèle devenu mondial

Macroéconomie

L'économie de marché est aujourd'hui l'économie dominante dans notre monde. Il reste bien encore quelques poches d'économies administrées, mais elles sont le fait le plus souvent de dictatures, qui tendent petit à petit à disparaître. L'économie de marché a clairement montré sa supériorité au fil des décennies, et notamment face à l'économie administrée développée principalement par feu l'URSS. Mais cette économie de marchés est-elle si récente ? Combien de marchés coexistent-ils en son sein ?

L'économie de marché prend son origine dès les premiers rapprochements entre les peuplades. L'échange devient alors une arme pacifique de développement redoutable pour les populations. Autrefois fermés, les peuples s'ouvrent à d'autres peuples et découvrent ainsi de nouveaux biens, de nouvelles technologies, et pour certains assoient leur fortune et leur pouvoir. Prenons le cas de deux pays évoluant en parallèle, sans échange. L'un développe la roue, et poursuit le développement de la chasse. L'autre au contraire se développe via l'agriculture, et améliore très nettement les rendements. Si les deux peuples décident de faciliter les échanges, le pays agricole pourra profiter de la roue pour améliorer encore ses rendements, et le pays chasseur pourra y voir une formidable opportunité pour prendre davantage possession de son immense territoire. L'échange est favorable aux peuples.

L'économie de marché est un échange. C'est un échange entre un acheteur -la demande- et le vendeur -l'offre-. Historiquement ces deux individus se rencontraient de visu. L'acheteur marchandait le bien qu'il désirait obtenir, et le vendeur répondait, ou non, favorablement à sa demande. Au bout de la négociation, un prix était fixé, permettant l'échange. Cette rencontre entre l'offre et la demande est la base de l'économie de marché. Ce modèle est ainsi quasi naturel pour bons nombres d'économistes. Le Moyen Age est l'une des périodes où les échanges se sont fortement développés. Les villes se développant, les populations ont cherché à créer des liens commerciaux avec leurs voisins. Mais ce n'est finalement qu'au XIXème siècle que le terme d'économie de marchés fait son apparition. Les états adoptent petit à petit ce système. Toutefois cette mise en place ne s'est pas faite de façon si naturelle. Autant un échange entre deux individus est simple, autant l'instauration d'un système économique est complexe et parfois violent. Le développement de la colonisation est ainsi souvent mise en avant pour critiquer l'économie de marché. Tout s'échange, même l'humain. Attaquée par l'économie administrée mais aussi par la création de monopoles d'Etat ou encore des monopoles de fait, elle n'est plus aussi pure qu'elle a pu l'être dans le passé.

Pour que l'économie de marché puisse se développer, il a fallu instaurer des dispositifs chargés de contrôler ces échanges. En effet, sur un marché de fruits et légumes, le vendeur propose sa marchandise, et l'acheteur dispose. Il peut bien évidemment avoir escroquerie, mais si un vendeur souhaite se faire un nom, il devra être sincère avec son client quant à la qualité de ses produits. Cette obligation de sincérité se devait de s'inscrire dans des organisations très codifiées. Plus les échanges sont nombreux, et plus les opérations sont lourdes à gérer, plus le besoin de garantir le bon fonctionnement de l'échange est indispensable. L'Etat est l'une des premières institutions à garantir ces échanges. Mais il en est d'autres, comme l'Autorité des Marchés Financiers. Cette dernière s'est fixée pour rôle de contrôler la qualité des échanges sur les marchés financiers. En effet, un investisseur se doit d'être garanti quant à l'existence même de la société dans laquelle il souhaite se positionner. Cela semble évident aujourd'hui mais il n'était pas rare il y a quelques décennies de voir des sociétés fictives se créer dans le seul but d'escroquer des investisseurs crédules. Sans institution de garantie, point d'économie de marché viable.

L'économie de marché n'est pas une économie pour un seul marché. Si initialement, elle s'est constituée autour du marché des biens et des services, l'économie de marché est aujourd'hui bien plus vaste et compte pas moins de 6 marchés. Ce nombre n'est pas définitif car l'histoire faisant, et les échanges se développant, d'autres types de marchés pourront voir le jour dans les décennies à venir.

le marché des biens et services


Il s'agit là du marché originel de l'économie de marché. C'est encore l'un des plus connus du grand public. Sur ce marché, des vendeurs proposent des biens (meubles, essence, ordinateur...) ou des
services (location de véhicules, jardinage...) à des acheteurs (entreprises, ménages, administrations ...). Le prix se fixe naturellement avec la confrontation de l'offre et de la demande. La DGCCRF est l'une des institutions chargées de contrôler son bon déroulement, en protégeant notamment les particuliers de vendeurs non sérieux.

le marché du travail


Devenu malheureusement trop médiatisé, le marché du travail n'est autre que le marché où des offreurs (entreprises, ménages) proposent des emplois à des demandeurs (particuliers). Ce marché est souvent qualifié de déséquilibré en France, ou encore de non flexible. Ainsi, malgré une forte hausse du chômage, les salaires ne chutent pas pour autant.

le marché de l'épargne


Comme tout marché, le marché de l'épargne est un lieu de rencontre entre l'offre et la demande. Les apporteurs de capitaux que sont les épargnants recherchent des placements pour faire fructifier leurs économies. De l'autre côté, les entreprises, mais aussi l'Etat et les collectivités locales, toujours en recherche de financement, sont friands de l'épargne des ménages. En contrepartie d'une rémunération plus ou moins élevée (le taux d'intérêt), les particuliers prêtent leur argent aux entreprises qui en profitent pour investir ou encore à l'Etat qui s'en sert pour refinancer sa dette.

le marché monétaire


Le marché monétaire est un marché encore plus récent. Il s'agit de permettre aux détenteurs de capitaux de les placer rapidement mais pour une période très courte. Ainsi une entreprise peut placer sa trésorerie pendant quelques jours, ou encore une banque peut chercher à se financer pour quelques jours. Le marché monétaire est un marché très actif entre banques.

le marché financier


Le marché financier représente tout simplement les marchés boursiers. Il peut ainsi s'agir d'actions ou d'obligations, ou encore d'instruments de couverture ou de spéculation. On y trouve des actionnaires, des obligataires, et bien sur des entreprises et des intermédiaires financiers. C'est un marché relativement récent. Les places boursières n'ont ainsi connu un véritable essor qu'au XIXème siècle.

le marché des changes



Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Ce marché est le plus récent. Il démontre que l'économie de marché n'est pas figée et peut constamment évoluer. Le marché des changes est le marché où s'échangent les devises. On y échange du dollar contre de l'euro, ou encore du Yen contre de la Livre Sterling. Chaque monnaie n'a pas de valeur en soi. Sa valorisation ne se fait que via une autre monnaie. Ce marché est aujourd'hui l'un des plus actifs de la planète.

L'économie de marché a certes gagné la bataille des systèmes économiques, mais elle a déjà évolué et continuera d'évoluer pour conserver cette place. Rien ne dit que dans l'avenir, l'économie de marché soit abandonnée pour un autre système plus solidaire, ou au contraire plus confiscatoire.