Instruments



Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Différences entre une action et une obligation

Investir en bourse n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît. Un particulier peut ainsi investir dans plusieurs titres. Deux principaux types se distinguent. Les obligations et les actions sont ainsi les instruments les plus connus de la planète Finance. Connues par l'investisseur chevronné comme par le parfait novice, ces deux instruments n'ont toutefois que peu de rapport et affichent de très fortes différences. Une obligation n'est pas une action, et une action n'est pas une obligation. Découvrons leurs principales différences.


Sponsorisez cet article !

  • Que représentent-elles ?
  • Revenus
  • Remboursement
  • Couple rentabilité / risque
  • Différents types
  • Une échéance ?

    Que représentent-elles ?


    Les actions et les obligations sont très différentes de par ce qu'elles représentent. Alors que l'action désigne un titre de propriété lié au capital social d'une société, cotée ou non, l'obligation est un titre de créances ou de dettes. L'obligation est donc basée sur les dettes d'une entreprise, d'un état, ou d'une collectivité locale alors que l'action est une part des capitaux propres d'une société par actions. Toute société composée d'actions n'est pas cotée sur le marché boursier, et toute société n'est pas une société d'actions. Il existe aussi des SARL, SNC ou SCI.

    L'émission d'une obligation permet à l'émetteur de diversifier ses sources d'emprunts, et pour une action, de diversifier ses sources de financements. En effet,
    une entreprise peut avoir tout intérêt à émettre des obligations afin de se libérer de l'emprise des seules banques.

    Que ce soit pour l'obligation ou pour l'action, le souscripteur peut être un état, un particulier, un investisseur institutionnel ou encore une autre société. Tout dépendra des caractéristiques de l'émission. Un investisseur en action est appelé un actionnaire.
    Si c'est en obligation, il sera nommé obligataire.

    Revenus


    Une action est une part du capital d'une entreprise. Le revenu d'une action est nommé dividende. Il se calcule notamment sur le montant du résultat net. L'entreprise fixe le montant de l'éventuel dividende en assemblée générale, en se basant sur le résultat net de l'année, et les réserves distribuables. Les sociétés cherchent le plus souvent à avoir une politique stable en matière de dividendes, même en cas de baisse du résultat net. Toutefois, en cas de forts déficits, l'entreprise peut avoir tout intérêt à stopper tout versement de dividende.

    Dans le cas d'une obligation, les revenus se nomment des coupons. La valeur du coupon est déterminée a priori par les caractéristiques des obligations. Certaines obligations ont un coupon fixe, d'autres ne distribueront un coupon qu'au moment du remboursement. Avec un coupon connu à l'avance, l'obligataire est en mesure de calculer la rentabilité de son investissement sur toute sa durée, contrairement à l'action.

    Mais que ce soit pour l'obligation et l'action, leur valeur à un instant t évolue. Ainsi, l'investisseur peut aussi percevoir des revenus en vendant plus cher une obligation ou une action. Ceci s'appelle une plus-value, ou une moins-value en cas de perte. Les actions sont bien plus volatiles que les obligations, et les éventuelles plus ou moins values sont bien plus élevées.

    Remboursement


    Que vous soyez actionnaire ou obligataire, rien ne garantit votre capital. Une société peut faire faillite et vos actions ne vaudront plus rien. Il en sera de même pour vos obligations. Si l'entreprise émettrice n'a plus de fonds, elle ne remboursera jamais ses dettes. Les obligataires ont toutefois une priorité de remboursement par rapport aux actionnaires. Cela reste toutefois une priorité théorique. Dans le cas d'une liquidation judiciaire, l'actif restant ne peut souvent même pas solder les dettes sociales et fiscales. Les obligations où le risque de non remboursement est élevé sont connues sous le nom de junk bond ou obligations pourries.

    Couple rentabilité / risque


    Le marché obligataire est un marché réputé moins risqué que le marché action. Il s'agit le plus souvent d'émetteurs disposant d'une large voilure financière. La rentabilité d'une obligation sera donc inférieure à celle d'une action, en contrepartie d'un risque plus faible. Plus le risque est élevé, plus la rentabilité moyenne est élevée aussi. Une obligation a une durée de vie limitée. A l'échéance, l'entreprise s'est engagée à la rembourser à un montant déterminé à l'avance. C'est une dette. Pour une action, le titre peut s'effondrer. L'entreprise ne s'est nullement engagée à un niveau de cours à horizon 5 ou 10 ans.

    Différents types


    Il n'existe pas qu'un seul type d'action ou d'obligation. Chacun de ces instruments compte une multitude de variantes. Il existe ainsi des actions ordinaires, des actions nouvelles, des actions à dividende prioritaire, des actions reflets, etc. Les obligations peuvent être remboursables en actions, convertibles en obligations, à bons de souscriptions d'actions, etc. Toutefois l'action ordinaire et l'obligation dite classique sont les deux instruments les plus répandus.

    Autant il est simple d'estimer la rentabilité d'une obligation, voire même d'une action, autant il est complexe d'analyser avec soin un titre hybride tant les facteurs sont multiples.


    Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

    Une échéance ?


    Acquérir une action peut devenir un investissement de très long terme. Tant que l'entreprise ne fait pas faillite, vous serez alors en mesure de conserver vos actions, et ce pendant plusieurs années, voire décennies. La plupart des obligations ont au contraire une échéance de remboursement. Après un temps fixé à l'avance, 5, 7, 10 ans, l'obligation sera remboursée. L'entreprise rembourse alors sa dette auprès des souscripteurs et ces derniers n'ont donc plus de créances vis à vis de l'entreprise.

    Les différences sont donc nombreuses. Une action n'est pas sans risque, tout comme une obligation. Mais que ce soit l'une ou l'autre, un ensemble de critères de choix devra être défini en amont pour savoir où investir. Il n'existe pas d'investissement idéal pour tous. Chaque investissement doit se décider en fonction de sa situation personnelle. Il serait aussi stupide de dire que les actions sont destinées aux investisseurs actifs, et les obligations aux investisseurs moins actifs. Des traders se spécialisent sur les obligations avec des résultats parfois supérieurs aux traders actions.