Analyse fondamentale


Comment une société peut-elle afficher des pertes colossales ?

L'année 2009 restera dans les mémoires comme étant l'année où de nombreux acteurs autrefois incontournables et particulièrement rentables, ont vu leurs résultats s'effondrer. Ainsi, le réassureur de crédit hypothécaire, Fannie Mae, n'a pas hésité à annoncer 29 milliards de dollars pour un seul trimestre. Mais comment une société autrefois rentable, peut-elle annoncer de telles pertes ?

Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas


Le résultat net d'une entreprise se constitue en soustrayant des revenus, les charges. Ainsi une PME doit déduire de son chiffre d'affaires, les coûts d'achats des marchandises, les salaires des employés ou encore les dividendes versés aux associés. Les pertes peuvent donc être conséquentes si l'entreprise n'est pas en mesure de baisser le montant de ses charges en cas de baisse du chiffre d'affaires. La gestion des coûts ainsi que la bonne tenue du CA sont donc indispensables pour maintenir un résultat net positif. Si les coûts et le chiffre d'affaires se comportent bien, il n'y a aucune raison pour que l'entreprise affiche de fortes pertes.

Malgré tout, des sociétés dont le chiffre d'affaires ne diminue pas, et dont les coûts sont restés relativement stables, peuvent afficher des pertes de plusieurs milliards d'euros. Prenons l'exemple de Fannie Mae. Le groupe n'a pas perdu du jour au lendemain la totalité de son chiffre d'affaires ou vu sa masse salariale tripler. Qu'est ce qui explique donc des pertes de ce niveau ?

L'essentiel des très fortes pertes s'explique par la dévalorisation des actifs et donc par des dotations aux provisions. Prenons un exemple simpliste. Vous achetez un appartement de 250.000 euros, que ce soit à crédit ou comptant. Un an plus tard, votre appartement ne vaut plus que 200.000 euros suite à une forte chute des prix immobiliers. Cela vous pose t-il problème ? Oui si vous souhaitez revendre votre bien, mais si vous souhaitez le conserver et y vivre pendant 10-15 ans, cette baisse n'a pas de quoi être inquiétante. Rien ne changera donc au niveau de votre quotidien et de votre budget.

La situation pour une entreprise est un peu différente. Plusieurs cas de figures peuvent s'observer :
- une société en rachète une autre, et la valorisation de cette dernière chute après l'acquisition;
- une société investit en action et le cours des actions chute;
- une banque prête à un client qui après plusieurs remboursements est susceptible de faire faillite;
- un réassureur garanti un contrat de prêt à une banque en cas de défaillance;
- etc.

Dans tous ces cas, la société a l'obligation d'être prudente. Ainsi elle doit comptabiliser au sein de son compte de résultats des dotations aux provisions si la valorisation actuelle d'un actif financier par exemple est inférieure à la dernière évaluation. Autrement dit, si une société achète des actions à 10 euros, et que l'action passe à 3 euros, la société a l'obligation de provisionner ces 7 euros, même si l'entreprise ne vend pas ses titres.

La société doit donc faire de son bilan une image fidéle de son patrimoine à un instant t. Or cette prudence peut se traduire par des pertes comptables, et non forcément de trésorerie dans un premier temps. La société affiche des pertes mais aucune sortie de trésorerie n'est constatée. Ces pertes doivent toutefois être financées par des augmentations de capital le plus souvent pour respecter différentes normes prudentielles. Des capitaux propres ne peuvent ainsi être négatifs.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Ces dévalorisations peuvent aussi se retrouver dans d'autres entreprises. Une entreprise qui annonce une perte de dix milliards par exemple, voit sa valorisation et sa capacité à rester solvable fortement chuter. Ses clients, ses fournisseurs, et ses banquiers peuvent donc aussi être amenés à provisionner des pertes liées à cette dévalorisation.

Les montants sont donc conséquents et se traduisent le plus souvent par de vraies pertes en patrimoine de l'entreprise. Si cette dernière n'est pas en mesure de compenser cette perte comptable par une augmentation de capital, les problèmes de trésorerie vont alors réellement commencer.