Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Le danger des valeurs à fort rendement

Lors de votre parcours initiatique boursier, vous n'aurez de cesse de chercher les différentes sources de revenus possibles. La plus-value de cessions est sans doute l'une des plus lucratives, mais le dividende reste un excellent revenu pour des placements à long terme. Et certaines sociétés semblent très généreuses en matière de dividendes. Ainsi elles peuvent distribuer un rendement à deux chiffres -10, 15% de la valeur de l'action au moment du détachement-. Mais que cache cette réalité ?

Le jour du détachement du dividende, la valeur du titre perd, environ, le montant de la valeur du dividende. Cette baisse est logique et s'explique par les liquidités versées par l'entreprise et qu'elle ne détient donc plus dans ses comptes. L'actionnaire lui profite d'un revenu de long terme car il ne sert à rien d'acheter la veille du détachement pour revendre le lendemain. Le dividende ne doit s'envisager que dans une optique à long terme, sur une année.

Ce constat fait il faut savoir que le rendement n'est qu'un calcul mathématique : montant du dividende, divisé par le niveau du cours de l'action au moment du détachement. Le montant du dividende et le cours de l'action influencent donc le rendement. Le dividende peut être fort, mais le cours peut être aussi faible. Si le cours d'un titre chute rapidement, pour diverses raisons, et si le dividende reste fixe, le rendement s'envolera alors même que la valeur sera à éviter. Prenons l'exemple d'une société distribuant un dividende de 3 euros. Si l'action cote 96 euros, le rendement sera de 3,125%, soit dans la moyenne. Mais si l'action dévisse fortement à 57 euros à cause de rumeurs sur les méventes d'un produit, le rendement s'envolera à 5,26%. L'entreprise n'y aura toutefois pas gagné en attractivité. De plus, les dividendes versés par le passé, bien qu'étant un bon indicateur sur la politique de distribution de l'entreprise, ne présagent en rien des dividendes futurs. Ainsi rien n'oblige une entreprise à distribuer des dividendes. 10% de rendement hier, peuvent se transformer en 0% demain.

Mais pourquoi les sociétés peuvent-elles être aussi généreuses avec leurs actionnaires ? Alors que certaines versent péniblement 1% de rendement, d'autres franchissent les 10%. Les raisons sont multiples.

L'actionnaire principal
Le dividende est donné à l'actionnaire, actionnaire qui décide également du montant du dividende. Certains actionnaires réclament des dividendes élevés et ce pour diverses raisons. Ainsi dans le cadre d'un LBO. la société acquéreuse doit rembourser de lourds emprunts. De fait, la société acquise doit lui verser un rendement élevé. Certains arbitragistes sont aussi réputés pour pousser les entreprises à modifier leur politique de distribution. Ils prennent une participation minoritaire et essayent d'améliorer la rentabilité de l'entreprise, le plus souvent en diminuant ses liquidités jugées inexploitées. L'Etat est aussi un actionnaire qui demande des dividendes élevés, les autres actionnaires en profitant par la même occasion;

Cash machine
La principale vocation d'une société est de générer des bénéfices. Ces bénéfices sont en partie réinvestis dans l'entreprise et en partie versés aux actionnaires. Dans certaines situations toutefois, l'entreprise n'a que faire de cet argent car elle n'a aucun projet d'investissement. Prenons une société immobilière. Elle détient un immeuble, et génère chaque année des bénéfices. L'entreprise ne souhaitant pas investir dans un nouveau bien, elle a tout intérêt à reverser une grande part de ses bénéfices à ses actionnaires. C'est ainsi souvent le cas des sociétés de parkings. Elle distribue toujours de généreux dividendes, car les besoins en investissement une fois les parkings acquis sont plus que limités;

Donner un signal au marché
L'annonce du montant du dividende est un évènement fort dans la vie d'une entreprise. Par cette annonce, l'entreprise démontre sa confiance dans l'avenir. Une société qui réduit son dividende peut laisser penser qu'elle n'a pas confiance dans les années à venir, et qu'elle préfère conserver ses liquidités. Une forte augmentation du dividende, et donc du rendement, peut s'expliquer par la volonté de montrer au marché que l'entreprise va mieux;

Dividende exceptionnel
En règle générale, le dividende est prélevé sur les réserves et le résultat net. Pour faire simple, plus une entreprise fait des bénéfices, plus elle peut distribuer de dividendes. Mais dans certaines situations, elle peut donner un dividende exceptionnel. Ces situations non récurrentes peuvent ainsi être la cession d'une filiale ou la distribution des liquidités de l'entreprise. Le dividende exceptionnel peut très fortement augmenter le rendement, mais cacher un dividende, hors dividende exceptionnel, en baisse;


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Raisons fiscales
Une SA, une SCA ou encore une SAS n'ont aucune obligation de distribuer un niveau minimum de dividendes. Elles peuvent le faire toutefois pour des raisons fiscales si leurs actionnaires privilégient les dividendes aux plus values, l'imposition étant différente. Mais certains types de sociétés, comme les Société d'Investissement Immobilier Cotée ou SIIC, ont tout intérêt à distribuer le maximum de dividendes. L'imposition est en effet faite non pas sur les résultats de l'entreprise mais sur les dividendes versés. La société transfert donc l'imposition aux actionnaires, si et seulement si, une grande part des bénéfices est distribuée. Les SIIC ont donc par nature un taux de rendement des plus élevés.

Avant de vous précipiter sur les valeurs à forts rendements, il vous faudra donc analyser les raisons de cette générosité et son éventuelle pérennité sur le long terme. Il serait dommage d'investir pour un an sur une valeur qui ne distribuera plus de dividendes.