Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Dollar constant, euro courant et inflation

Macroéconomie

Il vous est sans doute arrivé au cours de vos lectures financières de voir apparaître les termes de dollars constants, ou d'euros courants. En effet, une même statistique peut s'étudier en valeur dite constante ou en valeur courante. Mais parfois la différence entre ces deux valeurs est plus qu'importante, notamment dans certains pays.

Ces notions de constant et de courant sont liées directement à l'inflation et/ou à la déflation du pays concerné. En effet, dans un pays à inflation modérée, chaque année, la valeur de la monnaie décroît. Ainsi 1.000 euros de 2005 valent plus que 1.000 euros de 2009. Cette différence s'explique par l'inflation qui fait mécaniquement augmenter les prix. Pour les particuliers, le Livret A est d'ailleurs un placement destiné à compenser cet effet en garantissant une performance supérieure à l'inflation constatée chaque année.

En France, l'évolution des prix est calculée via l'Indice des Prix à la Consommation ou IPC, plus connu aux Etats-Unis sous le nom de Consumer Price Index ou CPI. Cet indice va nous permettre de corriger un euro courant en euro constant. L'euro courant incorpore l'inflation alors que l'euro constant déflate cette notion et affiche ainsi des progressions uniquement en volume. Le PIB en euros courants ou IB nominal peut ainsi s'accroître alors même que le PIB en euros constants ou PIB réel baisse. Ceci s'explique par une inflation supérieure à la hausse en volume du PIB.

Le calcul est relativement simple. Pour se faire, vous devez vous munir de l'inflation du pays concerné pour les années recherchées. Prenons un chiffre d'affaires qui a évolué de 12,3% entre 2005 et 2008. La performance est intéressante pour la société mais il ne s'agit que d'euros courants. Comment réagit ce même chiffre d'affaires si on déflate l'inflation ?

En 2006, l'inflation fut de 1,6%; 1,5% en 2007 et 2,8% en 2008. Pour des raisons de simplification, l'année 2005 n'est pas pris en compte. En pratique, il pourrait être nécessaire de calculer l'inflation mois par mois. Autrement dit, les prix se sont accrus de 6,01% sur les années 2006-2007 et 2008. Pour arriver à cette progression, il ne suffit pas d'additionner les croissances, mais il faut les cumuler. L'inflation en année 2007 porte sur l'année 2006 qui elle même a vu de l'inflation. Le calcul complexe est donc :
100 x (1 + 1,6/100) x (1 + 1,5/100) x (1 + 2,8/100), soit 106,011.

Ainsi d'un indice 100, nous sommes arrivés à un indice 106,01. Le chiffre d'affaires voit donc sa performance fortement obérer. Au lieu d'une performance de 12,3% entre l'année 2005, année de référence, et l'année 2008, le chiffre d'affaires n'a progressé en volume que de 5,93%.

Reprenons le calcul. En 2005, le chiffre d'affaires valait 100 et en 2008, 112,3. Dans le même temps, l'inflation entre 2006 et 2008 est passée de 100 à 106,01. Le chiffre d'affaires en euros constants en 2008 est donc de (112,3 / 106,01) x 100 = 105,93.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Une grande part de la progression du chiffre d'affaires s'explique donc par la simple hausse des prix. Ces calculs sont très intéressants quand il s'agit de comparer l'évolution du chiffre d'affaires dans des zones où l'inflation est forte ou quand règne l'hyperinflation. Ainsi un chiffre d'affaires courant peut ainsi masquer une baisse du chiffre d'affaires en volume. Le PIB nominal est ainsi souvent mis en avant par les Etats alors qu'en réalité seul le PIB réel devrait compter. Une hausse de l'activité qui se traduit exclusivement par une hausse des prix n'ait que peu favorable à l'emploi.