Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Conseil Scientifique des Indices, une institution toute puissante

Institutions

La communauté financière est régulièrement agitée par des modifications dans la composition des indices boursiers. Telle valeur entre, une autre sort, et ce plusieurs fois par an, pour bons nombres d'indices. Ces entrées et ces sorties ont un impact non négligeable pour les titres concernés. Une société qui voit son titre sortir de l'indice CAC 40 va perdre tous les avantages liés à sa présence dans l'indice phare de la place boursière parisienne. Ainsi elle perd tout autant en visibilité, qu'en volumes d'activités. Mais qui décide donc de ces entrées et ces sorties, parfois si médiatiques, et toujours impactantes ?

Le CAC 40 a été créé en 1988. Il est représentatif du marché parisien, et principalement des plus fortes capitalisations boursières. Limité à 50 valeurs, l'indice CAC 40 reste toutefois très suivi par les gestionnaires de fonds. Toutefois, un indice se doit d'évoluer. Composé de 40 valeurs de sociétés, ces dernières peuvent fusionner, faire faillite, ou encore se retirer des marchés boursiers. Autant de raisons qui expliquent que la composition du CAC 40 évolue régulièrement. Les valeurs le composant ne sont plus celles d'hier, et ne seront pas celles de demain. Il était donc indispensable, dès sa création, de mettre en place une institution chargée de modifier régulièrement la composition de l'indice. Ainsi, l'indice CAC 40 continue de représenter les blue chips sur le marché parisien. Cette institution n'est autre que le Conseil Scientifique des Indices.

Le Conseil Scientifique des Indices est une institution qui se veut indépendante. Ainsi, elle ne dépend pas directement de Nyse Euronext. La décision d'une entrée ou d'une sortie dépend uniquement du Conseil Scientifique des Indices, contrairement aux indices DAX en Allemagne où le conseil allemand émet uniquement des avis. Composé d'un président (qui n'a pas le droit de vote), et de quelques membres (7 à 8), le Conseil Scientifique des Valeurs se réunit au moins 4 fois par an. Les réunions ne sont pas annoncées à l'avance, et rien n'interdit au CSI de se réunir exceptionnellement en cas d'opérations financières par exemple. La fusion de deux sociétés du CAC 40 entraîne naturellement la sortie d'une des valeurs, et donc d'une entrée. Mais ces membres, liés le plus souvent à d'autres institutions (Rexecode, Insee, AMF ou encore Banque de France), ne composent pas l'indice selon leur humeur du jour. Les critères sont très stricts, et précis.

Ainsi les valeurs choisies pour intégrer le CAC 40 le sont principalement en fonction de leur capitalisation boursière. Il va sans dire qu'une PME n'a pas sa place au sein de l'indice phare parisien. La valorisation des titres composant l'indice se chiffre en milliards d'euros. Attention toutefois, c'est la capitalisation boursière flottante qui est retenue et non la capitalisation boursière totale. Lorsque France Telecom s'est introduite en bourse, la capitalisation boursière totale était très élevée mais le flottant très faible. Le flottant désigne les titres qui peuvent effectivement être échangés. Les titres détenus par un Etat par exemple diminuent d'autant la capitalisation boursière flottante. Outre cette capitalisation, les volumes d'échanges sont essentiels. Le CAC 40 est un indice très dynamique. De fait, il doit représenter les valeurs où les échanges sont les plus fournis. Une capitalisation élevée, mais des volumes très faibles, et la valeur n'intégrera pas le CAC 40.

Toutefois, la composition du CAC 40 n'évolue pas toutes les semaines. Cette composition ne change que peu afin de ne pas bousculer les gestionnaires de portefeuille. L'indice CAC 40 garde ainsi son caractère de référence, qu'il perdrait si les valeurs changeaient par trop régulièrement. Par contre, si une valeur chute trop lourdement sur une année, il n'est pas impossible que le titre soit retiré du CAC 40 tant sa capitalisation boursière a baissé. Le titre sera alors intégré le plus souvent au sein du CAC Next 20. En effet, le Conseil Scientifique des Indices ne se borne pas au seul CAC 40. Il compose les autres indices tels que le Next 20 qui est l'antichambre des valeurs du CAC 40.

L'entrée d'une valeur dans le CAC 40 a un impact évident pour une société. Une société française devient ainsi automatiquement connue au niveau mondial. Elle sera alors suivie par beaucoup plus d'analystes financiers, et sera intégrée dans bons nombres de fonds d'investissements. En effet, il existe des milliers de gestionnaires de par le monde qui se contentent de répliquer plus ou moins parfaitement les indices boursiers. L'intégration au CAC 40 se traduit donc par une augmentation des volumes sur le titre pendant les premières semaines. Chaque gestionnaire souhaite acquérir ces titres. De la même manière, les valeurs sortant de l'indice voient leurs volumes diminuer. Les fonds arbitrent alors entre les valeurs sortantes qui sont vendues, et les valeurs entrantes qui sont achetées. Pour éviter des fluctuations trop fortes, l'intégration effective d'une valeur se fait plusieurs semaines après l'annonce officielle du Conseil Scientifique des Indices. Cette annonce fera suite à une réunion qui a toujours lieu après la clôture de la séance, afin d'éviter les mouvements erratiques sur les valeurs concernées en cours de séance. L'importance d'une entrée, ou d'une sortie du CAC 40 démontre tout l'intérêt de l'indépendance du Conseil Scientifique des Indices. Une institution dépendante d'un marché, et le conseil pourrait retarder une sortie pour satisfaire les pressions des sociétés concernées.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Le Conseil Scientifique des indices reste toutefois très peu médiatique par rapport à l'impact de ses décisions. Ainsi, le grand public et les investisseurs commenteront avec moults détails l'entrée ou la sortie d'une nouvelle valeur, alors que l'institution qui a pris cette décision ne sera que peu ou pas évoquée.