Représentations graphiques



Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Chandeliers japonais, une analyse venue d'Asie

A toute période, les hommes ont voulu prédire l'avenir. Le plus souvent pour se rassurer mais aussi pour en profiter au mieux. Le développement des marchés financiers n'a pas inversé le mouvement, bien au contraire. Les chandeliers japonais s'inscrivent dans cette grande vocation humaine : prédire l'avenir... et en tirer profit. La méthode d'analyse graphique des chandeliers japonais a été mise au point au Japon au 18ème siècle, et a été redécouverte au XXème siècle par Steve Nison. Cette méthode a fait à l'époque la fortune de plusieurs négociants en riz.

Les chandeliers japonais sont utilisés par de nombreux investisseurs japonais lorsqu'ils investissent sur les marchés financiers, mais aussi par de nombreux analystes non asiatiques.
Cette méthode a su s'exporter très largement sur la planète finance, et elle n'est désormais plus limitée à un seul continent. Il n'est désormais plus indispensable de savoir si la méthode est valable ou si elle est provoque trop de signaux, mais plutôt de connaître une vision d'investissement plus orientale utilisée par un grand nombre de traders. Le nombre même de traders utilisant cette méthode impactera forcément le marché qui réagira en conséquence.

Lecture d'un chandelier

La lecture d'un chandelier est plus complexe que celle d'une simple courbe. Cette complexité permet toutefois une étude plus poussée des graphiques. En effet, un chandeliers n'est pas un simple point sur une courbe, c'est un ensemble de données compilées en une seule forme.

Pour tracer un chandelier japonais, il est nécessaire de collecter quelques informations. Ces données sont publiques et fournies par Euronext.

le cours d'ouverture : il s'agit là du cours du premier échange de la séance boursière;

le cours de clôture : sur les marchés français, le cours de clôture correspond à un fixing de clôture, à savoir une dernière confrontation entre les ordres d'achat et de vente;

le plus bas désigne le cours le plus bas atteint lors de la séance boursière. Il peut être très éloigné du cours d'ouverture ou du cours de clôture;

le plus haut désigne le cours le plus haut atteint lors de la séance.

Outre ces deux dimensions de temps et de cours, le chandelier japonais a une troisième dimension avec la hausse et la baisse. Cette troisième dimension facilite grandement le travail des analystes, et lui apporte de nouvelles pistes de travail.

Ainsi, si le titre a baissé pendant la séance -cours de clôture inférieur au cours d'ouverture-, le chandelier est noir. Dans le cas d'une hausse, le chandelier est blanc. Ce code couleur permet une excellente visualisation de la pression acheteuse et vendeuse sur les cours.

Si une valeur a ouvert la séance à 25€, et a clôturé la séance à 30€, soit au-dessus de son cours d'ouverture, le chandelier sera blanc. Dans le cas contraire, si une valeur ouvre à 18€ et clôture à 15€, la couleur du corps sera noire. Le corps est borné par le cours d'ouverture et le cours de clôture.

Dans le cas particulier ou le cours d'ouverture correspond au cours de clôture, le corps du chandelier sera représenté par une simple ligne. Une vision graphique et simple qui ouvre tout un nouveau champ de réflexion par rapport à une simple courbe.

La méthodes des chandeliers japonais est riche de dizaines de figures et de signaux. L'idéal est de coupler cette méthode avec d'autres signaux (RSI, moyenne mobile, etc.) afin de valider (ou d'invalider) certains signaux. Mais elle n'en reste pas moins une méthode intéressante, qu'il convient d'étudier, tout en sachant que le concept même de l'analyse technique n'a pas été clairement démontré.