Instruments



Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Certificats ou comment suivre le marché

Au regard de l'âge des marchés boursiers, les certificats sont des valeurs mobilières relativement récentes. Ils permettent à un public extrêmement large d'investisseurs d'orienter leurs placements vers des paniers d'actions, ou des indices. Plus besoin d'investir sur 40 valeurs composant l'indice CAC 40 et d'obtenir un prix Nobel de mathématiques pour avoir une performance identique à celle de l'indice parisien. Il vous suffit d'acquérir un certificat reposant sur le CAC 40 pour répliquer la performance de l'indice parisien.

Les certificats facilitent l'accès à la bourse aux particuliers qui peuvent ainsi suivre la performance d'un indice sans être obligé d'investir sur des OPCVM. Ces sicav ou FCP ne répliquent que rarement parfaitement l'indice. De plus, les frais de gestion obèrent une partie de la performance du CAC 40. Outre cette facilité d'utilisation, il est aussi possible de développer des stratégies en fonction du certificat choisi. Ces stratégies sur les certificats peuvent être au nombre de 4 en fonction des scénarios attendus :
- jouer la hausse (certificat bull),
- jouer la baisse (certificat bear),
- jouer des variations modérées (certificats cappés et floorés),
- et enfin jouer la stabilité (certificat discount).

Attention toutefois. Les certificats n'ont pas que des avantages car contrairement aux actions ordinaires, les certificats ont une échéance. Ainsi à l'échéance, de 1 à 8 ans, le certificat sera remboursé en fonction de la valeur du sous-jacent et du type de certificat. Vous ne pourrez conserver votre certificat 10-20 ou 30 ans en espérant un rebond du sous-jacent. L'échéance du certificat peut vous obliger à comptabiliser une lourde perte.

Sommaire

  1. Avantages des certificats
    1. Liquidité
    2. Diversification
    3. Se protéger
    4. Limiter sa mise de départ
    5. Simplicité
    6. Sélection des valeurs

  2. Différents certificats
    1. Bull
    2. Bear
    3. Cappé
    4. Flooré
    5. Discount

  3. Fiscalité
  4. Cotations
  5. Emetteurs
  6. Supports

Avantages des certificats


Les certificats ont une batterie d'avantages qui leur confèrent un "plus" certain face à certains produits où la liquidité du marché n'est pas totalement assurée, comme le marché des warrants. Les warrants peuvent permettre aussi de se couvrir ou de spéculer sur l'évolution d'un sous jacent ou d'un panier d'actions.

Liquidité
Les émetteurs des certificats ne sont pas des entreprises qui souhaitent augmenter leur capital. Il s'agit d'établissements financiers tels que BNP Paribas. En émettant ces certificats, l'établissement financier s'engage à maintenir la liquidité du titre durant toute la séance, et toute la durée de vie du certificat. Ce rôle de teneur de marché permet à l'investisseur d'avoir en permanence une fourchette à l'achat et à la vente relativement réduite.
Cette liquidité est également accentuée par les émissions fréquentes de nouveaux certificats qui animent le marché des "Certificats indexés" dans son ensemble.

Compte tenu des émetteurs, quand vous investissez sur un certificat, vous ne donnez pas un centime à l'entreprise dont le titre sert de sous-jacent. Il s'agit seulement et uniquement d'un instrument financier.

Diversification
Le certificat permet à un investisseur de se placer sur un panier d'actions précis. Ainsi, un investisseur pourra choisir des certificats axés sur la communication, Internet ou bien encore sur des indices technologiques (DJ Stoxx Telecom). Il n'est plus besoin d'acheter x valeurs d'un même secteur pour essayer de reproduire la performance de ce dernier.

D'autres produits financiers tels que les warrants permettent de se diversifier, mais le très fort effet de levier sur les warrants peut fortement dissuader. Sur les certificats, aucun effet de levier (sauf pour les certificats bear). Le certificat évolue au même rythme que son sous-jacent.

Investir sur un panier d'actions ou sur un secteur peut être à privilégier lorsqu'il est difficile de sélectionner un ou plusieurs titres d'un secteur. Il est en effet plus rentable de choisir le secteur où l'on estime le plus fort potentiel de hausse, que de choisir une action.

Se protéger
Le certificat peut également vous servir de couverture. Ainsi, si vous jouez la hausse du CAC 40 via votre portefeuille actions, il peut être intéressant de se couvrir en achetant des certificats bear. Ces derniers, grâce à leur effet de levier, peuvent vous permettent de limiter les pertes en cas de forte baisse du CAC 40 pour une mise de fonds limitée.

Limiter sa mise de départ
Acheter les 40 valeurs du CAC 40 seraient suicidaires au niveau des frais de courtage pour un portefeuille de petite taille. Beaucoup de brokers facturent un forfait par ordre, et un forfait par ligne (droits de garde). Détenir 40 titres en portefeuille pourrait donc coûter excessivement cher. De plus, vous devrez constamment rééquilibrer votre portefeuille pour qu'il corresponde à la composition exacte de l'indice. Investir sur un certificat ne représente qu'un seul coût, pour une mise de fonds modique et pour des droits de garde limités à une seule ligne. De plus, vous n'aurez nullement besoin de rééquilibrer votre portefeuille.

De plus, certains indices étrangers ou même secteurs comptent bien plus de 40 valeurs dans leur composition, et les pondérations de chaque valeur dans l'indice change constamment, ce qui complique le travail de représentativité du portefeuille. Le certificat permet de gagner un temps précieux.

Simplicité
Les certificats ne nécessitent pas de formation longue, notamment pour les certificats Bull. Il existe d'autres produits, tels que les warrants, qui permettent de suivre l'évolution d'un indice ou d'un panier de valeurs. Mais le plus souvent ces produits sont complexes et risqués (effet de levier des warrants).
Le certificat reste aisé à comprendre et ne nécessite pas de comptes particuliers comme l'oblige le compte MONEP par exemple. Le sous-jacent grimpe, le certificat grimpe. Il suit en cela la simplicité des actions ordinaires.

Sélection des valeurs
Un secteur d'activités n'est pas homogène. Ainsi certaines valeurs du secteur peuvent superformées le secteur alors que d'autres affichent de piètres performances. En investissant sur un certificat sectoriel, vous investissez aussi dans l'expertise financière de l'émetteur. Cet émetteur choisit en effet les valeurs qu'ils désirent incorporer à son panier en fonction de différents critères financiers. Deux certificats Telecom de deux émetteurs différents auront ainsi des performances différentes. Vous vous dégagez donc du temps pour choisir le secteur le plus rentable selon vous.

Présentation des différents certificats


Certificat Bull
Le Certificat Bull, souvent nommé simplement certificat, est le plus simple à comprendre. Il permet de jouer la hausse du sous-jacent sans aucun effet de levier. Si le sous-jacent gagne 1%, le certificat Bull gagnera 1%.

Exemple :
Supposons que vous achetiez un certificat Bull sur le CAC 40. Pour ce genre de certificat, la parité est souvent de 10 (jusqu'à 500 pour certains). A savoir qu'il faut 10 certificats pour être remboursé en totalité à l'échéance.

Si le CAC 40 vaut 6.300 points, le certificat vaut donc 630 euros (6.300 / 10).
Si le CAC 40 grimpe à 6.500, votre certificat vaudra 6.500 / 10 = 650 euros.

Soit un taux de croissance identique entre le sous-jacent et le certificat. La totalité de la croissance du support vous est donc restitué. La performance n'est pas obérée par de quelconques frais de gestions.

Certificat Bear
Le Certificat Bear est destiné à jouer à la baisse un indice ou un panier de valeurs. Alors que dans le certificat bull, vous attendez une hausse du sous-jacent, le certificat bear verra sa valeur s'accroître avec la baisse du sous-jacent.
Le certificat Bear s'accompagne d'une valeur de référence accolée au sous-jacent. Cette référence est dite désactivante. Ainsi, si le sous-jacent dépasse ce niveau de prix, le certificat vaudra définitivement 0. Même si le cours de référence redescend par la suite, le certificat n'aura plus de valeur. Ce prix de référence correspond donc à la perte maximale que s'autorise l'investisseur.

Le certificat Bull est un certificat sans effet de levier. Le certificat Bear a un effet de levier de par sa nature.

Exemple :
Vous investissez sur un certificat bear sur CAC 40, de parité 10 contre 1, à un niveau de référence de 6.000 points.
Si à la date de l'achat, le niveau du CAC est de 5.500 points, la valeur du certificat sera de (6.000 – 5.500) / 10 = 50 euros.
Supposons que l'indice CAC 40 abandonne 500 points à 5.000 points. La valeur du certificat sera de : (6.000 – 5.000) / 10 = 100 euros

Le certificat aura doublé (+100%) pour une baisse de seulement 9,09% du sous-jacent. L'effet de levier calculé est donc de 11 (calculé ainsi 100% / 9,09%).

Supposons maintenant que l'indice CAC 40 grimpe de 300 points à 5.800 points, la valeur du certificat chute à (6.000 – 5.800) / 10 = 20 euros. La baisse du certificat est de 60% pour une hausse de seulement 5,45% du sous-jacent.

Supposons maintenant que l'indice grimpe de 600 points à 6.100 points, la valeur du certificat sera nulle. En effet, la valeur théorique du certificat serait de (6.000 – 6.100) / 10 = -10 euros. Le prix de référence (6.000 points) agissant comme une barrière désactivante, la valeur du certificat devient nulle.

Le certificat bear et sa barrière désactivante sont donc plus risqués pour un investisseur qui peut voir tout son investissement disparaître en quelques heures, si le support franchit la barrière.

Certificat Cappé
Le Certificat cappé se base sur un scénario où le sous-jacent évolue positivement mais sans dépasser un prix de référence. Ainsi, si le sous-jacent s'envole, vous ne serez remboursé qu'à concurrence d'un montant forfaitaire connu à l'avance. Vous ne bénéficierez ainsi que d'une partie de la performance du sous-jacent.

Le certificat cappé est constitué de deux prix de référence. L'un sert en quelque sorte de plancher, et l'autre de plafond. Si le sous-jacent dépasse le seuil le plus élevé, vous ne serez remboursé qu'à concurrence de la différence entre le prix de référence le plus élevé, et le prix de référence le plus bas. On ne tient pas compte du niveau de cours du sous-jacent pour le calcul du remboursement.
Si le niveau de cours du sous-jacent se situe dans la fourchette des prix de référence, vous serez remboursé de la différence entre le cours du sous-jacent et le niveau de référence le plus bas de la fourchette.
Si le niveau du sous-jacent est inférieur au prix de référence le plus bas, c'est à dire si votre scénario est totalement erroné, vous perdez la totalité de votre mise initiale.

Exemple :
Après études attentives des valeurs présentes dans le certificat cappé Télécommunications, vous estimez que ces valeurs évolueront positivement mais ne s'envoleront pas. Vous choisissez un certificat cappé Télécommunication avec l'échéance et la fourchette qui vous convient, supposons 1.000 / 1.100 points d'échéance 1 an.

- Si le sous-jacent clôture à 1.200 points à l'échéance, vous serez remboursé de 100 euros, à savoir 1.100 – 1.000;
- Si le sous-jacent clôture à 1.074 points à l'échéance, vous serez remboursé de 74 euros, à savoir 1.074 – 1.000;
- Si le sous-jacent clôture à 985 points à l'échéance, vous perdez la totalité de votre mise initiale.

Le certificat cappé est donc un certificat complexe qui correspond à une stratégie précise d'investissement.

Certificat Flooré
Le certificat flooré est la parfaite antithèse de son grand frère, le certificat cappé. Au lieu de jouer la hausse des cours, le certificat flooré est utilisé pour jouer la baisse des cours. Le principe est identique au certificat cappé, à savoir :
- une date d'échéance
- une fourchette de prix de référence.

- Si le sous-jacent clôture à un niveau inférieur au prix de référence le plus bas, vous êtes remboursé de la différence entre les deux cours de référence.
- Si le sous-jacent clôture à un niveau compris entre les deux cours de référence, vous êtes remboursé de la différence entre le prix de référence le plus élevé et le cours du sous-jacent.
- Si le sous-jacent clôture au-dessus du plus haut cours de référence, vous perdez la totalité de votre mise de fond initiale.

Le certificat cappé comme le certificat flooré permet à l'investisseur de jouer à la hausse ou à la baisse en investissant moins que dans un certificat classique (bull ou bear) mais en obérant une partie de la performance potentielle. L'investisseur fait ainsi le choix de l'effet de levier au détriment de la performance.

Certificat Discount
Le Discount Certificat est atypique par bien des points. Il est surtout utile si l'investisseur estime que le sous-jacent n'évoluera pas fortement, voire restera stable. Il peut garantir également d'une légère baisse. Le Discount Certificat est clairement un certificat qui doit être acheté si vous estimez que, sur la durée de vie du certificat, le sous-jacent sera resté stable sans réelle tendance.

Le Discount Certificat permet en effet à un investisseur d'acheter un sous-jacent à un cours inférieur au cours lors de l'émission. Ainsi, vous pouvez acheter jusqu'à 5, 10, 15% moins cher un certificat. Cette décote s'explique essentiellement par la limite de gains fixé par le niveau de prix de référence. Si le sous-jacent dépasse le niveau de référence du sous-jacent, vous ne serez remboursé qu'à hauteur du prix de référence.

Exemple :
Vous estimez que l'indice des valeurs technologiques restera stable dans l'année à venir. Vous décidez donc d'acheter un certificat Discount à un cours décoté, avec un cours de référence.

- Si à l'échéance, le niveau de l'indice a fortement progressé, vous ne serez remboursé que du prix de référence, même si l'indice a gagné 50% par rapport au cours de référence.
- Si l'indice est resté stable, et inférieur au cours de référence, vous serez remboursé de l'indice en fonction du dernier cours. Vous aurez donc perçu un rendement supérieur à l'investissement d'un certificat Bull. Ce dernier aurait suivi l'évolution du sous-jacent et ne vous aurait rien rapporté. L'achat d'un certificat discount vous permet de récupérer à l'échéance le montant de la décote à l'achat.

Fiscalité


D'un point de vue juridique, les certificats sont assimilés à des Euro Medium Term Notes. Leur fiscalité particulière s'apparente à celle des obligations. Ainsi on peut distinguer deux méthodes de calculs dépendantes directement de la date de remboursement/revente du certificat.

le certificat est remboursé à l'échéance
Si le certificat est remboursé à l'échéance, il s'apparente clairement à une obligation. Ainsi la plus-value dégagée s'ajoute à l'impôt sur le revenu. Les moins-values ne peuvent pas être déduites des autres revenus du contribuable;

le certificat est revendu avant l'échéance
Si le certificat est revendu avant l'échéance, la fiscalité ressemble à celle des actions. Ainsi, par le passé si le seuil de cessions était dépassé (25.830 euros en 2010), les plus-values étaient imposées à 26%. Aujourd'hui, les plus-values sont imposables dès le premier euro. Si en fin d'année, vous enregistrez un solde net négatif, vos moins-values pourront être déduites de vos plus-values mobilières. Ces moins-values resteront reportables sur les 10 années à venir, si vous n'avez pas d'impôt à payer.

Dans tous les cas, les frais liés à la création de ce revenu sont déductibles. Il d'agit donc des droits de garde et des frais de courtage.

En pratique


En pratique, les certificats ont les mêmes règles de cotation que d'autres valeurs mobilières. Elles sont cotées, pour la plupart en continu, durant les heures d'ouverture du marché, à savoir de 9h à 17h30.

A chaque certificat est associé un code ISIN qui vous permettra d'intervenir sur ce marché, dit marché des "Certificats indexés". Votre intermédiaire financier prélèvera des frais de courtage standard. Des frais de gestion pourront également être prélevés par l'émetteur du certificat. Ce dernier se rémunère aussi via les dividendes versés par les entreprises. En effet, pour répliquer un indice ou même pour se couvrir, il convient de détenir les valeurs composant l'indice. En les détenant, l'émetteur des certificats recevra lui les dividendes alors que le détenteur d'un certificat n'en recevra pas.

Les quotités sont variables d'un certificat à l'autre mais le plus souvent sont de 1. Les quotités sur les certificats sur indice sont plus couramment de 10 (jusqu'à 500), au vue du niveau des indices. Ainsi, un investisseur se doit d'acheter au minimum un certificat ou 500 selon la quotité.

Les certificats étant émis par des établissements financiers, ils ne sont pas forcément inscrits dans votre journal financier habituel. Certains établissements ne mentionnent que les nouvelles émissions, d'autres n'y figurent même pas. La très longue liste des instruments financiers implique les journaux financiers à faire des choix éditoriaux et à limiter les valeurs présentes dans leurs colonnes.

Les émetteurs


Plusieurs établissements se sont placés sur le marché des certificats en France, mais BNP Paribas semble être le leader actuel du marché des "Certificats indexés". Il offre avec d'autres concurrents comme Citibank, Crédit Agricole, Dresdner ou Merril Lynch, une liste de sous-jacents très variés. Compte tenu de la réglementation financière en France, les émetteurs de certificats ont tous bonne réputation sur le marché.

Les différents sous-jacents


Le certificat n'est qu'un instrument suivant plus ou moins l'évolution d'un sous-jacent. Ces sous-jacents peuvent se séparer en trois catégories distincts :

les actions
Certaines grandes valeurs, dont la plupart composent le CAC 40, sont utilisées comme sous-jacent sur le marché des certificats. On peut citer Carrefour, Bouygues, BNP Paribas, Renault ou bien encore Alcatel et Orange. Tous les secteurs sont représentés et les valeurs à forte liquidité sont logiquement privilégiées. Moins une valeur sera liquide sur le marché actions, moins elle sera rentable à émettre pour une banque car peu d'investisseurs s'y intéresseront.

les indices
Les certificats permettent de suivre aisément un indice boursier. De fait, plusieurs indices servent de sous-jacents, tels que le CAC 40 ou bien l'indice Eurostoxx 50. Ces certificats sur indices peuvent servir d'outil de couverture important (certificat bear par exemple). La corrélation entre un portefeuille actions et le CAC 40 est relativement forte. De fait, acquérir des certificats sur CAC 40 pourra vous couvrir en partie des pertes sur un portefeuille actions.

les paniers

Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Outre les actions et les indices, les établissements financiers peuvent constituer des paniers d'actions grâce à leurs équipes d'analystes. Ces derniers choisissent les valeurs d'un secteur dont le potentiel leur semble le plus élevé, et propose ce panier comme sous-jacent. L'investisseur peut alors choisir librement tel ou tel panier qui sera différent d'un établissement à l'autre. Beaucoup de secteurs sont représentés : chimie, médias, pharmaceutique, distribution, etc. Outre le choix du secteur, l'investisseur devra aussi sélectionner l'émetteur et son panier.

Les certificats sont une nouvelle forme d'investissement qui peuvent séduire un public large, du gestionnaire de portefeuille qui désire se couvrir au particulier qui souhaitera calquer une partie de sa performance sur celle du CAC 40.