Places boursières



Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Bourse de Shanghai, un colosse aux pieds d'argile

La Chine compte plus d'un milliard d'habitants, et s'apprête à devenir la première puissance mondiale devant les Etats-Unis. Certes le revenu par habitant est encore bien plus faible que celui des américains mais la croissance est forte. Ainsi, ce n'est pas moins de trois grosses places boursières qui se côtoient en Chine, mais la Bourse de Shanghai reste la première place chinoise devant Shenzhen et Hong Kong. La Bourse de Shanghai ou Shanghai Stock Exchange en anglais figure même dans le Top 10 des places boursières dans le monde. Elle est située à Shanghai, une ville de plus de 23 millions d'habitants, située sur la Cote Est de la Chine.

La Bourse de Shanghai prend ses racines au XIXème siècle. Fondée en 1891, elle fut toutefois mise en sommeil en 1949 avec la création de la République Populaire de Chine. L'idéologie développée par Mao ne pouvait se fondre dans le symbole capitaliste que pouvait être cette place boursière. Les chinois ont du attendre novembre 1990 avant de pouvoir à nouveau acheter et vendre des actions à la Bourse de Shanghai. La Chine affiche alors des taux de croissance de son économie très élevés et les capitaux étrangers sont nombreux à vouloir s'y positionner. Mais les limitations sont encore nombreuses pour les investisseurs étrangers, à tel point qu'à l'époque, ils ne pouvaient acquérir d'actions de sociétés cotées, réservées uniquement aux chinois.

La Bourse de Shanghaï se décompose en plusieurs marchés distincts comme la plupart des places boursières. Le marché des bons du trésor est l'un des marchés les plus actifs et attire de nombreux investisseurs étrangers. C'est un marché de dettes. Les sociétés cotées doivent elles se tourner vers le marché A et le marché B. Le marché B est un marché ouvert à l'international. Les sociétés sont cotées en dollar américain et les investisseurs étrangers peuvent y investir. Ouvert depuis 2001, les limitations à destination des investisseurs étrangers tendent à se réduire au fil des années, ne faisant qu'accroître l'arrivée de nouveaux capitaux sur ce marché. Toutefois les sociétés cotées n'ouvrent que peu leur capital, et ceci explique en grande partie les fortes variations des cours, mais aussi les valorisations parfois fantaisistes de certaines entreprises. Le marché A est lui bien plus refermé sur la Chine. Cotées en Renmibi, la monnaie chinoise, les sociétés du marché A sont restées longtemps fermées aux investisseurs étrangers. Désormais ouvertes, les limitations restent encore nombreuses.

Les années 2000 avaient bien débuté pour la bourse de Shanghai qui n'a alors cessé de battre record sur record jusqu'à atteindre le niveau de 6.124 points en octobre 2007. Mais depuis la crise financière est passée par là, et le SSE Composite Index n'affiche en 2013 qu'un niveau de quelques 2.000 points. Basé sur 100 points le 19 décembre 1990, le SSE Composite index comprend l'ensemble des valeurs cotées sur le Marché A et le Marché B. Des indices plus restreints, comme le SSE 50 et le SSE 180, composés respectivement de 50 et 180 valeurs, sont aussi proposés afin de faciliter le suivi de la bourse de Shanghai.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Pour qui souhaite investir sur la Bourse de Shanghai, sachez que le marché ouvre à 9h30 pour clôturer à 11h30, puis réouvrir à 13h pour une clôture de séance à 15h00. Des valeurs comme Petrochina, ICBC, Bank of China ou encore Zijin Mining s'échangent quotidiennement. La bourse de Shanghai est toutefois à réserver aux investisseurs avertis. Il est toujours compliqué d'investir sur les marchés étrangers, et les marchés chinois ne font pas exception, loin s'en faut. Ainsi, les systèmes d'alertes sont encore loin d'être sans défaut. Le 16 août 2013, suite à une fat finger, ou erreur de frappe, des ordres pour un total de 2,84 milliards d'euros arrivent sur le marché et font s'envoler le SSE Composite Index de 5%. La bourse de Shanghai est surveillé par la China Securities Regularory Commission -équivalent de l'Autorité des Marchés Financiers-, sous tutelle directe de l'administration chinoise.

La crise financière a profondément bousculé la bourse de Shanghai, à tel point que l'indice phare a vu son niveau diviser par trois. Elle n'en reste pas loin l'une des premières places boursières dans le monde, et se doit donc être scrutée avec attention pour qui souhaite étudier les marchés asiatiques.