Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Bourse de Francfort, un géant à l'échelle européenne

Places boursières

Les places boursières de renom ne se limitent pas dans le monde aux seules Wall Street, City ou encore Nyse Euronext et Tokyo. Une place boursière se repose avant tout sur une économie forte, et l'Allemagne reste la première économie en Europe. Une industrie forte, une capacité d'exportation hors du commun, et une population très instruite. L'Allemagne possède ainsi l'une des économies les plus saines dans le monde, et sans doute la plus forte en Europe. Tout naturellement, la place boursière allemande est loin de faire pâle figure face à ses voisins européens, mais également face à ses voisins internationaux.

Il n'existe pas une seule place boursière en Allemagne, mais une seule canalise l'essentiel des transactions, et de fait, les investisseurs étrangers. Il s'agit là de la bourse de Francfort. Ses premiers pas s'étalèrent sur plusieurs décennies mais l'on estime que la création officielle de la Bourse de Francfort ou FWB pour Frankfurter Wertpapierbörse date de 1585. La période moderne du XXème siècle a été marquée par deux guerres mondiales, engagées par l'Allemagne, et a mis logiquement à mal la Bourse de Francfort. Durant ces périodes, les places boursières allemandes ont procédé en un fort repli en se concentrant sur les investisseurs étrangers, avec la difficulté à trouver des liquidités pour les entrepreneurs. Mais après la guerre, en 1948 et une réforme monétaire majeure, la bourse de Francfort n'a cessé d'accroître son aura sur la planète Finance, jusqu'à intégrer aujourd'hui le top 5 des places boursières dans le monde.

Comme la plupart des grandes places boursières, la bourse de Francfort est détenue par une société, à savoir la Deutsche Börse. Cette société se rémunère à la fois via les introductions en bourse ou les conseils auprès des entreprises, mais également en proposant ses solutions techniques à d'autres pays. Il y a encore quelques décennies, toutes les transactions se déroulaient ainsi à la criée. Les intervenants échangeaient leurs titres par la parole. Mais avec l'évolution des marchés, et le développement de l'informatique, de nouveaux outils ont été mis à disposition des places boursières. La quasi totalité des échanges de la Bourse de Francfort est aujourd'hui gérée via la plateforme Xetra, créée en 1997. Cette plateforme électronique développée par Deutsche Börse est aussi proposée à d'autres pays. Ainsi l'Irlande ou l'Autriche utilisent les mêmes solutions techniques que la Bourse de Francfort. Xetra n'a pas radicalement changé les horaires de cotation, mais a permis d'accroître fortement les volumes d'échanges. Aujourd'hui, les investisseurs continuent d'acheter et de vendre sur le marché de 9h à 17h30.

La concurrence entre les places boursières incite les grands places à rivaliser de talents pour attirer toujours plus d'investisseurs. Pour se faire, la Bourse de Francfort a créé en 1997, le Neuer Markt ou Nouveau Marché. Cet espace dédié entièrement aux valeurs technologiques et à fortes croissances a profité à plein du boom des valeurs Internet. La plupart des places boursières européennes ont d'ailleurs créé leur propre nouveau marché. Mais avec l'effondrement de la Net Economy, le nouveau marché a vu se multiplier les liquidations judiciaires, et la chute des cours. D'une excellente idée, bien peu de personnes ne se souviendront du Neuer Markt qui disparu finalement en 2003. Un simple indice reprenant à sa charge de suivre les valeurs technologiques.

Comme toute place, la Bourse de Francfort a son indice phare. Ici le CAC 40 a fait place au DAX 30. Créé en 1988, le DAX 30 se compose de 30 valeurs dont les poids lourds de l'industrie et de l'économie allemande que sont Adidas, BASF, E.On, MAN ou encore Siemens. Il représente les blue chips de la Bourse de Francfort. Mais il n'y a pas que des valeurs dont la capitalisation boursière dépasse les 10 milliards à la bourse de Francfort. Plusieurs types de sociétés coexistent et pour s'adapter à toutes, la Bourse de Francfort a scindé sa cote en trois segments distincts. Le Prime Standard tout d'abord. On y retrouve ici les plus fortes capitalisations boursières. Point question de retrouver la PME du nord de la Westphalie, mais plutôt le géant de la construction automobile qu'est Volkswagen Group. Les deux autres segments sont le General Standard, et le Entry Standard. Le General Standard est un segment intermédiaire, alors que le Entry Standard regroupe les plus faibles capitalisations. Une façon originale pour l'entrepreneur d'accéder à de nouvelles sources de financement. Chaque segment a ses règles propres pour s'adapter au mieux aux besoins des entreprises, mais également des investisseurs. Le Prime Standard est un segment bien moins risqué que le Entry Standard par exemple.

Au même titre que l'AMF contrôle la place de Paris, que la Sec contrôle les marchés US, la BAFIN ou Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht contrôle les places boursières allemandes, dont celle de Francfort. Toutefois ses compétences sont plus élargies, et la BAFIN a pour rôle de réguler la finance dans son ensemble, et non seulement les transactions, et les marchés financiers.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

La Bourse de Francfort s'appuie sur une industrie allemande forte et sur une forte capacité d'innovation. Toutefois, le regroupement des places boursières dans le monde (fusion Nyse et Euronext par exemple) l'incite à prendre toujours plus du poids à l'échelle mondiale afin de conserver son attractivité vis à vis des investisseurs étrangers.