Monde de l'entreprise



Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Bilan comptable, un exercice de style

Alors que le compte de résultats permet d'étudier au plus près les chiffres de l'activité d'une entreprise, le bilan comptable permet quant à lui de connaître à un instant t les ressources détenues par la société, et les besoins liés à ces ressources. Le bilan comptable permet donc de savoir d'où vient l'argent de l'entreprise, et où il va. Pour les sociétés non cotées, le bilan comptable se doit d'être fourni au greffe du Tribunal de Commerce, une fois par an, au moment de la clôture des comptes. Le bilan comptable fixe en effet le patrimoine de l'entreprise à la fin de chaque exercice et est essentiel pour vérifier sa santé financière.

Bien que le législateur oblige l'entreprise à communiquer son bilan comptable, ce dernier peut aussi être un formidable outil à destination de différents publics. Le bilan comptable est un document de synthèse, dont la lecture est relativement simplifiée. Ainsi, il peut montrer à vos fournisseurs votre solidité financière. Vous pourrez alors négocier de meilleures conditions de paiements. Diffusés auprès des banques, le bilan pourra appuyer vos dires quant à votre capacité de remboursement. Un bilan comptable satisfaisant pour une banque facilitera l'obtention d'un prêt bancaire dans de bonnes conditions. Sachez que dans tous les cas, le bilan comptable est exigé avant toute demande de prêt. Mais le bilan peut aussi inquiéter. De fortes dettes, un résultat en baisse, ou des capitaux propres insuffisants sont autant d'éléments qui peuvent ne pas rassurer les salariés sur leur avenir. Bien évidemment, la recherche de nouveaux investisseurs passent aussi par un bilan comptable de bonne qualité ou prometteur.

Pour les entreprises cotées sur les marchés boursiers les plus actifs, les obligations d'informations financières sont plus strictes. L'entreprise doit dans tous les cas fournir son bilan et comptes de résultats. Une société qui ne diffuse pas ses informations pourra se faire suspendre de la cote, alors que pour les sociétés non cotées, elles risquent la plupart du temps une simple amende. De plus, la seule diffusion annuelle des bilans ne suffit pas. Certaines sociétés se doivent de communiquer leurs documents comptables tous les trimestres. Cela afin de protéger les investisseurs. Un bilan annuel est intéressant au moment de sa publication, mais qu'en est-il 6-7-8 mois plus tard ? L'entreprise a pu voir sa situation se dégrader sévèrement et le bilan comptable ne représente alors plus du tout la santé financière actuelle de la société. Avec des bilans comptables simplifiés tous les trimestres, l'investisseur peut étudier au plus près la santé de l'entreprise, et évitez les déconvenues trop importantes.

La comptabilité ne s'est pas faite en un jour, et la comptabilité de l'Allemagne, n'est pas la même que la comptabilité française. Chacune a ses spécificités. Cette complexité ne facilite en rien les comparaisons internationales. Avec le développement des marchés financiers, et la mondialisation des économies, les législateurs ont cherché à standardiser les normes comptables, et donc le bilan comptable, au niveau international et non au niveau national. Les normes IAS / IFRS ont donc vu le jour. Elles ne sont encore aucunement obligatoires au niveau des PME mais le sont au niveau des grands groupes et des sociétés cotées. La mise en place de ces normes a provoqué de nombreux remous dans les comptabilités des entreprises. Certaines alors bénéficiaires se sont retrouvées en déficit après l'application de ces normes, et d'autres inversement. La comptabilité influence directement les bénéfices de l'entreprise.

Quelque soit le pays, le bilan comptable se décompose entre un actif et un passif. Le passif désigne l'origine des fonds de l'entreprise. Ces capitaux peuvent provenir des actionnaires (capital social, primes d'émissions), des banques (dettes financières), des fournisseurs (dettes liés aux délais de paiement) ou encore de l'entreprise elle même, à travers les réserves et les résultats engrangés au fil des années. L'actif précise lui l'utilisation de ces mêmes fonds. Ainsi les capitaux peuvent financer des immobilisations (usines, brevets), des délais de paiement accordés aux clients (créances clients), des stocks ou encore se retrouver dans les comptes courants de l'entreprise. L'actif est toujours égal au passif. L'égalité est parfaite, et bons nombres de comptables ont perdu leurs cheveux en essayant de retrouver des erreurs de quelques centimes ou d'euros pour équilibrer leur bilan.

En France, le bilan comptable classique répond aux normes françaises. Le passif est composé :
- des capitaux propres : regroupant le capital social, le résultat, ou encore les réserves;
- des provisions pour risques et charges : il s'agit de sommes d'argent mises de côté pour répondre à un risque élevé;
- des dettes : ce poste est large et regroupe à la fois les emprunts bancaires, les découverts ou encore les dettes fournisseurs, sociales, et fiscales;
- des produits constatés d'avance : des montants reçus avant la clôture des comptes, mais liés à des prestations dont la réalisation est prévue pour l'année suivante.

L'actif se décompose lui entre :
- l'actif immobilisé : des biens destinés à rester durablement au sein de l'entreprise;
- l'actif circulant : des actifs ayant vocation à être utilisés rapidement. Il peut ainsi s'agir de stocks ou encore de créances clients;
- les disponibilités : que ce soit des sicav monétaires, des comptes courants ou même des actions, les disponibilités désignent tous les actifs financiers pouvant être mobilisés quasi immédiatement;
- les charges constatées d'avance : des charges payées avant même que le service ne soit rendu.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Ce bilan n'est pas fondamentalement différent du bilan comptable aux normes IAS / IFRS. Avec ces dernières, le passif est composé des capitaux propres, des passifs non courants (dettes bancaires) et courant (dettes fournisseurs). L'actif se décompose de la même manière entre des actifs non courants comme les immobilisations, des actifs courants (créances clients, stocks), et la trésorerie. Toutefois, de nombreuses différences existent entre ces normes et les normes françaises, notamment concernant la comptabilisation de la R&D ou encore la dépréciation d'actifs.

Une autre catégorisation est possible avec le bilan comptable. Outre la distinction entre le passif et l'actif, il existe aussi une distinction entre le haut de bilan et le bas de bilan. Le haut de bilan représente ainsi les capitaux propres, les dettes à long terme ou encore les immobilisations. Le bas de bilan désigne des éléments liés davantage à l'exploitation de l'entreprise au quotidien. En comptabilité, il est ainsi préférable de financer un actif de haut de bilan avec un passif de haut de bilan. On ne finance ainsi pas l'achat d'une usine avec des découverts bancaires ou des dettes fournisseurs.

Le bilan comptable est donc un document de synthèse essentiel à l'entreprise et à l'ensemble des acteurs travaillant avec elle. Pour un investisseur, il peut y déceler des opportunités d'investissements intéressantes, notamment pour les sociétés foncières. La valorisation immobilière pouvant être plus élevée que la capitalisation boursière. Le bilan comptable se retrouve facilement au sein du rapport annuel.