Macroéconomie


BCE : trois initiales pour la banque centrale européenne

A monnaie unique, banque centrale unique. C'est sur ce postulat qu'a été créée la Banque Centrale Européenne le 1er juin 1998. La mise en place d'une monnaie parmi les membres de l'Union impliquait la création d'un organe commun de politique monétaire. La Banque Centrale Européenne est donc un des axes centraux du Système Européen des Banques Centrales (SEBC).

Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas


La Banque Centrale Européenne, dirigée par Jean-Claude Trichet, ex-gouverneur de la Banque de France, en remplacement de Willem F. Duisenberg, 1er président de la BCE, est garante de la stabilité monétaire dans les pays de la zone Euro. Toutefois, les pays qui n'ont pas encore rejoint l'Euro n'en sont pas pour autant écartés. Leurs banques centrales siègent notamment au sein du Conseil Général.

Après moultes discussions, la première présidence de la BCE a été accordée à Willem F. Duisenberg contre Jean-Claude Trichet. Le siège social de la BCE est quant à lui situé en Allemagne à Francfort-sur-le-Main. Il regroupe 1.100 agents provenant de tous les états membres. Ils agissent en relation très étroite avec les différentes banques centrales européennes. Chaque service de la BCE est rattaché à une direction, une direction générale, ou une division qui sont elles-mêmes dirigées par un membre du Directoire.

La Banque Centrale Européenne est constituée de trois organes chargés chacun de missions d'ordre générales ou spécifiques.

le Conseil des Gouverneurs


Le Conseil des Gouverneurs est à la fois l'organe le plus important de la Banque Centrale Européenne mais aussi le plus médiatique. C'est notamment à cet organe que nous devons (ou non) la baisse des taux d'intérêts. C'est lui qui fixe l'évolution des taux d'intérêts et plus généralement la politique monétaire de la Zone Euro. L'impact d'une décision du Conseil des Gouverneurs peut avoir de profondes répercussions sur l'économie des économies nationales concernées.

Présidé par le président de la Banque Centrale Européenne, le Conseil des Gouverneurs est composé des 6 membres du Directoire de la BCE et des 12 gouverneurs des banques centrales de la Zone Euro. Si un nouveau pays devait être incorporé à l'Euro, il va de soi que le représentant de la Banque Centrale concernée siégerait à ce conseil.

Au 1er janvier 2005, les 12 pays de la Zone Euro et leur banque centrale respective sont les suivantes :
Banque Nationale de Belgique
Deutsche Bundesbank
Banque de Grèce
Banco de España
Banque de France
Central Bank of Ireland
Banca d'Italia
Banque Centrale du Luxembourg
De Nederlandsche Bank
Oesterreichische Nationalbank
Banco de Portugal
Suomen Pankki/Finlands Bank

le Directoire


Comme la plupart des directoires, le Directoire de la BCE est chargé de la mise en place de la politique définie lors des Conseils des Gouverneurs, et de la gestion au quotidien de la BCE. Les membres du Directoire dans leur ensemble participent également au Conseil des Gouverneurs, et ces deux instances sont présidés par le Président du Directoire. Ce dernier est assisté d'un vice-président et de 4 autres membres. Leurs nominations sont décidées par les membres de la Zone Euro.

le Conseil Général


La dernière instance, et non des moindres, est chargée de l'élargissement de la Zone Euro. Au 1er janvier 2004, 12 pays font partis de la Zone Euro mais plus de 25 pays composent l'Union depuis le 1er mai 2004. En toute logique, ces pays ont vocation à intégrer la Zone Euro et à prendre l'Euro comme monnaie commune. Pour préparer cet élargissement, le Conseil Général est composé à la fois du président et du vice-président du Directoire ainsi que des 15 gouverneurs de l'Union (12 de la Zone Euro et 3 hors Zone Euro).


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Conclusion


La Banque Centrale Européenne a un impact très fort sur les économies nationales. Ainsi alors que la Fed aux Etats-Unis a pour objectif la croissance de l'économie, la BCE a un objectif de stabilité de l'ensemble européen. Cette différence de stratégie peut expliquer en partie le décalage qui s'installe entre la croissance européenne et la croissance américaine.