Téléchargez gratuitement le guide des Métiers de la Finance

Analyste financier : un métier d'avenir ?

Métiers de la Finance

Encensé dans les périodes d'euphorie boursière, l'analyste financier est souvent mis au pilori lors des krachs, des avertissements sur les résultats ou de simples mauvaises nouvelles non prévues. L'analyste financier reste toutefois un des piliers de l'investissement boursier. Son rôle est simple : aider les investisseurs à choisir les valeurs qui correspondent le mieux à leurs objectifs. Ses recommandations peuvent influencer directement et durablement l'évolution d'un titre. Elles sont donc suivies avec attention, autant par les investisseurs, que par les entreprises concernées.

Sponsorisez cet article !


L'analyste financier doit étudier de nombreuses sources d'informations sur les sociétés et/ou secteurs qu'il suit pour en présenter une opinion d'investissement : Achat fort, Superformance, Vendre, Acheter sur repli, etc... En effet, le rôle essentiel de l'analyste financier est d'évaluer au mieux le prix d'une entreprise à un instant t. Pour se faire, il rédige une analyse financière. Il est rare que cette analyse financière (étude sur une valeur, un secteur, etc.) soit disponible dans son intégralité pour le grand public. Il est plus courant d'obtenir la seule recommandation sur un titre. Ces recommandations, et l'analyse complète, sont destinées en priorité aux clients de la société de bourse ou de l'institution qui emploient les analystes.

Sur quoi s'appuie t-il ?

Pour arriver à cette recommandation finale, l'analyste financier a, à sa disposition, les rapports annuels de l'entreprise, les actualités du groupe, des rencontres avec les dirigeants, des visites d'usines, et toute autre information pouvant l'aider dans sa démarche. La stratégie de l'entreprise, la personnalité du dirigeant, la productivité des usines, etc. ... bons nombres d'autres éléments sont utilisés pour parfaire l'analyse. Des réunions d'informations auprès des analystes sont également organisées par les entreprises pour leur permettre d'être mieux informés. Il ne peut toutefois bénéficier d'informations dites privilégiées. Ainsi, l'information mise à disposition de l'analyste financier est sensiblement supérieur à celle dont peut bénéficier le simple petit porteur, aussi bien informé soit-il.

Cette recherche fondamentale ou analyse fondamentale, peut être couplée à une analyse technique de la valeur. L'analyste financier émet ainsi un avis fondamental et un avis technique. L'analyse fondamentale permet de savoir s'il existe une opportunité d'achat sur le titre, et l'analyse technique fixera davantage le moment idéal de se positionner sur la valeur.

Le rôle et le travail des analystes a évolué au fil des années. Avec la mondialisation des marchés et de l'économie, le développement des bourses électroniques, l'information est devenue primordiale. Le terme d'économie de l'information prend tout son sens en matière financière. L'analyste financier doit ainsi suivre en temps réel l'évolution des titres qu'il suit. Cette mondialisation a aussi conduit les analystes à se spécialiser dans un secteur spécifique. Autant le nombre d'informations parues sur une entreprise pouvait être limité il y a encore 20 ans, autant le nombre de communiqués de presse, d'analyses et autres recommandations parus chaque jour frôlent désormais les centaines par jour dans le monde. L'analyste financier doit donc se spécialiser dans un secteur précis (valeurs Internet, automobiles, luxe, etc...) et dans une zone géographique précise. La Bourse de Paris devenant chaque jour un peu plus européenne, la zone géographique s'étend et le secteur étudié se rétrécit. L'analyste financier d'antan étudiant l'industrie en France; l'analyste financier d'aujourd'hui suit les équipementiers automobiles dans le monde. En effet, de mauvaises performances sur un leader en Amérique du Nord par exemple, peuvent laisser à craindre que les sociétés françaises voient aussi leurs résultats chuter, les clients étant souvent les mêmes et souvent impactés par l'environnement économique mondial.

Les entreprises cotées passent aussi des contrats avec des sociétés d'analyses dans le but d'améliorer la visibilité de leur titre sur le marché. Ainsi un analyste financier pourra être amené à réaliser plusieurs analyses d'une même société dans l'année, analyse financée par la société elle-même. En achetant ces analyses, les sociétés s'offrent une meilleure visibilité auprès des investisseurs. Plus une entreprise est visible, plus son cours reflétera au mieux ses fondamentaux. Les analystes financiers gardent toutefois leur indépendance. Cette dernière peut toutefois est sujette à caution quand un analyste financier rédige une analyse liée à une société dont la banque qu'il emploie en prépare l'introduction. En effet, supposons un analyste financier travaillant pour une société qui gère également l'introduction d'une société. L'analyse financière ne devra pas être manipulée pour correspondre aux souhaits de la banque, mais devra refléter la réalité financière de l'entreprise. De fait, il existe une muraille de Chine existante entre l'analyse financière et le département Introductions de la banque.

Sont-ils utiles ?

Les analystes financiers n'ont pas d'informations privilégiées. Ils ne peuvent faire profiter à leurs clients de "délits d'initiés" sous peine d'être poursuivi par l'Autorité des Marchés Financiers. La majeure partie de l'information qu'ils utilisent sont disponibles pour le grand public. Toutefois, l'analyste financier utilise au mieux son temps pour étudier toutes ces ressources, ce qui est loin d'être le cas pour un particulier. De plus, il va sans dire qu'en tant que simple investisseur, vous n'aurez que très rarement la possibilité de visiter une usine de l'entreprise dans laquelle vous désirez investir.

Cette méconnaissance d'informations privilégiées répond à une question qui revient fréquemment dans la bouche des particuliers : à quoi sert un analyste financier ? En effet, bien peu d'analystes financiers vont à l'encontre du marché en annonçant des événements non prévisibles. Un analyste allant contre le marché ne sera reconnu qu'une fois l'inversion de tendance détectée. Ainsi quel analyste avait annoncé la forte chute de Vivendi Universal suite à l'article du Monde sur les rumeurs de manipulation de comptes en 2001 ? Les analystes ont souvent tendance à modifier leurs recommandations une fois les mauvaises nouvelles annoncées. Leurs analyses sont ainsi bien plus intéressantes que leurs seules recommandations.

A leur décharge, les analystes ne peuvent divulguer des informations qu'ils auraient pu apprendre et qui ne sont pas publiques. Ainsi, s'il découvre lors de leurs enquêtes, que la société va prochainement annoncer de mauvais chiffres, il ne pourra en faire part dans son analyse.

la Formation

L'analyste financier n'est plus un métier que l'on acquiert sur le tard. La formation est au minimum constituée d'une formation en 3ème cycle universitaire en finance (mastère en ingénierie financière par exemple) ou école de commerce. De plus, l'analyste financier doit maîtriser la langue de Shakespeare, l'anglais, pour suivre les valeurs hors de France. Il n'est plus question de seulement suivre les valeurs franco-françaises, mais de comprendre le secteur dans son ensemble.

le Salaire


Téléchargez gratuitement le guide des Métiers de la Finance

Les analystes financiers de part leur formation, leur responsabilité ainsi que leur horaire de travail ont un salaire annuel de départ situé entre 30 et 45.000 euros. Ce montant augmente avec l'ancienneté et les performances obtenues. Un analyste financier senior peut percevoir un salaire annuel de plus de 150.000 euros avec des primes liées aux performances entre 20% et 100% du salaire.

Ces salaires concernent bien évidemment les analystes financiers situés en France. Les salaires aux Etats-Unis peuvent être sans commune mesure grâce notamment à la médiatisation internationale de certains analystes.

L'analyste financier est comme le messager. Il est vénéré s'il apporte de bonnes nouvelles et lapidé s'il en annonce de mauvaises. Si vous en avez la possibilité, étudiez attentivement le détail de chaque analyse financière. Certains points pourraient vous faire hésiter à vous positionner sur une valeur pourtant recommandée à l'achat.