Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Action reflet ou traçante

Instruments

Pour financer la croissance des entreprises, nous avons vu, au XVIIème siècle, l'émergence de nouvelles formes juridiques, avec les sociétés de capitaux et l'apparition progressive des marchés de titres négociables. Ces marchés de gré à gré se transforment peu à peu en bourse de valeurs avec des règles de fonctionnement et des autorités de tutelle. Des marchés financiers se sont alors créés et développés au rythme des besoins de financement de l'économie, mais aussi des besoins spécifiques des apporteurs de capitaux et des entreprises.


Sponsorisez cet article !

Pour ces dernières, les sources de financement sont devenues de plus en plus multiples avec le temps. Ainsi, après les actions et les obligations des produits hybrides sont apparus, comme les obligations convertibles en actions, les obligations remboursables en actions, les certificats d'investissement et bien d'autres.

Les Tracking Stocks sont apparues en 1984 aux Etats Unis et ont vu le jour en 2000 en France avec la cotation de la division optronique du groupe de télécommunication Alcatel. La terminologie française des Tracking Stocks est "Action Reflet" ou "Action Traçante".

Caractéristiques

D'un point de vue technique, les "Tracking Stocks" représentent une nouvelle catégorie d'actions émises par les entreprises exerçant plusieurs activités. Le but recherché par les entreprises lors de l'émission de Tracking Stocks est de profiter des valorisations élevées de certaines de leurs activités, comme la téléphonie mobile (Sprint PCS), Internet (Zdnet), la génétique (Celera Genomics) ou encore le courtage en ligne (DLJ Direct). Avec la mise en place de Tracking Stocks, les différentes divisions de la compagnie peuvent être évaluées selon des critères différents par les investisseurs.

Avantages / Inconvénients

Si, par exemple, une compagnie de l'ancienne économie (PER faible) développe une activité Internet disposant d'un fort potentiel de croissance, la compagnie pourrait imaginer la mise en place de Tracking Stocks afin de faire évaluer sa branche Internet séparément des autres branches de la société.

Les Tracking Stocks émises par la dite société seront évaluées par le marché avec un PER supérieur à celui des actions de la société. La mise en place des Tracking Stocks permettra ainsi aux sociétés de l'ancienne économie de se doter d'actions fortement valorisées par le marché pour se développer dans la nouvelle économie.

Pourquoi les actions reflets ?

En 2000, dans la nouvelle économie, les acquisitions atteignaient le plus souvent des valorisations très importantes et s’avéraient très coûteuses voire très risquées si elles étaient payées en cash. C'est pourquoi le plus souvent les acquisitions de ce secteur sont réalisées par échanges de titres. Mais si une entreprise de l'ancienne économie dont la capitalisation boursière est caractérisée par un faible multiple de son chiffre d'affaires rachète une entreprise de la nouvelle économie (valorisée à plus de 40 fois son chiffre d'affaires), les actionnaires de la société de l'ancienne économie seront fortement dilués.


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Les Tracking Stocks permettront ainsi à l'entreprise de l'ancienne économie de payer une entreprise de la nouvelle économie avec des titres d'une société valorisée selon les mêmes critères d'appréciation. Mais utiliser les actions d'une filiale comme monnaie d'échange pour une acquisition expose la société mère à voir son contrôle amoindri dans le capital de sa filiale. En fait, les Tracking Stock ne sont pas des actions de la filiale mais sont des actions de la société mère dont la rémunération est fonction du résultat du secteur d'activité. Ainsi, la société mère tire parti de la forte valorisation de sa filiale sans en perdre la direction juridique.

Le deuxième attrait de ces Tracking Stocks est qu'ils permettront à la société de mieux fidéliser les cadres, dirigeants ou non, de la société. Effectivement, ces Tracking Stocks représenteront une monnaie d'échange avec un pouvoir d'achat supérieur à celui des actions de la société.

Plus de 15 ans après l'arrivée en France des actions reflets, l'engouement attendu au début n'a pas été concrétisé. Le titre Alcatel Optronics n'est même plus coté en bourse. Le dégonflement de la bulle spéculative sur les valeurs technologiques est également l'un des facteurs d'échecs des actions reflets en France. Elles ont perdu une grande partie de leurs intérêts, les entreprises s'étant refondées en profondeur.