Instruments



Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Action à Dividende Prioritaire

L'Action à Dividende Prioritaire ou A.D.P. est un type d'actions peu répandu. La rémunération d'une action classique se répartit entre les éventuels dividendes et plus-values. Le rendement des actions françaises tout comme les américaines est proche de 3% annuel. Cela signifie que le jour de la distribution des dividendes, le dividende représente en moyenne 3% du montant de l'action. Certains actionnaires privilégiant la plus-value, ce faible rendement ne sera pas un frein à leurs investissements. Peu usité en France, l'action à dividende prioritaire permet d'augmenter ce rendement.


Sponsorisez cet article !

L'A.D.P. permet d'obtenir un rendement plus attrayant pour ses détenteurs. En contrepartie d'un abandon du droit de vote, l'actionnaire percevra un rendement supérieur aux actions ordinaires. L'abandon du droit de vote ne signifie pas que vous achetiez une A.D.P. au prix d'une action ordinaire et qu'ensuite vous abandonniez le droit de vote. Une A.D.P. est créée sans droit de vote. Elle cote de 20 à 40 % moins chère qu'une action ordinaire. Cette décote s'explique par la valeur estimée du droit de vote.

Avantages d'une ADP

Les détenteurs d'A.D.P. peuvent donc prétendre à un dividende plus élevé. Ils sont également prioritaires dans l'ordre d'affectation des dividendes. Ainsi les dividendes sont d'abord répartis aux détenteurs d'A.D.P., puis le solde est réparti entre les actionnaires "classiques". En cas de liquidation judiciaire, les détenteurs d'ADP sont même prioritaires en cas de remboursement des actionnaires. Ainsi, si la société dispose d'actifs suffisants pour rembourser ses créanciers, le solde est réparti entre les actionnaires, les actionnaires d'ADP disposant d'une priorité. Toutefois en pratique, bien peu d'entreprises étant mises en liquidation judiciaire peuvent rembourser le moindre "cent" aux actionnaires.

Pourquoi les ADP ?


Téléchargez gratuitement le guide des premiers pas

Les A.D.P. ont été créées en 1983 en même temps que les certificats d'investissement. L'objectif d'origine était d'accroître le capital des entreprises sans en modifier la structure de pouvoir, l'A.D.P. ne disposant pas de droit de vote. Cette possibilité est toutefois limitée par le niveau des 25%. L'ensemble des ADP ne peuvent excéder les 25% du capital d'une entreprise, et ce afin d'éviter qu'un très faible nombre d'actionnaires ne puisse contrôler une entreprise sans détenir une part importante du capital.

Succès ou échec ?

Les A.D.P. n'ont pas connu le succès espéré. Peu de sociétés disposent encore d'A.D.P. dans leur capital. Le Groupe Casino Guichard a ainsi lancé une opération de conversion de ses ADP en actions ordinaires en 2009, à raison de 7 ADP contre 6 Actions ordinaires. En France, le manque de liquidité des ADP et l'importance donnée au droit de vote expliquent la désaffection des actions à dividende prioritaire. Toutefois dans d'autres pays,
certaines sociétés n'hésitent pas à s'introduire avec des actions sans droit de vote. L'objectif est simple : lever des capitaux et conserver la même structure du pouvoir.

La valorisation d'une A.D.P. est également plus difficile à chiffrer lors des Offres Publiques d'Achat. En effet, seul le nombre de droits de vote achetés permet de savoir si l'OPA a été réussite ou pas. Quant est-il de la valeur des A.D.P. qui ne disposent pas de droit de vote ?

Les Actions à Dividende Prioritaire sont donc des valeurs mobilières particulières qui ont toutefois l'avantage d'exister. Une façon originale de lever des capitaux sans perdre le pouvoir.