Les astres ne sont pas très cléments d'ici la fin de l'année... Il y a déjà un demi-carré Uranus-Neptune qui s'est installé depuis le 11 août dernier et, cerise sur le gâteau, il va se produire sur la fin septembre une opposition Jupiter-Uranus dont les effets sont toujours surprenants et généralement aussi brutaux que violents.


Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Avec un mauvais tandem entre Uranus et Neptune, ce sont d'abord les politiques des banques centrales qui se retrouvent sur la sellette. Leurs politiques peuvent désorienter les investisseurs, à moins que ce ne soit la situation elle-même qui les trouble... En tout cas, elles auront du mal à gérer une politique monétaire appréciée des marchés financiers.

Par ailleurs, une telle relation planétaire est nocive pour l'inflation et le pétrole, dont elle a tendance à faire monter les prix et, dans la foulée, les taux d'intérêts. Gare aux pays endettés et mal gérés... Elle n'est pas plus favorable à la consommation des ménages et risque de peser sur l'emploi, même si la situation s'est améliorée en Europe.

Enfin, Uranus et Neptune en conflit favorise les extrêmes de gauche qui, encore plus qu'à l'ordinaire, se croient tout permis et notamment de dicter leurs conceptions soviétiques à ceux qui n'apprécient pas leur dogmatique bureaucratique. Le Vénézuela en est déjà un bon exemple... Cela favorise aussi, bien sûr, l'islamo-gauchisme qui a déjà le vent en poupe et on peut donc redouter différentes sortes d'attentats de la part de ses petites cervelles criminelles moyenâgeuses.

Une telle situation n'est déjà pas fameuse, même si Neptune et Pluton, toujours en bonne entente, devraient limiter les dégâts que l'on peut attendre de Neptune et Uranus.

Mais Jupiter et Uranus, en opposition frontale à partir de la fin septembre, vont venir créer un choc supplémentaire. Ce type d'opposition planétaire, qui se produit tous les 13 ans environ, est l'une des plus redoutable : elle conduit toujours à des événements surprenants, brutaux et totalement inattendus. La surprise l'emporte et elle crée un climat général proche de la panique dans bien des situations. Cela peut conduire à de subits conflits militaires, comme le serait par exemple un affrontement entre les staliniens de Corée du Nord et les Etats-Unis, mais différents domaines sont en fait concernés et des crises internationales ne sont pas la seule possibilité.

En règle générale, une opposition Jupiter-Uranus provoque aussi une chute des marchés d'actions de l'ordre de -20 à -30% sur les semaines ou mois qui suivent son passage. Les exceptions existent mais elles sont fort rares et, même dans un cas de ce genre, le recul des marchés d'actions n'est pas inférieur à -15%. Par ailleurs, dans la situation actuelle, c'est à un violent trio que l'on a affaire entre Jupiter, Uranus et Neptune, ce qui ne plaide guère en faveur d'un choc limité mais plutôt assez violent dans ses conséquences.

En résumé, la situation de cette fin d'été et surtout de l'automne qui approche n'est guère favorisée par les astres. C'est en tout cas une période de crise que l'on peut redouter, même s'il reste à en découvrir plus précisément les raisons, l'ampleur et les conséquences.

Carte du demi-carré Uranus-Neptune du 11 août 2017

boursan16082017.jpg



La crise vue par l'astrologie

La Bourse serait-elle aussi gouvernée par les astres ?

Bourse : Ce qu'anticipent les astres jusqu'en 2010