Depuis le mois d'avril, les marchés d'actions faiblissent au rythme de médiocres nouvelles économiques américaines et chinoises ou de l'insoluble faillite de la Grèce : on peut y voir l'avant-goût du grand conflit planétaire entre Uranus et Pluton, qui se trouve aggravé progressivement par une mauvaise position de Saturne.


Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Les indices boursiers n'ont que modestement reculé jusqu'ici, mais s'agit-il d'une simple correction après quelques excès haussiers ou les prémices d'une nouvelle crise profonde et durable ?

Astrologiquement, on peut remarquer que le grand carré de 90° qui réunit Uranus et Pluton s'est installé définitivement. Or, il n'est pas à prendre à la légère car, historiquement et à chaque fois qu'il y a un choc planétaire de ce genre, on constate les phénomènes suivants : baisse de la croissance mondiale et tendance aux récessions, faillites d'Etats, hausse des taux d'intérêts, guerres commerciales et protectionnisme, conflits internationaux et guerres régionales, attentats et menées terroristes, poussée des partis populistes ou d'extrême-droite.

Bien sûr, on peut remarquer que différents ingrédients mentionnés au paragraphe sont déjà présents : c'est dans la logique de ce conflit planétaire !

Pour prendre un repère qui n'est guère éloigné, le krach de 1987, qui avait conduit en six à dix mois à une chute des marchés boursiers de l'ordre de -40%, s'était déroulé en présence d'une confrontation entre Uranus et Pluton. Celle-ci était à l'époque assez légère, alors que le choc que nous commençons à subir aujourd'hui est théoriquement beaucoup plus redoutable. Cela donne à réfléchir...

En tout cas, on constate depuis le mois dernier que, chaque fois que la Lune se situe elle-même en conflit avec Uranus et Pluton, c'est à dire environ tous les trois jours, on assiste aux plus mauvaises séances boursières. Avec des baisses atteignant ou dépassant les -2%... Cela montre la réactivité des bourses d'actions à ce phénomène planétaire.

Heureusement, les planètes Neptune et Pluton demeurent reliées positivement. Cela devrait au moins éviter une crise trop grave et trop durable, les banques centrales si neptuniennes ayant sans doutes les moyens d'atténuer de nouveaux revers pour la croissance mondiale. Mais rien n'indique pour autant que l'on ne soit pas à l'orée d'une nouvelle et grande crise économique ainsi que d'une escalade des conflits armés en tous genre.

Le 13 mai 2015  


La crise vue par l'astrologie

La Bourse serait-elle aussi gouvernée par les astres ?

Bourse : Ce qu'anticipent les astres jusqu'en 2010