L’agence de notation Moody’s a annoncé avoir placé sous surveillance avec implication négative sa note sur la dette du géant de l’acier. Une nouvelle ombre à un tableau déjà bien obscurci par la crise actuelle.



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Touché de plein fouet par la crise dans l’immobilier et l’automobile, le leader mondial de l’acier pourrait en effet prendre de nouvelles mesures de réduction de production. Une réunion extraordinaire du comité d’entreprise a lieu avec pour ordre du jour l’activité des sites de production soumis à un fort ralentissement depuis fin 2008. Le secteur souffre d’un manque de visibilité. Dans une note de recherche consacrée au secteur, les analystes de Credit Suisse soulignent la grande prudence des grands acteurs du secteur qui sont "pleinement préparés au pire" et n'ont d'ailleurs constaté aucun signe d'un quelconque redressement du marché, leurs usines affichant toujours des taux d'utilisation inférieurs à 50%.

Techniquement, la tendance de fond est baissière et clairement survendue en données hebdomadaires. Ces excès ont sans surprise permis au titre de rebondir sur le plancher évoqué à 12,50 EUR. Le titre s’est même offert un rattrapage technique de plus grande ampleur en direction des 19,50 EUR, niveau d’un ancien support de long terme. Peut-il faire mieux ?

La valeur a déjà fait mieux qu’attendu et si l’on en juge les indicateurs quotidiens, surachetés et en repli, la hausse des dernières séances est désormais à bout de souffle. Dans un premier temps, on vise le comblement du gap à 16 EUR et en cas d’enfoncement un soutien à 14,40 EUR. A la hausse, la zone de résistance des 19-20 EUR devrait s’imposer à court terme.

Cette valeur reste interdite à la vente à découvert. Nous attendons les supports à 16 et 14,5 EUR pour tenter des achats spéculatifs en visant 19 EUR.

Opinion
En surveillance. Surveiller la sortie du range 16 EUR / 19.5 EUR

zonebourse08042009.gif