1er semestre 2002-2003



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Chiffre d’affaires : + 4,5 %
Résultat net courant par action : + 7,7 %

Rémy Cointreau a enregistré au premier semestre, clos au 30 septembre 2002, une croissance de 6,7 % de son résultat net courant part du Groupe, qui atteint 43,1 millions € contre 40,4 millions € au premier semestre 2001, et un résultat net courant par action en hausse de 7,7 %, pour un chiffre d’affaires en hausse de 4,5 % à change et périmètre constants.

Cette performance reflète l’excellente tonicité de la branche liqueurs et la nette reprise des champagnes.
La nouvelle donne de l’organisation de la distribution en Chine et les difficultés temporaires du marché de la vodka en Pologne, aujourd’hui résolues, ont provisoirement pesé sur le résultat opérationnel des branches cognac et spiritueux sur la période.

Ces deux éléments conjoncturels constitueront des sources d’amélioration sur le second semestre 2002/03.

Répartition du résultat opérationnel :
En millions d'euros 2002 au 30 sept. 2001 au 30 sept.

Cognac 70,9  76,5  
Liqueurs 26,2  17,5  
Spiritueux 22,8   30,6  
Champagne & Vins 3,7   1,3  
Produits Tiers 11,1   12,4  

Total activités 134,7   138,3  
Frais Commerciaux et Centraux (41,5)  (40,4)    

Résultat opérationnel 93,2  97,9  

Le Cognac – Le cognac atteint une solide marge opérationnelle de 38,8 % avec un niveau d’investissements publi-promotionnels de 28,1 % de la marge brute, alors que le résultat opérationnel a été impacté au premier semestre par les investissements nécessaires pour la mise en place de la nouvelle organisation de la distribution en Chine.

Les Liqueurs : Porté par le dynamisme de Cointreau, de Passoa et les lancements réussis des nouveaux produits, le résultat opérationnel est en augmentation de + 50 % témoignant de l’excellente rentabilité des liqueurs, dont la marge opérationnelle s’établit à 28,4 %.

Les Spiritueux, hors vodka, sont en augmentation de + 3,6 % en valeur. La baisse temporaire du marché polonais explique le recul des ventes de 13,5 % et, par conséquence, celle du résultat opérationnel de la branche. Les deux premiers mois du second semestre confirment la forte reprise des ventes de vodka. La marge opérationnelle, de 28,3 %, devrait progresser au second semestre.

Le Champagne – Le résultat opérationnel, multiplié par 3, reflète la forte reprise des ventes de champagne, + 37,2 %, et valide la politique de soutien des marques par des investissements marketing toujours élevés. Avec le plan d’amélioration de la rentabilité en cours, la marge opérationnelle se situera à 10 % en année pleine.
Le succès du lancement du « Rosé sauvage » de Piper-Heidsieck, pour les fêtes de fin d’année, illustre le dynamisme de la marque.

Enfin pour les Produits Tiers, l’arrêt de la distribution de produits sur le marché hors taxes américain explique la baisse du résultat opérationnel.

Résultats du premier semestre 2002-2003 :
En millions d'euros 2002 au 30 sept. 2001 au 30 sept. Variation %

            
Chiffre d'affaires 477,5   479,9   (0,5)  
Résultat opérationnel 93,2   97,9   (4,8)  
Marge opérationnelle 19,5 %   20,4 %    
Résultat financier (31,1)   (33,8)   (8,0)  
Résultat mis en équivalence 3,3    2,0   -  
Amortissement des survaleurs (1,4)   (1,7)   -  
Résultat Net courant(part du groupe) 43,1
   40,4
   + 6,7
  

Résultat Net courant par action € 0,98    0,91    + 7,7  

Nombre d'actions (000) 43 950   44 378   -  
              
Variation de périmètre au 30 septembre 2002 :
cession de Blue Pyrenees Estate en octobre 2002 (les 6 mois d'activité sont mis en équivalence).

Le chiffre d’affaires consolidé de 477,5 millions €, est stable, si l’on tient compte de l’impact de la cession de Blue Pyrenees (2,8 millions €), et en hausse de + 4,5 % à change et périmètre constants.

La marge opérationnelle atteint 19,5% sur le premier semestre, en raison de la hausse des investissements publi-promotionnels qui représentent 35,3 % de la marge brute contre 34,6 % sur la même période de l’exercice précédent. La marge devrait atteindre plus de 20 % en année pleine, avec les objectifs d’amélioration sur le champagne et la vodka.

Le résultat financier de 31,1 millions € est en amélioration de 2,7 millions. Ajustés du profit généré par l’equity swap, les frais financiers restent stables reflétant une légère croissance temporaire de la dette sur le semestre, compensée par la baisse des taux nets.

Le résultat net courant après survaleur (part du Groupe) enregistre une hausse de 6,7 %, soit + 7,7 % par action, pour s’inscrire à 43,1 millions €. Ce résultat prend en compte une augmentation de la contribution de 1,3 millions € des sociétés mises en équivalence et un effet positif de 2,3 millions € de la quote-part aux minoritaires.

Le résultat non récurrent des activités ordinaires est à l’équilibre, après intégration des éléments liés aux différentes opérations sur le périmètre (cessions de Blue Pyrenees et RMS Vineyard).

Le résultat net part du Groupe après éléments non récurrents neutres, s’élève à 43,1millions €, représentant 0,98 € par action contre 0,89 € la même période de l’exercice précédent, soit une progression de 10,1 %.

Perspectives

Sur le second semestre, qui démarre de manière satisfaisante, la tendance de la consommation reste positive, y compris aux Etats-Unis.
Rémy Cointreau entend poursuivre son développement sur la même dynamique, porté par la qualité de ses marques et l’efficacité de sa stratégie et de ses équipes.

Contact Analystes : Bruno Mouclier 01-44-13-45-00
Contact Presse : Joëlle Jézéquel 01-44-13-45-15


Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest