L’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP, sous l’impulsion des Pr Mehdi Karoui (Service de Chirurgie digestive et Hépato-bilio-pancréatique) et Bruno Riou (Service des Urgences) a mis en place une prise en charge de l'appendicite aiguë non compliquée en ambulatoire 24h sur 24h. Cette prise en charge repose sur une organisation spécifique élaborée en lien avec les services des urgences, d’anesthésie-réanimation et de chirurgie de la Pitié-Salpêtrière AP-HP. Elle fait l’objet d’une publication dans la revue World Journal of Surgery.



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

La nouvelle organisation déployée  repose sur différentes étapes : 1) identification dès l’arrivée aux urgences des patients se présentant pour une suspicion d’appendicite aiguë ; 2) bilan (clinique, biologique, morphologique) effectué aux urgences permettant de faire le diagnostic d’appendicite aiguë non compliquée ; 3) validation des critères de chirurgie ambulatoire par l’urgentiste, le chirurgien et l’anesthésiste (peu ou pas de comorbidités, présence d’un accompagnement, compréhension du protocole de chirurgie ambulatoire) ; 4) intervention réalisée avec une certaine priorisation ; 5) sortie 4 à 6h après l’intervention avec mise en place d’un protocole de surveillance post-opératoire une fois les critères de sortie (douleur, alimentation) validés par le chirurgien et l’anesthésiste; 6) consultation post-opératoire précoce en chirurgie.

Cette organisation, qui répond aux exigences de sécurité et de fluidification du parcours de soins des patients, est originale car elle étend le concept de chirurgie ambulatoire à l’urgence. Elle peut être étendue à d’autres hôpitaux car elle ne nécessite pas de structure de chirurgie ambulatoire dédiée. Elle permet d’optimiser les lits de chirurgie d’aval, tout en offrant au patient confort et sécurité.

Si en per-opératoire, le chirurgien considère qu’il s’agit d’une appendicite compliquée, ou que les critères de sortie ne sont pas réunis, alors le patient est hospitalisé en hospitalisation conventionnelle.

En effet, es interventions en chirurgie ambulatoire imposent en effet une sélection des patients (patients sans pathologie majeure associée, présence d’un accompagnant au domicile, lieu d’habitation relativement proche de l’hôpital), ainsi qu’une information et une éducation thérapeutique préopératoire adaptée.

L’hospitalisation conventionnelle du patient pourra ainsi être privilégiée dans plusieurs situations :

> si les critères pré-opératoires d'appendicites non compliquées ne sont pas réunis ;

> si le chirurgien trouve en per-opératoire une complication non identifiée en pré-opératoire ;

>en post-opératoire immédiat les critères de sortie "ambulatoires" ne sont pas réunis (par exemple l’absence d’accompagnant pour le retour à domicile).

Aujourd’hui à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP, un patient sur deux ayant une appendicite bénéficie de la chirurgie ambulatoire en urgence.

La chirurgie ambulatoire à l’AP-HP

La chirurgie ambulatoire est une chirurgie avec une durée d’hospitalisation inférieure à 12h. Parce qu’elle est bénéfique pour la santé des patients et moins coûteuse pour la société, son développement est devenu une priorité nationale. Il doit s'agir de techniques chirurgicales parfaitement standardisées, réglées avec des risques limités et parfaitement identifiés.

L’AP-HP encourage son développement, quand cela est possible, et s’est fixée un objectif ambitieux en la matière : d’ici à 2019, l’AP‑HP s’est donnée comme objectif de réaliser 45 % de ses interventions en chirurgie ambulatoire.

Pour y parvenir, des axes prioritaires ont été définis. Il s’agit principalement d’améliorer la prise en charge des patients dans les unités de chirurgie ambulatoire, et d’y accélérer le transfert d’activités aujourd’hui réalisées en hospitalisation complète sur plusieurs jours. Il est également nécessaire de mieux informer les patients et les médecins de ville de l’offre proposée par les hôpitaux, de réintégrer des activités ambulatoires aujourd’hui adressées à d’autres établissements et, enfin, de développer les collaborations avec les partenaires de ville pour organiser les suites de l’hospitalisation.

Le taux de chirurgie ambulatoire de l’AP‑HP a progressé de 33,9 % à 35,7 % en 2016.

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest