Deux incertitudes majeures entouraient la présidentielle américaine. La première concernait le nom du prochain président, la deuxième portait sur les conséquences économiques et financières d’une victoire de Donald Trump. Seule la première incertitude a été levée. Lever la seconde incertitude prendra plusieurs mois, le nouveau président américain ne prenant ses fonctions qu’en janvier 2017, avec un congrès certes républicain mais méfiant à l’égard de la personnalité du nouveau président. Mais malgré les incertitudes, un scenario crédible peut être proposé, sur la base des éléments suivants:



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

1. Quelle est le programme économique de Donald Trump ?
Le nouveau président américain a proposé un programme républicain classique augmenté d’une relance des dépenses d’infrastructures et d’un tournant protectionniste.

a. Le programme économique de Donald Trump reprend les recettes républicaines classiques : baisse massive des impôts sur les ménages (passage à trois tranches de 12%, 25% et 33%), et sur les sociétés (de 35% à 15%), simplifications règlementaires pour réduire le coût de la ‘paperasse’, encouragement à la production et à l’exportation de pétrole et autres énergies, répudiation du programme Obamacare, etc.

b. Un programme de relance des dépenses d’infrastructure chiffré à US$500mds sur 5 ans, soit le double du programme d’Hillary Clinton.

c. Une politique commerciale agressive visant à annihiler le déficit commercial américain (US$500mds en 2015) via une hausse des exportations américaines et une diminution des importations. Le Mexique, la Chine, la Corée et l’Allemagne sont le plus souvent cités comme pratiquant une politique de change, de dumping ou de barrières à l’entrée défavorable aux intérêts américains. Au programme : une renégociation des traités commerciaux (NAFTA en particulier), et la mise en place de droits de douane sur les importations chinoises (45%) et mexicaines (35%) comme outils de négociations.

2. Quelles sont les conditions de la mise en œuvre en programme?

La réalité de la mise en œuvre du programme très ambitieux de Donald Trump dépendra de :

a. Sa volonté d’utiliser à plein les pouvoirs spéciaux importants du président en matières commerciales. Richard Nixon l’avait fait en 1971, imposant une surtaxe douanière de 10% aux importations allemandes et japonaises pendant quelques mois.

b. La possibilité de réunir les républicains du congrès autour d’un programme augmentant fortement le déficit budgétaire à court et moyen terme.

c. La force du lobbying des multinationales américaines, très dépendantes de la mondialisation. Une part très significative des exportations chinoises est par exemple initiée par des entreprises américaines.

3. Quel contexte économique ?

Le contexte économique global de l’élection américaine est favorable. Il se caractérise par une ré-accélération synchronisée du cycle économique mondial, en ligne avec le scénario de Dorval Asset Management, comme en témoigne le rebond des enquêtes PMI presque partout dans le monde depuis plusieurs mois, et par une confirmation de la normalisation graduelle des salaires aux Etats-Unis (+2.8% en octobre). Même édulcorée, la composante « reflationniste » du programme Trump – baisse des impôts, hausse des dépenses publiques – devrait pouvoir apporter un supplément de croissance l’année prochaine. Seule une guerre commerciale de grande ampleur pourrait remettre en cause la croissance mondiale, mais une version limitée et ciblée du protectionnisme semble plus probable.

4. Comment l’Europe est-elle impactée?

Après le vote Brexit puis l’élection de Donald Trump, la montée du populisme et la moindre fiabilité des sondages va conduire les investisseurs à maintenir une prime de risque politique sur les actifs européens, prime que Dorval Asset Management estime à environ 10% aujourd’hui sur le marché des actions de la zone euro. Le référendum italien du 4 décembre, la présidentielle autrichienne le même jour, puis les élections aux Pays-Bas, en France et Allemagne l’année prochaine sont autant de tests pour la zone euro. Cependant, le test du Brexit a montré que la croissance européenne était plus résiliente que beaucoup d’observateur ne le craignaient. De plus, la poussée populiste et la nouvelle politique budgétaire américaine pourrait aussi amener l’Europe à privilégier d’avantage les politiques de croissance, avec une moindre austérité budgétaire et un soutien toujours déterminé de la BCE. De ce point de vue, les craintes de voir la BCE réduire son programme d’achat l’année prochaine vont se faire moins fortes. Pour toutes ces raisons, les bourses mondiales devraient pouvoir bien résister et même progresser. Dorval Asset Management n’a donc pas modifié son taux d’exposition au marché boursier, exposition justifiée par une croissance mondiale modérée et mieux synchronisée, et des taux d’intérêt toujours très bas. Si certains marchés émergents comme le Mexique deviennent plus vulnérables avec l’élection de Donald Trump, la thématique de la stabilisation des grandes économies de la zone, comme le Brésil, la Russie ou l’Indonesie, et la poursuite de la croissance chinoise et indienne, nous parait toujours d’actualité. Nous restons par ailleurs attentifs à l’évolution des taux à long-terme, dont la hausse pourrait fragiliser le parcours boursier de certains secteurs défensifs (biens de consommation courante, valeurs de croissance), et au contraire favoriser d’autres secteurs comme les financières. Certains secteurs spécifiques, comme l’acier et l’automobile, pourraient par ailleurs souffrir des mesures commerciales ciblées que pourrait prendre l’administration Trump en début d’année prochaine.

A propos de Dorval Asset Management
Dorval Asset Management : Flexible par conviction
Dorval Asset Management est une société de gestion reconnue dans les domaines des stratégies flexibles, patrimoniales et du stock-picking en actions européennes. Ces stratégies visent à traverser sereinement les cycles boursiers et à performer sur le long terme. Agréée par l'AMF depuis 1993, son capital est détenu à hauteur de 50.1% par Natixis Asset Management et 49.9 % par ses collaborateurs. Elle met œuvre une gestion de conviction à vocation patrimoniale, caractérisée par une gestion active, éloignée des indices.Avec la conviction qu’une approche flexible est nécessaire pour apporter une gestion de qualité à ses clients dans l’actuel environnement des marchés, l’équipe de gestion propose une gestion flexible patrimoniale, reflet de son ADN. Dorval Asset Management propose une offre de sept fonds complémentaires : une gamme actions européennes composée de Dorval Manageurs, Dorval Manageurs Europe, Dorval Manageurs Small Cap Euro et une gamme flexible constituée de Dorval Convictions, Dorval Convictions PEA, Dorval Flexible Monde, Dorval Flexible Emergents. Grâce à son partenariat avec Natixis Asset Management, l’offre de Dorval Asset Management est commercialisée par la plate-forme internationale de distribution de Natixis Global Asset Management, ainsi que par les réseaux bancaires français du Groupe BPCE. Au 31 Août 2016, Dorval Asset Management affiche 772 millions d’euros d’encours sous gestion.

A propos de Natixis Asset Management
Avec plus de 349 milliards d'euros sous gestion et 720 collaborateurs1, Natixis Asset Management se place aux tout premiers rangs des gestionnaires d'actifs européens. Natixis Asset Management (1) offre à ses clients (investisseurs institutionnels, entreprises, banques privées, distributeurs et réseaux bancaires), des solutions sur mesure, innovantes et performantes, organisées autour de cinq expertises de gestion : Taux, Actions européennes, Investissement et solutions clients, Structurés et volatilité développée par Seeyond,(2), Actions émergentes développée par Emerise (3). Natixis Asset Management possède également trois sociétés de gestion filiales : Mirova (4), Dorval Asset Management et H20 Asset Management. L’offre de Natixis Asset Management est commercialisée par la plateforme de distribution mondiale de Natixis Global Asset Management qui offre un accès aux expertises de plus de vingt sociétés de gestion présentes aux États-Unis, en Asie et en Europe. En savoir plus : www.nam.natixis.com

(1) Source : Natixis Asset Management – 30/06/2016.
(2) Seeyond est une marque de Natixis Asset Management.
(3) Emerise est une marque de Natixis Asset Management et Natixis Asset Management Asia Limited.
(4) Mirova est une société de gestion agréée par l’AMF et filiale à 100 % de Natixis Asset Management.


Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest