Un groupe composé d'anciens diplomates et de législateurs de premier rang lance une mise en garde alors que le ministre iranien des Affaires étrangères est en visite officielle à Paris



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values



New York - États-Unis - L'United Against Nuclear Iran (UANI), une organisation mondiale de défense visant à sensibiliser sur les dangers posés par le régime iranien, vient d'émettre un avertissement à l'attention des entreprises françaises qui envisagent de faire affaire avec ce pays. Cet appel coïncide avec la visite à Paris du ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammed Javad Zarif.

L'UANI a directement contacté plusieurs grandes sociétés - dont des entreprises françaises telles que Airbus, Air France, Renault, Total, Engie, Vinci et CMA CGM - afin de les sensibiliser sur les risques liés à des partenariats commerciaux avec l'Iran. Airbus, par exemple, tente de finaliser un accord de vente de plus de 100 avions, pour un montant estimé à 27 milliards de dollars (24 milliards d'euros), mais se heurte au refus de grandes banques internationales et françaises, à l'exemple de la BNP Paribas et de la Société Générale, qui ne souhaitent pas faciliter les transactions avec l'Iran en raison des risques impliqués.

« Le régime iranien essaie par tous les moyens de convaincre les entreprises françaises que l'Iran est un partenaire commercial sûr », a déclaré Mark D. Wallace, président-directeur général d'UANI et ambassadeur. « Mais son passé de blanchiment d'argent, son soutien au terrorisme et l'oppression de ses propres citoyens indiquent le contraire. Les entreprises françaises - d'autant plus après les attaques terroristes récentes contre la France, ses citoyens et ses intérêts - devraient examiner attentivement les risques juridiques, financiers, mais aussi l'impact sur leur réputation qu'implique un engagement économique avec l'Iran. »

« Il est quasiment impossible pour une entreprise de s'assurer que lorsqu'elle fait affaire avec Iran, elle ne soutient pas involontairement le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique ('CGRI'). Cette organisation terroriste sanctionnée par la communauté internationale a la main mise sur presque toutes les industries 'clé' du pays », a déclaré Joseph I. Lieberman, président d'UANI et sénateur. « Quand on considère les avantages et les risques impliqués dans le commerce avec l'Iran, cela n'en vaut tout simplement pas la peine. »

À propos de l'UANI

L'UANI est un groupe de défense non-lucratif, indépendant et non partisan, fondé en 2008 par l'Ambassadeur Mark D. Wallace, l'ambassadeur Richard Holbrooke, l'ancien directeur de la CIA Jim Woolsey et l'Ambassadeur expert du Moyen-Orient Dennis Ross. Ce groupe vise à accroître la sensibilisation au danger que le régime iranien fait peser sur le monde entier.

Le comité consultatif de l'UANI est formé d'anciens diplomates et législateurs du monde entier, incluant : Dr August Hanning, ancien directeur du service fédéral de renseignement de l'Allemagne (BND) ; Sir Richard Dearlove, ancien chef du MI6, services secrets du Royaume-Uni ; Irwin Cotler, ancien ministre de la justice et ancien procureur général du Canada ; Radoslaw Sikorski, ancien ministre des affaires étrangères de la Pologne ; Wolfgang Schüssel, ancien chancelier de l'Autriche ; Ana Palacio, ancienne ministre des affaires étrangères de l'Espagne ; et Giulio Terzi di Sant'Agata, ancien ministre des affaires étrangères de l'Italie.

###

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest