L’étude clinique menée par Genomic Vision et le CHU de Reims pour valider un nouveau test de dépistage précoce et de prévention du cancer du col de l’utérus a été sélectionnée pour une présentation orale à la conférence Eurogin à Salzburg



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Bagneux (France) - Genomic Vision (FR0011799907 – GV / éligible PEA-PME), spécialiste du peignage moléculaire de l’ADN, qui développe des tests pour le marché du diagnostic et des applications pour les laboratoires de recherche, annonce aujourd’hui que l’étude clinique IDAHO, lancée fin 2015 en France, et visant à valider l’intégration du papillomavirus humain oncogène dit à haut risque (HPV-HR) comme indicateur pertinent de la progression des lésions cervicales vers un cancer du col de l’utérus, a été présentée par le Professeur Christine Clavel, coordinatrice du projet, sous forme d’une communication orale lors du congrès Eurogin (EUropean Research Organisation on Genital Infection and Neoplasia) qui se tient à Salzburg (Autriche) du 15 au 18 juin 2016 .

L’intégration de l’ADN des HPV dans le génome de l’hôte est considérée comme une des étapes importantes de la progression de lésions précancéreuses en lésions cancéreuses du col de l’utérus. Cette étude a pour objectif de déterminer si l’intégration de l’ADN des HPV-HR dans le génome des patientes est un indicateur suffisant de diagnostic (sévérité des lésions) et de pronostic (risque de progression des lésions). La technique du peignage moléculaire de Genomic Vision est aujourd’hui la seule qui permet de détecter la fréquence de l’intégration de ces HPV-HR, de manière directe et à haute résolution.

L’étude IDAHO comporte deux phases :

La première phase a débuté en décembre 2015. Elle a pour objectif de démontrer que l’intégration d’HPV est un biomarqueur diagnostique des lésions précancéreuses à haut risque, nécessitant une prise en charge adaptée à définir. Le nombre de patientes à inclure dans l’étude a pu être abaissé de 3 500 à 1 550 grâce aux nouveaux développements techniques du test HPV par peignage moléculaire, qui détecte désormais 14 HPV à haut risque au lieu de 5 initialement.
Durant la deuxième phase, les femmes présentant une infection à HPV positive, sans lésion déclarée ou avec une lésion de bas grade seront suivies pendant 3 ans. Ceci permettra de valider l’intégration de l’ADN d’HPV comme un biomarqueur pronostique.
Le Professeur Christine Clavel, biologiste moléculaire dans le laboratoire de Biopathologie du CHU de Reims qui a présenté l’étude lors du congrès, conclut : « Cette approche innovante devrait permettre de mieux comprendre l’intégration des HPV à haut risque dans le génome de l’hôte et notamment au niveau de la fréquence de l’intégration. En effet, les infections à HPV étant fréquentes mais le plus souvent transitoires, les tests HPV actuels sont sensibles mais manquent de spécificité à détecter des lésions de haut grade. Rechercher de nouveaux biomarqueurs, identifiant au sein des femmes HPV positives celles qui développeront réellement une lésion précancéreuse, reste essentiel. Si les résultats de cette étude s’avèrent concluants, nous pourrons ensuite considérer l’intégration virale comme un outil diagnostique et pronostique performant qui permettrait d’optimiser le dépistage du cancer du col de l’utérus et de déterminer la meilleure prise  en charge de la patiente. »

Prochaine publication financière
Résultats du 1er semestre 2016, le mardi 26 juillet 2016* (avant bourse)

* date indicative, pouvant faire l’objet de modifications



A PROPOS DE GENOMIC VISION

Créée en 2004, Genomic Vision est une société spécialisée dans le peignage moléculaire de l’ADN qui développe des tests pour le marché du diagnostic et des applications pour les laboratoires de recherche. Grâce à sa technologie innovante de visualisation directe des molécules individuelles d'ADN, Genomic Vision détecte les variations quantitatives et qualitatives du génome à l’origine de nombreuses pathologies graves. La Société développe un solide portefeuille de tests, ciblant notamment les cancers du sein et du colon. Depuis 2013, la Société commercialise le test CombHeliX FSHD pour la détection d’une myopathie délicate à déceler, la dystrophie facio-scapulo-humérale (FSHD), aux États-Unis, grâce à son alliance stratégique avec Quest Diagnostics, le leader américain des tests diagnostiques en laboratoire, et en France. Genomic Vision est cotée sur le compartiment C d’Euronext Paris depuis le mois d’avril 2014.

A PROPOS DU PEIGNAGE MOLÉCULAIRE

La technologie du peignage moléculaire de l'ADN améliore considérablement l'analyse structurelle et fonctionnelle des molécules d'ADN. Des fibres d'ADN sont étirées sur des lamelles de verre, comme « peignées », et alignées uniformément sur l'ensemble de la surface. Il devient ensuite possible d'identifier des anomalies génétiques en localisant des gènes ou séquences spécifiques dans le génome du patient par un marquage avec des balises génétiques, une technique développée par Genomic Vision et brevetée sous le nom de Code Morse Génomique. Cette exploration du génome entier à haute résolution en une simple analyse permet une visualisation directe d’anomalies génétiques non détectables par d’autres technologies.

Pour en savoir plus: www.genomicvision.com

A PROPOS DU CHU DE REIMS

Fidèle aux valeurs du service public, le Centre Hospitalier Universitaire de Reims intervient avec une seule ambition : offrir à travers ses 15 pôles de médecine, des soins d’excellence et une prise en charge de qualité à l’ensemble des patients de la région Champagne-Ardenne. Le CHU de Reims a également une volonté forte de conforter son positionnement hospitalo-universitaire et de favoriser l’engagement de ses praticiens dans des projets de recherche innovants. Le Professeur Christine Clavel et le Dr Véronique Dalstein, biologistes moléculaires dans le laboratoire de Biopathologie du CHU de Reims, dirigé par le Pr Philippe Birembaut, sont impliquées depuis de nombreuses années dans la recherche sur les infections à HPV et l’utilisation du test HPV en pratique clinique, notamment dans le dépistage du cancer du col de l’utérus. Cette thématique de recherche s’inscrit dans le cadre de l’axe virus et cancer du Cancéropôle Grand-Est. Leurs travaux de recherche dans ce domaine bénéficient d’une reconnaissance nationale et internationale.

Pour en savoir plus : www.chu-reims.fr

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest