Selon les Motive Security Labs, 16 millions de terminaux mobiles sont infectés par des logiciels malveillants qui espionnent les utilisateurs à leur insu et leur volent des informations confidentielles et des minutes de forfait.



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Paris, 12 février 2015
Alcatel-Lucent (Euronext Paris et NYSE : ALU) publie aujourd’hui des chiffres indiquant pour l’année 2014 une augmentation des menaces en ligne et des attaques visant les terminaux mobiles et résidentiels et les réseaux de communications, et qui mettent en danger les informations et les données confidentielles des personnes et des entreprises.

Les Motive® Security Labs d’Alcatel-Lucent estiment que 16 millions de terminaux mobiles à travers le monde ont été infectés par des logiciels malveillants – ou malware – utilisés par des cybercriminels pour espionner des personnes ou des entreprises, voler des informations, lancer des attaques par déni de service sur des entreprises ou des gouvernements, ou diffuser des escroqueries (scams) bancaires ou publicitaires.

Le rapport révèle également que les consommateurs qui évitent d’acheter en ligne par crainte de se voir voler leurs informations de cartes bancaires ou de crédit sont en fait davantage exposés : les multiples failles de sécurité en ligne qui se sont produites en 2014 chez divers détaillants étaient toutes dues à des logiciels malveillants qui avaient contaminé les caisses enregistreuses ou les terminaux des magasins, et non les boutiques en ligne. Ceci s’explique par le fait que les numéros de cartes volés sur des boutiques en ligne n’intéressent pas autant les pirates car ils ne peuvent être utilisés que pour des achats en ligne.

Le rapport des Motive Security Labs – qui examine toutes les plateformes de terminaux mobiles les plus utilisées – indique que les infections de terminaux mobiles par des logiciels malveillants ont progressé de 25 % en 2014 (contre une augmentation de 20 % en 2013). Les appareils Android™ ont désormais rattrapé les ordinateurs portables Windows™, qui étaient jusque-là la cible privilégiée des cybercriminels : en 2014, terminaux Android et Windows présentent le même taux d’infection. Si le taux d’infection des smartphones iPhone® et Blackberry® se limite à 1 %, de nouvelles vulnérabilités apparues en cours d’année montrent qu’ils ne sont pas à l’abri des logiciels malveillants.

Le développement des logiciels malveillants est lié au fait qu’une large majorité d’utilisateurs de terminaux mobiles ne prennent pas les mesures de sécurité qui conviennent. Une récente enquête des Motive Security Labs indique que 65 % des abonnés attendent au contraire de leur fournisseur de services qu’il protège leurs terminaux mobiles et résidentiels. Le rapport sur les logiciels malveillants de Motive fait état d’une forte croissance du taux d’infection des réseaux résidentiels en 2014. Les logiciels malveillants sont présents dans 13,6 % des foyers, soit 5 % de plus par rapport à l’année précédente.

« Les attaques par logiciels malveillants augmentant régulièrement, en même temps que l’utilisation d’accès très haut débit par les consommateurs, l’impact sur l’expérience client devient une préoccupation majeure des fournisseurs de services », a déclaré Patrick Tan, directeur de Network Intelligence chez Alcatel-Lucent. « C’est pourquoi de plus en plus d’opérateurs gèrent le problème de façon proactive en avertissant leurs abonnés de la présence d’un logiciel malveillant sur leurs terminaux, et en leur communiquant des instructions pour s’en débarrasser. »

Autres informations contenues dans rapport des Motive Security Labs :

En 2014, le taux d’infection des terminaux mobiles était de 0,68 %. Sur la base de ce chiffre, Alcatel-Lucent estime que 16 millions de terminaux mobiles sont infectés par des logiciels malveillants à travers le monde.
Les logiciels malveillants mobiles sont de plus en plus sophistiqués et disposent de protocoles de commande et de contrôle plus résistants.
Les logiciels espions (spyware) mobiles, utilisés pour espionner un utilisateur de téléphone, sont également en hausse. Ils relèvent l’emplacement du téléphone, surveillent les appels entrants et sortants, les SMS, les emails, et suivent l’utilisateur sur le web.
Le taux d’infection mensuel total dans les réseaux haut débit fixe résidentiels s’établit juste au-dessous de 14 %, ce qui représente un accroissement notable par rapport au taux de 9 % observé en 2013. Cette hausse est en grande partie imputable à la multiplication des infections par logiciels publicitaires (adware) de dangerosité modérée.
Les menaces de haut niveau, tels que les bots, les rootkits (programmes furtifs) et les chevaux de Troie bancaires se sont maintenus à un taux d’environ 5 %.
Le rapport des Motive Security Labs a également noté en 2014 une croissance des attaques par déni de service distribuée (DDOS, Distributed Denial of Service) qui utilisent des éléments d’infrastructure réseau tels que les routeurs résidentiels, les modems DSL, les modems câble, les points d’accès WiFi™ mobiles, ainsi que les serveurs DNS et NTP. D’autre part, les premières attaques par DDOS lancées depuis des téléphones mobiles ont été enregistrées, ce qui semble indiquer que des mouvements dits de « hactivisme » à l’encontre de l’infrastructure mobile pourraient à l’avenir voir le jour.



À PROPOS DES MOTIVE® SECURITY LABS

Les Motive Security Labs (anciennement Kindsight Security Labs) examinent plus de 120 000 échantillons de logiciels malveillants par jour et maintiennent à jour une bibliothèque de plus de 30 millions d’échantillons actifs. Alcatel-Lucent occupant une place unique dans les réseaux de communication, il peut mesurer l’impact du trafic des terminaux mobiles et résidentiels sur ces réseaux pour identifier les attaques malveillantes et les menaces en lignes. Les Motive Security Labs sont l’unité d’analyse de Motive Customer Experience Management.

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest