Retraite complémentaire : la CSMF dénonce l’allongement de la date de départ à la retraite imposé par la CARMF



Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

La gestion désastreuse de la CARMF conduit à un déficit technique du régime complémentaire des médecins à compter de 2015 et à l’épuisement de ses réserves en 2032.
Cédant à la panique, la CARMF, qui a tenté de faire échouer le plan de sauvetage de l’ASV, tente à présent de camoufler son plan de sauvetage sous l’apparence d’une prétendue « retraite à la carte dans le régime complémentaire ». En prétendant ouvrir la possibilité d’un départ à la retraite à partir de 62 ans avec alors une réduction significative de la valeur de la pension, la CARMF recule, en fait, l’âge possible de départ d’un an, de 65 à 66 ans pour obtenir une retraite complémentaire équivalente à l’actuelle.

C’est pourquoi, la CSMF dénonce le marché de dupe qu’impose la CARMF en catimini aux médecins libéraux. A cela s’ajoute un second tour de passe-passe sur la valeur des pensions qui vise à économiser sur le dos des retraités : quand on réduit de 15% le montant de la retraite à 62 ans par rapport à 65 ans, pour l’augmenter ensuite de 5% par année travaillée, mais sur ce montant réduit, on ne récupère pas à 65 ans les 15% perdus ! Cette réalité arithmétique traduit bien le fait que la pension des médecins sera réduite dans tous les cas. A cela s’ajoutent le blocage jusqu’en 2023 du montant de la pension des retraités actuels et la désindexation de l’augmentation de la valeur du point de l’inflation.

La CSMF, premier syndicat médical français, dénonce la mauvaise gestion de la retraite complémentaire des médecins par la CARMF et refuse ce scenario qui pénalise à la fois les futurs retraités et les retraités actuels dans un contexte économique particulièrement difficile. La CSMF rappelle que la retraite complémentaire représente 40% du montant total de la retraite du médecin libéral. Si on continue à laisser faire la CARMF sans réagir alors qu’elle continue à jouer l’illusionniste, la retraite des médecins risque de devenir une illusion perdue.

C’est pourquoi, la CSMF refuse cette réforme et exige que la CARMF engage une vraie concertation avec l’ensemble des acteurs, en particulier les syndicats médicaux qui ont leur mot à dire, afin d’analyser la situation et d’envisager les différentes hypothèses permettant d’arrêter une solution raisonnable et préservant l’avenir de la retraite complémentaire de tous les médecins.

Téléchargez gratuitement le guide
Dopez vos plus-values

Recommander à vos amis
  • gplus
  • pinterest